Jour : 1 mai 2020

Reprise

Ma grand-mère reprisait les chaussettes trouées. Inimaginable aujourd’hui!

J’ai ressorti de la caisse carton mes ratures.

J’en ai pris une que j’ai lavé sous le robinet. Et j’ai repassé dessus.

C’est tout ce que j’ai pu faire pour lui donner une seconde vie. Il tarde qu’on sorte de notre enfermement.

Chien fou

Ce matin après mes digressions pandémiques, j’ai pris la route.

A pinces.

Je suis comme un chien fou qui part dans tous les sens dès qu’on le lâche. C’est sûrement le confinement qui me tourne la tête.

Je n’ai pas le pied assuré en chemin, je me sens très mal à l’aise, j’ai peur de l’entorse. Tout mon apprentissage reste à faire sur ce terrain là

Dans la côte de Leimbach, je suis pris dans les rafales du Blosen. Je zigzague en montant le chemin dans les ornières, je souffle, je rétrograde,…

bref « je décompense sec » en perdant tous mes paramètres, le cardio, le rythme, le souffle, la vitesse, je suis tout de guingois. Un peu comme ces cyclistes désemparés dans la montée du col.

…et en plus la dame est perdue au milieu de la route, elle me demande si le chemin à droite va à Thann. S’arrêter lorsque je cours est un effort supplémentaire physique et mental
Mon Himalaya du jour

Je me rétablis dans la descente. Puis je remonte la rue des Vergers et je repars dans l’autre sens. Au km 4 en bas de Leimbach, il faut que j’assure car je ne suis qu’à mi-parcours. Je vais traîner dans les rues de Vieux-Thann, la place Fellmann et je traverse le square tout proche.

J’aborde l’avenue de Gubbio au km 7. Je suis sauf.

Ouf! c’était difficile aujourd’hui. J’arrive à 58 minutes at Home et lessivé. L’âge certainement? 244 km depuis que je me suis mis au jogging. Pour moi, ce n’est jamais facile ce truc où il faut porter son poids; ça me fait 8000 pas et j’ai les genoux qui jouent les castagnettes. 74.5kg sur la balance ce matin. En avril j’ai l’impression d’avoir atteint un plancher de verre au niveau du poids. Impossible de passer sous les 74 kg! J’ai réduit la ration journalière de 200 kcal mais j’ai faim tout le temps. Alors je bois en attendant…

Moins 9 kg, je n’arrive pas à perdre plus. Je cherche…
On va en trouver de plus en plus souvent sur le bords des routes. Celui-là semblait encore en bon état. On pourrait les recycler sur le second marché de Facebook ou du Bon Coin

Oui, je suis un chien fou en ce 1er mai. Vous l’aurez compris.

Chronique de pandémie

Pas de rondes des muguets à Appenwihr cette année à cause du coronavirus

Premier mai confiné = défilés interdits

Ce n’est plus la fête du travail, c’est la fête du confiné. J’ai renoncé à aller chercher un brin de muguet dans la forêt derrière chez moi ou chez le fleuriste. L’un et l’autre sont interdits. Imaginons un peu les dégâts de tous ces horticulteurs avec leur muguet sans acheteurs…

Je suis désolé d’y revenir mais la FFVélo me fait pitié avec sa pub sponsorisée par Facebook. Imagine t-elle les dégâts qu’elle cause dans les esprits cyclistes en développant ce concept absurde de Vélo-Maison?

Alors oui, je suis d’accord, s’il s’agit de préserver ses derniers grognards d’une fracture du col du fémur en faisant du vélo, oui, restez à la maison.

Mais alors, à quoi bon mettre son vélo sur une home-trainer? il y a beaucoup plus simple…

Le vélo d’appartement, voila ce que préconise la FFVélo à ses adhérents

La stupeur des réseaux sociaux

Pas de presse aujourd’hui premier mai.

Alors les réseaux sociaux s’en donnent à cœur joie. Ne nous trompons pas: il n’y a pas que de la désinformation sur Facebook ou Tweeter. Le gouvernement, les ministères savent très bien s’en servir pour leur communication.

Prenons par exemple cette carte…qui a été dévoilée le 30 avril

Cette carte a été publiée sur Facebook par le Ministère des solidarités et de la santé. Elle fait beaucoup réagir ceux qui découvrent stupéfaits qu’ils sont dans un département classé rouge, comme la Haute-Marne ou le Lot ou l’Aube

La plupart de ceux qui s’intéressent peu à la chose s’interrogent en donnant lieu à des réactions cocasses…

C’est carrément marrant de suivre les réactions des gens incrédules sur le net.

  • Ils auraient pu mettre des numéros sur les départements, je ne retrouve pas le mien
  • Et pourquoi y a t-il des départements jaune?
  • Chez moi à Cahors on a eu qu’un mort, c’est pas juste. Et en plus c’était une Parisienne
  • C’est des nuls au gouvernement, il n’y avait que le Grand Est et l’Ile de France en rouge et voila qu’on est maintenant dans les 35 départements en rouge
  • N’importe quoi!!! L’Auvergne orange!!!! Alors qu’il y a très peu de cas, on touche de fond de la connerie!!!!

Pour de nombreux internautes, cette carte est vraiment de la désinformation, ils ne veulent pas y croire.

  • Je vois que je suis pas la seul a rien comprendre a leur saletés de carte.
  • Sue BFM il y a 5 mn il n’y avait que rouge et vert qui c’est qui s’occupe du coloriage6

…et il y a ceux qui préfèrent rester zen…

  • Où que vs soyez ,mettez vos masques et gardez vos distances, lavezzzzz vs les mains et tt ira bien .😉😉😉restons positif .😉😉😉

Il est vrai que la méthode de colorisation qui partitionne la France en deux n’est pas du meilleur effet car ceux qui pensaient être dans le vert sont mécontents d’être en rouge et ceux qui s’attendaient à être dans le rouge sont plutôt confortés de voir qu’ils ne sont plus seuls.

Voila de quoi rassurer les Haut-Rhinois, la pandémie s’étend au-delà de leurs limites!

Couper la France en deux provoque comme on pouvait s’y attendre de l’incompréhension sur les critères choisis (le degré d’activation du virus et le taux d’occupation des lits de réanimation). Le degré d’activation du virus, c’est un peu « au doigt mouillé » puisque la France n’a pas de tests massifs pour l’heure. Et le taux d’occupation des lits? si le Lot n’a qu’un lit de réa, forcément il passe au rouge.

Là où ça se corse comme on dit à Bastia (qui est en rouge alors qu’on attendait Ajaccio), c’est que toute cette France colorée va varier au fil des jours et que les « jaunes » ne savent encore de quel coté ils basculeront.

Et au final? quelle est la différence? on ne sait pas. A part les parcs et jardins qui resteront fermés en zone rouge, on ne nous dit pas le reste. On n’ose pas nous dire le reste.

Pour les écoles, c’est clair: depuis que les parents viennent de découvrir cette carte, plus personne ne veut envoyer son môme en classe puisqu’on est zone rouge. Et pour les verts? attendons de voir.

En Alsace, le président du Bas-Rhin a statué: pas d’ouvertures d’écoles.

Le désastre n’est plus annoncé: il est là!

Le décrochage économique est abyssal: nous enregistrons la plus forte chute de la consommation depuis 40 ans. « les dépenses de consommation des ménages ont chuté de 17,9% en mars par rapport à février en raison du confinement, soit la plus forte baisse mensuelle enregistrée depuis 40 ans que cet indicateur est mesuré » (RTL info)

A cela le Ministre de l’Économie Le Maire prend peur et tente de relancer la machine « il faut qu’un maximum de Français reprennent le travail », alors que le chômage a connu une envolée historique en mars (+7,1%).

C’est un peu tard car de plus en plus de gens ont la trouille depuis qu’ils ont vu qu’un tiers de la France est en zone rouge.

Finalement, cette carte bicolore était-elle utile? je me le demande… vu que son contenu sera évolutif et laissé à la discrétion des préfets en fonction de l’évolution des critères épidémiques.

Et mes vacances à Phuket?

Ce qui taraude nombre de Français, c’est la perspective que leurs vacances se cantonnent à un rayon de 100 km autour de chez eux. Car juillet approche…et même aout si le cours du temps ne s’arrête pas!

Pour les Parisiens et l’Ile de France, les 100 km ne permettront plus d’atteindre l’Ile de Ré et pas même les plages du débarquement. Il restera la vallée de Chevreuse ou Marne la Vallée…

Et du coté alsacien?

Du coté alsacien on aura droit à un gros demi-rond amputé de l’Allemagne qui garde ses frontières pour l’instant dans la crainte du rebond de l’épidémie.

Je suis prêt à parier que les vacances vosgiennes vont faire un tabac cette année et que les fermes-auberges seront pleines.

Après ce quart d’heure désopilant, il va falloir meubler son 1er mai.

L’épidémie demeure alors qu’on est confinés depuis 6 semaines et on peine à distinguer où mène le pilotage gouvernemental dans cet océan d’incertitudes.

Je suis de moins en moins convaincu que le 11 mai beaucoup de choses changeront.