Étiquette : Masevaux

Steinby-Schirm

Avec ce ciel clair-obscur, la lumière est magique

Je commence par la punition. Je sors de chez moi et je grimpe le Hundsrück par le Steinby. Faut pas croire, je rame. Même en connaissant la particularité des lieux, je peine à monter ma carcasse en haut. D’abord atteindre la première courbe. La pente croît jusqu’à 10%. Je surveille le cardio comme le lait sur le feu. Pas plus de 160 puls. Avec mon 33/32 je gère comme je peux.

D’abord atteindre la première courbe.

Puis quand les courbes arrivent, je me repose, si on peut dire…et j’attends la cabane du Plan Diebold…

Rebelote avec le dernière rampe vicieuse car elle est comme un tremplin de ski en courbure croissante.

C’est quand on aperçoit la Fourmi qu’on est sauvé. Pas sauvé des eaux car je me prends un bon grain sur la tronche en arrivant.

Pas sauvé des eaux car je me prends un bon grain sur la tronche en arrivant.

Le Schirm? oui je l’ajoute pour ne pas être trop court sur le retour surtout qu’un coin de ciel bleu se dérobe à l’horizon.

Une accalmie sur Masevaux au loin
La cascade du Grundbaechle avant Bourbach-le-Haut
50 minutes pour accoucher à Mulhouse. Sans embouteillage!
On refait la passerelle. Les cyclistes dehors. Aucune protection. Pourtant un clignotant orange serait indiqué.

A Aspach, j’allonge jusqu’à Cernay.

Le parcours du jour
Le profil du jour

https://www.openrunner.com/r/10685135

Publicités

Baerenkopf en marche

J’ai puisé dans le panier de Pierre Brunner sur son site LTD Rando68 un parcours pédestre au départ de Masevaux qui conduit au Baerenkopf à 1074m.

Mon ami Pierre classe ce parcours 3/6 un peu difficile. Avec 14km et 665m.

Je suis parti un peu avant le point de départ prévu à Stoecken (1.2km), quartier de Masevaux

Au retour 18 km et 815m sur le GPS tps déplacement 6h53 vitesse moy.4.9 km/h .

Et Openrunner, qu’est-ce qui dit?

17.46km et 715m

Je ne mens pas: j’ai ramé. La montée forestière est …physique, avec des passages à 25%.

Qu’on en juge on passe du km 1.1 à 483m au km 4.6 à 902m soit 12% de pente moyenne. Pas grand chose à se mettre sous la dent. Deux refuges à la montée et la Roche Marchal où l’on a un point de vue.

Le refuge du Grambaechle avant d’entrer en forêt
Pendant plusieurs km, on longe l’ancienne frontière allemande de 1870
nichoir taillé dans la masse à la tronçonneuse
Repas pique-nique au refuge de Neuberg km7.7
champignon non comestible
A la Roche Marchal, 1022m, un beau point de vue sur la vallée de la Doller
Mur frontalier

Au sommet, rien à voir non plus.

Baerenkopf, rien que ma bobine à voir

A la descente, c’est vertigineux aussi mais bien carrossé.

J’entame la descente
Parfaitement roulant pour la descente
Animal préhistorique

Au GR 531, une grande prairie avec la ferme-auberge du Lochberg au loin. Trop loin pour faire l’aller et retour.

Au loin Lochberg, je présume

Je poursuis ma descente et j’arrive à la ferme-auberge de Bruckenwald. Les convives finissent leur repas. Je ne trouve pas le sentier pour Masevaux…un client me fait remonter au-dessus de la ferme…alors qu’il suffit d’aller au portillon au bout de la ferme.

Bruckenwald
Les cochonnailles de Bruckenwald
Les vaches de Bruckenwald font la sieste

Pour accélérer le chemin monotone, je trottine un peu. Mon sac ballote.

On approche de la fin
Hameau du Stoecken, une fontaine eau potable. C’est rare.

https://www.openrunner.com/r/10505905

A VTT, vous aimerez peut-être aussi

https://velomaxou.com/2014/03/27/quatre-cols-a-vtt-sur-les-hauteurs-de-masevaux/

Hundsrück coté sud

comme un sou neuf

Le col du Hundsrück est revêtu à neuf coté sud, c’est à dire dans la descente vers Bourbach.

Pourtant, c’était encore en bon état. Un riverain me dit pourquoi…parce que le Tour de France passe par là cet été. J’en profite pour gagner 1km/h de mieux dans la grimpée!

Coté nord, la descente de Bitschwiller a été renouvelée en juillet 2018.

Des équipes s’affairent sur le macadam entre Bourbach et Masevaux toujours pour la même raison. Il faut donner une bonne image de la France profonde quand le Tour passe par là. Cela rappelle le Rallye de France qui avait entraîné la réfection de la montée de Soultz au col Amic. Depuis certains appellent cette route forestière la route Loeb. Loeb n’a bien sûr rien payé, il s’est juste contenté de faire des ornières dans les virages avec sa Citroën survitaminée.

Masevaux

Masevaux

J’en ai peint plusieurs ce matin et j’ai beaucoup hésité sur le cadrage, les couleurs. A vouloir trop détailler, parfois je m’égare. A la dernière minute, je sabre tout. C’est quitte ou double, ou ça passe ou ça casse. Masevaux a construit des immeubles modernes au bord de la Doller. Mais ils s’intègrent dans le paysage et la roue du moulin en action est sympa.

Masevaux, la ligne va rouvrir

Sentheim, la SNCF va rouvrir la ligne. Quelques rafraîchissements sont à prévoir

Vélomaxou ne reste pas les bras croisés, il n’est pas insensible au désarroi de ceux que l’on appelle désormais « les gilets jaunes ».

Loin des yaka, faukon, on l’ignore trop, de grands esprits transpirent pour résoudre la transition écologique de nos transports.

Je ne vous citerai qu’un projet, proche de nous, celui de la réouverture de la ligne ferroviaire Cernay-Masevaux.

1280px-TER_200_driving_trailer.jpg
Le TER Alsace S’Elsass en gare de Masevaux (on remarquera l’architecture élégante de la nouvelle gare telle qu’elle est projetée). Ces TER accepteront les vélos à bord.

Enfin, un trait d’union entre nos deux vallées de la Thur et de la Doller va être remise en fonction!

C’est une première victoire des « gilets jaunes » là où on ne s’y attendait pas: la réouverture de la ligne ferroviaire Cernay- Masevaux est en effet une réponse positive aux questions de mobilité posées en milieu rural.

Dix neuf kilomètres.

C’est la distance qui sépare Cernay de Masevaux.

sncf
le tracé de la future ligne ferroviaire de Cernay à Masevaux reprend en partie la ligne abandonnée en 1973

Voila de quoi satisfaire tous les usagers de la route qui se pressent chaque jour pour rejoindre l’agglomération mulhousienne.

L’infrastructure est encore viable entre Saint-André et Sentheim puisqu’elle est exploitée par l’Association touristique Thur-Doller.

Inaugurée le 30 juin 1869, la ligne de Cernay à Sentheim dessert la haute vallée de la Doller ; elle se poursuivait à l’origine jusqu’à Sewen. Après avoir eu à subir les conséquences des guerres de 1914-1918 et 1939-1945, sa fréquentation décline jusqu’à l’arrêt du trafic voyageur en 1967, elle est déclassée en 1973.

Certes il y aura quelques aménagements à prévoir, la traversée de la RN66 à Saint-André, la reconstruction de la ligne de Sentheim à Masevaux.

La RN66 et la D466 (à Burnhaupt) seront dotées d’un passage inférieur sous la voie ferroviaire.

Du coté programmation des trains, la page internet est déjà prête…

 

Raconter sa vie cycliste

img_7097
Bourbach-le-Haut vous accueille avec des fleurs

Pourquoi raconter sa vie cycliste?

C’est vrai, ça!

A quoi ça sert?

A rien, c’est pour faire avancer le schimili, le schimili, le….

img_7099
Le panneau de col est devenu un exutoire de l’exaltation cycliste

Simone, une autre candidat.

Déjà pédaler, c’est suffisant. Si en plus faut tout dire, on n’est pas sorti de l’auberge.

Aujourd’hui, j’ai pris conscience que de nouveaux usagers étaient là.

Les cyclistes à VAE.

img_7101
Gare de Masevaux déclassée le 26 juillet 1973

Faut-il les appeler cyclistes d’abord?

Moi ça ne me dérange pas.

On aurait pu les appeler cyclomotoristes puisqu’ils ont un moteur.

En 1949, on avait les Derny

Des cyclistes, eux aussi avec un moteur.

En Alsace, le phénomène VAE prend toute son ampleur pendant l’été.

Au lac de Kruth, on voit de fiers septuagénaires s’attaquer à la montée du Markstein sur des VAE loués au lac.

Pourquoi pas!

img_7102
Masevaux, le cheval c’est son dada

J’en croise parfois qui montent le Schirm et je les retrouve en bas de Bourbach « frais comme des gardons ».

Le VAE est devenu le nouvel auxiliaire de vos artères.

 

 

Se méprendre

img_6983
Masevaux et sa splendeur d’antan

Se méprendre et même se surprendre.

A vélo, le psychotage joue à fond.

C’est quand tout va mal qu’on songe à un mauvais sort, à une fatigue insidieuse.

Bref aujourd’hui, les jambes en coton!

On pourrait invoquer les dieux.

Le dieu du vent, Eole, nous scotche à la route

D’autres implorent le ciel, « c’est pas possible de ramer comme ça aujourd’hui », une mauvaise nuit, une fatigue récurrente,….

Alors l’œil rivé sur le compteur, j’échafaude un plan sournois pour raccourcir la peine.

Au km 54, je suis à la maison.

C’est que le vélo est pour moi un antidote au « rien faire ».

C’est pas tout d’y dire faut y faire dit mon confrère Régis.

Il a tout à fait raison. Je suis de ceux-là.

Comme je suis un grand bavard de l’écriture, je me dois de compenser l’exercice verbal par l’exercice physique.

J’ai tout de même grimpé dans ma peine le Hundsrück par le Steinby avec son petit 9% avant la première courbe et son 12/13 après le plan Diebold.

La route n’est pas insidieuse, elle ne nous prend pas en traître; j’en connais les difficultés comme ma poche, ses imperfections, ses rapiéçages, ses granulats roulants, pas roulants…et j’ai l’œil rivé sur le cardio comme le machiniste sur le manomètre de sa chaudière à vapeur.

Puis à la sortie de Houppach, je m’arrête.

Et je contemple la vallée.

img_6982

Je suis un contemplatif, ça ne vous échappe pas.

Les lavandières de Guewenheim m’interpellent.

Tant qu’y’aura du ling’ à laver
On boira de la manzanilla
Tant qu’yaura du ling’ à laver.
Des homm’s on pourra se passer
Et tape et tape et tape avec ton battoir
Et tape et tape tu dormiras mieux ce soir.

(Luis Mariano)

img_6987

Ceux qui ont connu la chanson feront la relation avec ces figurines de femmes au lavoir.

Voici une iconographie qui met la femme au turbin et qui contraste avec les figurines sexistes de Dannemarie.

Mais les féministes ne vont-elles pas, là-aussi, se plaindre qu’on les mette en scène dans un lavoir?

voir aussi lavoir du Dich