Jour : 31 août 2018

Six EPR en projet

Centrale de Fessenheim

Vu depuis l’Allemagne, le nucléaire en France c’est d’abord Fessenheim.

Deux gros faitouts en béton qui bouillonnent de l’autre coté du Rhin.

Fermer Fessenheim, c’est déjà toute une histoire.

Mais abandonner 25% ou 30% du nucléaire français, c’est tout autre chose.

C’est notre culture nucléocrate héritée de De Gaulle qui subitement se révolte et proteste.

Ce qui fait dire à Benjamin Grivaux, le porte-parole du Gouvernement, qu’on n’efface pas cinquante ans de politique nucléaire en cinq ans. « Les gouvernements précédents ont inscrits des objectifs qui n’étaient pas tenables »

Mieux: EDF réclame 6 nouveau EPR pour conforter sa place mondiale d’énergéticiens expert du domaine…et concourir à moins de CO2 sur la planète.

Les Voisins allemands peuvent s’empresser de réimprimer des autocollants « Nuclear, nein danke » pour venir protester sur les bords du Rhin.

Hulot s’est barré à temps.

Il n’y a finalement que les anti-nucléaires pour croire qu’on démantèle des réacteurs d’un coup de baguette magique et qu’on prive le Pays d’un quart de ses besoins électriques sans difficultés.

Les Allemands ont essayé, ils s’en mordent les doigts.

Le facteur ne sonnera plus

Mon facteur ne sonne plus depuis longtemps.

Sauf pour le calendrier.

Mais il passe toujours dans la rue.

A grande vitesse.

Le 33, le 47, le 22 de l’impasse.

Les plis volent et virevoltent.

Avec sa gouaille habituelle, le quartier se réveille.

« Comme par hasard, le 22 est au bout de l’impasse » dit-elle comme pour regretter ce supplément d’hectomètre.

Elle connait par cœur ceux qui lui fournissent encore du travail.

Le métier n’est plus ce qu’il était.

Pourtant elle continue de courir, ma factrice sur son coursier.

Des clients, il n’y en a plus.

A part les mauvais payeurs et les contrevenants de la route qui sont avisés.

Pourtant si, je maintiens deux abonnements magazine, celui du volatile le mercredi et celui de Marianne le vendredi, par sympathie à l’égard de cette presse impécunieuse.

Le facteur ne sonnera bientôt plus du tout puisqu’en dix ans, le courrier s’est effondré de moitié.

Alors?

Faut-il se dépêcher de vieillir pour prendre un contrat « vieux » auprès de la Poste et recevoir la visite attentionnée de ma factrice?

Non, la solution découle de source: ne plus passer qu’un jour sur deux comme pour les poubelles ou alors aller chercher son courrier au bout du quartier.

Faire un grand barouf médiatique pour nous dire que La Poste est sauvée avec le pognon de la CNP, est-ce bien raisonnable?

vous aimerez peut-être mes autres articles plus anciens sur La Poste…

https://velomaxou.com/2018/05/02/la-poste-boomerang/

https://velomaxou.com/2013/10/02/la-poste-conviviale/

https://velomaxou.com/2012/03/14/avis-mortuaire-a-la-poste/

https://velomaxou.com/2017/11/29/calendrier-du-facteur-un-succes/