Perce-neige


Entre Cernay et Vieux-Thann les rives de la Thur

Je me suis glissé le long de la Thur sur une rive encore méconnue. Des perce-neige par milliers mais sans neige.

Bon je vais arrêter la pub pour cette appli Runkeeper qui ne la mérite vraiment pas, vu qu’on ne peut pas partager les parcours GPS et qu’on n’a même pas la courbe cardio.Sauf peut-être en s’abonnant pour 40€.

Bye-bye Runkeeper!

Je reste abonné à Openrunner, une valeur sûre. Et je ne vais pas sur Strava qui est un truc de compétiteur qui veulent se faire mousser.

J’entends déjà les récriminations arriver.

Merci beaucoup.

2 réponses sur « Perce-neige »

  1. Bonjour,

    J’espère que votre séjour en Languedoc vous a un peu déconnecté des paysages pourtant si agréables du piedmont des Vosges. Sétois de naissance et de cœur (Cernay où j’ai passé 11 ans de ma carrière y a aussi sa place), je ne peux que souscrire à mon environnement natal. Le lien que vous évoquez sur l’article de T. Crouzet, est effectivement un parcours original de 43 km sur Sète.
    Pour info, j’avais comme voisin à Sète, un cousin Crouzet, dentiste de son métier.
    Nous avons d’ailleurs échangé sur ce point. Super article aussi sur les comparatifs de GPS et les différences de dénivelé.
    Sur votre commentaire relatif à Strava, c’est vrai que les compétiteurs l’utilisent énormément. Personnellement, je m’en sers en lien avec Garmin Connect (j’ai un GPS Garmin 530).
    Je me sers de Strava pour la création d’itinéraire que je transfère ensuite sur Garmin. Je compose aussi de mon club ACP de Prades. Le blog du club ne permet d’insérer d’importer des liens, donc je fais un copier/coller de l’image Strava du parcours avec les km et le dénivelé.
    Strava me permet aussi de :
    – comparer ses performances sur les segments (en général, par rapport à son club, par rapport à son âge, et surtout par rapport à soi-même. On peut tout à fait avoir l’esprit à nos âges de faire du vélo pour le plaisir, mais aussi, surveiller sa forme, sans tomber dans les excès. Je peste assez dans mon club sur la tendance à rouler à 35/40 km/h sur le plat, ce que je n’avais jamais connu ni dans mes clubs languedociens successifs (en tant que coureur, où j’accompagnais souvent des groupes et où avec mes amis coureurs nous donnions un rythme régulier entre 27 et 30 km/h max), ni dans le club de Cernay, ni dans celui de Prades il y a 20 ans quand j’y exerçais professionnellement. Le développement des cyclo-sportives y est aussi pour beaucoup.
    – disposer certaines données physiologiques : cardiaque,VO2 max, aéorobie, déperdition liquide et estimation liquide consommé. Si j’ai bien compris, si on a eu des problèmes cardiaques, c’est fondamental pour déceler une évolution brutale négative, même si nous nous dirigeons inexorablement vers une période de « pertes » (et c’est un gérontologue qui vous le dit, une expérience forte dans ma carrière de directeur d’hôpital, due d’ailleurs à l’excellence des gériatres de Cernay et de Mulhouse).

    A savoir, dans le cadre de la sécurité personnelle, pour ma part, je dispose :
    – d’une alerte sur le GPS Garmin, en cas de chute (3 numéros de tél. + adresse courriel, avec indication coordonnées GPS). Hélas, ça marche ! J’en ai fait l’expérience dimanche dernier (heureusement sans bobo), ou faute de déchausser à un carrefour, je me suis pris un trottoir et chuté à l’arrêt, afin d’éviter une auto. Mes proches m’ont de suite téléphoné.
    – j’emporte comme vous un camelbak contenant, outre l’eau, une trousse de premier secours, car les cardiaques sont souvent sous anticoagulant. Et en cas de blessure, c’est mieux (si on est conscient..) de se porter les premiers soins.
    – un trackeur GPS multi usages (marque Trackimo). Mon épouse peut ainsi me suivre sur une carte. En cas de panne non réparable, celle-ci peut venir à ma rencontre sans chercher des heures sur une carte. Cette fonction est aussi disponible sur mon smartphone, fonction de Google map.
    – enfin, et vous l’évoquez dans un de vos articles, mon vélo est gravé avec le produit de chez Recobike en cas de vol. A noter que mon GPS, contient aussi une alerte qu’on active par exemple si on s’arrête faire une pause café, comme cela se pratique beaucoup l’hiver en Occitanie. Si quelqu’un essaie de déplacer ou voler le vélo, l’alerte vous prévient via le smartphone.

    Si vous êtres d’accord, il me serait agréable d’avoir votre adresse courriel pour échanger parfois directement, sans passer par le blog.

    André LE GOFF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s