Jour : 21 février 2020

Nuclear nein Danke

La proximité de l’Allemagne a beaucoup pesé dans la balance

Avoir la peau de Fessenheim, c’est une victoire pour ceux qui, coûte que coûte, ne veulent plus entendre parler du nucléaire.

Finalement c’est ce soir qu’un des deux réacteurs de Fessenheim devrait s’arrêter définitivement. Même si quelques réfractaires à l’arrêt refusent de tourner les manettes.

C’est un baroud d’honneur.

Les cyclistes du lieu avaient l’habitude de passer le long de la centrale et depuis le vignoble allemand on aperçoit encore pour longtemps l’imposant édifice.

Je me souviens de l’opposition des Verts d’alors à la construction de cette centrale dans les années 70 et de Radio Verte Fessenheim qui militait contre le nucléaire.

Fessenheim, pour ceux qui se souviennent, a été dans la lignée de combats populaires comme ceux des Lip, du Larzac, de Creys-Malville. Aujourd’hui le mouvement anti-nucléaire est en berne et les opposants peu actifs.

Mais la donne a changé. Avec la baisse de l’activité économique en Europe, EDF est capable de se priver d’un réacteur de 900 MW qui témoigne que la situation énergétique est moins tendue. Il faut aussi admettre que l’Allemagne toute proche et sa population pointilleuse sur les questions d’environnement ont grandement pesé sur la décision.

L’Allemagne n’est pourtant pas aussi vertueuse puisqu’après avoir abandonné ses centrales nucléaires, elle relance le charbon, un lignite très polluant.

Oui, avoir la peau de Fessenheim, c’est une victoire pour ceux qui, coûte que coûte, ne veulent plus entendre parler du nucléaire. Le débat démocratique sur l’avenir énergétique? il n’a pas eu lieu. Comme en 73 quand le programme nucléaire a été décrété.

Agriculture moderne

labour mécanisé à Ensisheim

Le traditionnel salon de l’agriculture va ouvrir à Paris.

C’est parfois la dernière solution pour le monde agricole de rappeler à la France urbaine qu’il existe.

Fort contestée sous certains aspects, notamment pour sa productivité intensive pas toujours respectueuse, l’agriculture s’efforce pourtant de tenir compte de nouvelles contraintes environnementales pas faciles à assumer avec la concurrence internationale.

Les conditions d’élevage, le bien-être animal, les intrants, le bio, les pesticides,…force est de reconnaître que la profession assume de nombreux enjeux parfois contradictoires.

S’y ajoute une grave crise sociale chez les petits exploitants et des revenus en berne…en dépit de la PAC, la politique agricole commune.

labour à cheval à Bourbach-le-Haut

En Alsace la viticulture est relativement préservée du marasme même si elle doit se garder de dérives néfastes à son image dans les traitements de la vigne

traitement de la vigne à Orschwhir
domaine Wolfberger à Thann
le sorgho, alternative au maïs? (Battenheim)
la race vosgienne détrônée? (frais de coiffure à prévoir)
bergère et ses moutons au col de Vars, l’économie de subsistance (2012)