Le lavage vélo selon Karcher

600x600-136311_14961307342964

150 euros, contient 4 litres d’eau et se branche sur l’allume-cigare pour recharger la batterie lithium.

Je ne dirai rien mais je n’en pense pas moins.

voir ce qu’en pense Top Vélo ici

Publicités

Fritz, le fou du cirque

dsc00276
on débarque Fritz

En 1902, le cirque Barnum s’apprête à donner une représentation à Tours.

Les animaux voyagent sur la Loire.

dsc00274
il est majestueux Fritz

Fritz devient subitement fou.

dsc00272
Fritz sur son lit de torture

Il finira étranglé.

(collection sur plaques de verre)

Au revoir le vélo! bonjour le VAE!

xff52659bb95377f3967fb03b696601649206455b.jpeg.pagespeed.ic.hZ0QBRUBvK
VAE Ikéa. Va t-on acheter un vélo avec ses meubles?

Vélomaxou vous l’annonce en exclusivité: la mort du vélo est pour bientôt.

Tant mieux!

Non, je ne plaisante pas.

Ne pleurons pas, mes amis, adeptes de la route, de la montagne et des chemins.

Non, je ne suis pas victime d’un coup de chaleur.

Oui, bientôt nous parlerons du vélo au passé.

Pourquoi pas!

On se réunira le soir à la veillée pour évoquer le bon vieux temps.

Celui de nos épopées célestes parmi les ballons vosgiens ou même nos tribulations le long de la plaine du Rhin.

Le Tour de France sera enfin devenu une ringardise, rangé au rayon des antiquités, visité par les tour-opérators avec le Mont-Saint-Michel, la Tour Eiffel, le saucisson, le béret basque et la baquette.

Le Tour de France a fait beaucoup de mal à l’image démocratique du vélo. Son élitisme a privé des générations entières d’un moyen de locomotion simple, économique, non polluant et bon pour la santé. Contrairement aux Pays Nordiques où le vélo est plébiscité dans les grands centres urbains.

Ne me dites pas que vous n’avez rien vu venir…

Mais si, on en voit partout.

Ce matin France Inter en faisait sa une.

Des types grimpaient le Galibier, comme ça, pour la frime, sans l’once d’une appétence quelconque pour le vélo.

« Oui, on a vu ça dans un magasin au pied de la montagne » disait le monsieur

« …c’était 50 euros la journée, alors ma femme et moi on n’a pas hésité. »

Le Vélo à Assistance Électrique (VAE) représentera un vélo sur deux vendus en…2025.

2025, c’est demain.

Il ne faut pas se voiler la face: en 2005, il se vendait 3900 VAE, en 2016…102000, et en 2017…255000!

Bon ne chipotons pas, si vous voyez venir en face de vous un ou une cycliste qui pédale un peu « carré » (qui ne soigne pas le passage des points morts (en bas et en haut du cycle de rotation) avec un vélo qui file à bonne allure, c’est un VAE.

Il ne faut pas s’en offusquer: si vous êtes rattrapés par trois compères un peu enveloppés qui sortent de l’auberge du Grand Ballon, à coup sûr ils chevauchent des VAE et vont faire tous les troquets de la route des Crêtes jusqu’à la Schlucht avant de redescendre frais comme des gardons au camping de Xonrupt.

Un p’tit coup de Molkenrain en passant?

Ne pleurez pas mes frères, l’heure des compétiteurs à vélo se termine.

Le vélo musculaire va mourir de mort lente.

Ne pleurez pas mes frères, nous y viendrons tous un jour

Ceux qui vont pouvoir enfin souffler, ce sont tous les militants du vélo en ville qui s’escriment depuis des décennies pour négocier des plans vélo, des double sens cyclables, des tourne à droite au feux, des sas aux intersections et qui manifestent à chaque nouvelle place de parking construite.

Du coté des vélocistes, ça regimbe un peu. Certains trainent les pieds. Pourtant le vélo haut de gamme se vend moins bien qu’un vélo électrique, et pour cause: l’acheteur n’y connait souvent rien!

A l’instar de Décathlon qui vend ses VAE comme des petits pains.

Les cycles Mannheim de Vieux-Thann en profitent pour exposer à la Semaine Fédérale de Cyclotourisme (Epinal) des VAE; il est vrai que la FFCT va jouer son va-tout si elle veut conserver encore un peu ses plus vieux adhérents.

Serge Mannheim sent le vent du vélo de course tourner. Il a conçu ce VAE avec discrétion au point qu’on pourrait s’y méprendre. (voir mon essai)

Avec la montée en puissance du VAE en ville, le match est gagné.

Le VAE, c’est d’abord le vélo utilitaire, de voyage, de balade…puis celui du VTT.

Les chiffres sont là pour en témoigner: Plus de 255 000 VAE ont été vendus en 2017, ce qui correspond à un volume de ventes doublé par rapport à 2016. Les ventes de VTT à Assistance Électriques atteignent 35 340 unités. (source Volto Vélo)

Enfin une nouvelle sociologie du vélo va naître.

Exit les coureurs du dimanche, exit les cyclo bodybuildés du dimanche, exit la FFCT ringardisée.

Il faut l’admettre, l’image du vélo de compétition va voir son étoile se ternir et c’est tant mieux.

Nos sinistres ministres vont être dépassés par le phénomène sociétal alors qu’ils sont incapables de boucher les nids de poule des chaussées et de concevoir un plan vélo.

Même Decaux a perdu la bataille avec ses Vélibs!

Ceux qui à partir d’aujourd’hui se mettent au vélo sont majoritairement des adeptes de VAE. Ils vont peu à peu peupler nos villes et nos campagnes.

Vous pouvez me croire, j’en vois chaque jour.

A VTT, et aussi en ville.

Cette nouvelle population cycliste semble complètement ignorante de nos pratiques, elle s’en défie même. Nul besoin de cycliste en lycra ou de maillot bariolé.

La tenue est civile et banale…presque de mise.

Un nouveau genre de vélo est en train de naître.

Pourra t-on encore parler de cyclisme?

Pic d’ozone

Ne pas croire que rouler à vélo à la campagne permet d’échapper à l’ozone.

La masse polluante poussée le vent atteint les sommets vosgiens ou de Forêt Noire autant qu’en plaine d’Alsace.

Mardi 7 août, la pollution atteindra le niveau global 8 (maximum 10) c’est à dire « mauvais ».

Au menu:

  • oxyde d’azote
  • ozone
  • micro-particules fines

Bonne chance à ceux qui oseront malgré tout pédaler!

Les potins du lundi

sam_le_pompier
Sam le pompier, tout droit venu du Pays de Galles, fera t-il des émules?

Plus grand, je veux faire pompier.

Un métier qui a de l’avenir.

A la ville, à la campagne et aussi dans les entreprises et les locaux recevant du public.

A l’heure matinale où je vous écris ce billet, j’ai un ventilateur tout près de moi qui brasse de l’air et qui me gonfle les oreilles.

Le feu est devenu une menace permanente avec l’élévation des températures et des pays comme la Suède, peu impactés jusqu’alors sont confrontés à des feux de forêt.

Que toute la planète s’embrase n’inquiète pas encore le système économique dominant.

L’essentiel sera de freiner à temps ce modèle avant qu’il n’explose.

Sera t-il encore temps?

Les États auront-ils encore les moyens de régulation capables d’endiguer le phénomène climatique dès lors que la concorde sur les moyens à adopter n’est plus à l’ordre du jour?

Les plus jeunes n’ont pas connu l’impôt sécheresse de 1976

Cette année là, on voyait défiler à travers la France des convois de pailles sur des camions et des remorques attelées à des tracteurs agricoles.

En juillet de cette même année, l’armée prêtait mains fortes aux agriculteurs pour transporter du fourrage vers les régions déficitaires.

Aujourd’hui, on ne parle pas encore de sécheresse même si certaines sources commencent à se tarir.

En Alsace, les maïsiculteurs arrosent grassement les champs et tout ce qui gravite autour, chemins, routes et voitures de passage; avec quelle eau? à quel prix?

Non, aujourd’hui ce qui inquiète le plus c’est la montée des températures.

Une France rouge écarlate, c’est peu courant. Surtout pendant plusieurs jours.

Le temps où l’on pouvait laisser portes et fenêtres ouvertes dans les villages pour aérer est révolu.

C’est la France des villes qui a pris le relais.

Pas question de s’en aller avec la porte ouverte pour faire de l’air.

Les ventilateurs s’arrachent dans les magasins et aussi les brumisateurs.

Des ventilos qui envoient de fines gouttelettes d’eau et dont on espère qu’en se vaporisant elles feront baisser la température d’un demi degré ou plus.

On va donc pouvoir en attendant la fraîcheur se pencher sur nos cours d’antan, la courbe adiabatique, l’enthalpie et le diagramme de Mollier.

Pendant que nos climatologues revoient leurs prévisions, les climatiseurs tournent à plein régime. Jean Jouzel parle de 50° en 2050. Je ne veux pas voir ça. Arrêtons l’acharnement thérapeutique!

Vivre confiné toute l’année dans des immeubles étanches, c’est ce qui nous attend

Comme en Chine où l’air est devenu irrespirable ou aux States, champions de la consommation par tête de pipe.

Il est désormais clair que les normes énergétiques de construction vont devoir intégrer la clim dans leurs programmes puisque les États se sont montrés impuissants à endiguer le réchauffement.

De simples mesures préventives  (et symboliques?) comme la limitation de vitesse sur nos routes sont bafouées, personne ne les respecte.

C’est dire le peu d’implication de nos contemporains dans ce phénomène planétaire où les pays riches sont pourtant les plus responsables de la situation.

Aspach-le-Haut, pro-vélo

img_7298.jpg

Aspach-le-Haut tente de convaincre sa population.

Circuler à pied ou à vélo dans le village, c’est « écologique » et « économique » dit le panneau.

C’est même « convivial » et « bon pour la santé ».

Je ne peux qu’applaudir à tant de bon sens de la collectivité.

Malheureusement ce dimanche matin, aucun vélo.

Juste des voitures garées plus loin.

img_7299

Le cadre paysager y est sympa et ombragé.

img_7296

img_7297

 

Camping-cars au Grand Ballon

Les camping-caristes ont des droits mais aussi des devoirs

Cette année, une aire de camping-cars est née au Grand Ballon, le sommet des Vosges.

Cette aire est-elle légale?

Je ne le crois pas.

Pourtant j’ai compté jusqu’à une douzaine de camping-caristes installés derrière le restaurant de la Vue des Alpes.

Aucun point de ravitaillement, ni d’évacuation, est-il normal qu’au cœur du Parc Naturel Régional des Ballons on tolère ce type d’installation sans que personne ne réagisse?