Étiquette : gilets jaunes

Les potins du lundi

Je pourrais vous parler ce matin comme on le fait dans les stammtisch d’Alsace. De tout et de rien tant le bavardage libère le ressenti, les rancœurs, les bonheurs. Vous dire que c’est un crève-cœur de voir les charcuteries Tempé liquidées, le cochon n’étant plus porteur après tant de séismes cardio-vasculaires et cette vague de véganisme qui balaie tout sur son passage, ou encore de Manurhin qui se désespère de ne pouvoir redémarrer son commerce de flingues faute d’agrément d’Etat. Non, ce que je vais vous dire ce matin relève aussi du café de comptoir mais dans un autre domaine.

Pourquoi le tram-train de la Thur est aussi mal aimé?

Parce que ses détracteurs ont choisi dès le début de lui faire la peau. Des détracteurs? Oui, les inconditionnels du TER, les utilisateurs frontaliers, ces navetteurs contraints, se sont sentis grugés dès le départ. Faire rouler un tram sur une voie SNCF, c’était le plus mauvais choix à faire selon eux. Arrêts fréquents, absence de confort, et temps de trajets accrus. Pour les partisans du TER, si le tram-train a été construit jusqu’à Thann, c’est uniquement pour que l’agglo de Mulhouse atteigne la taille requise pour bénéficier d’un tram dans sa ville.

Guebwiller va attendre longtemps avant de revoir un train revenir devant sa gare: plus aucune ligne de train ne doit posséder sur son trajet des passages à niveau. Construire un pont pour la D83? faut pas rêver!

A nous de vous faire préférer le train! Je ne sais plus si ce slogan de la SNCF a existé un jour ou si je l’ai inventé. Utilisateur occasionnel du train, j’ai pris le tram-train de la vallée de Thann pour me rendre vendredi à l’Assemblée Générale du CADRES Mulhouse.

Je me suis un peu forcé, histoire de ne pas prendre ma voiture comme 95% des habitants des lieux. Ma fibre écolo a gagné.

Première déconvenue, le tram-train n’arrivera que dans 20 minutes. Je m’installe au volant de ma voiture sur le parking de la gare et j’écoute la radio. La SNCF n’y est pour rien, il suffisait que je me renseigne sur l’horaire. Vingt minutes, c’était le temps du voyage, en voiture. Bon, admettons!

Deuxio, je veux prendre mon billet. Il est 17h45 et le soleil qui descend lentement sur le Thannerhubel rend l’écran du distributeur illisible. Je tourne la grosse molette à l’estime sans voir ce qui est sélectionné…Au bout de deux cycles, j’obtiens mon billet cartonné.

Je monte dans le tram-train. Un visage barbu se penche sur moi. C’est le contrôleur. Il n’a pas perdu de temps. Je suis en règle. « N’oubliez-pas de composter au retour! » Au retour, j’apprendrai que le contrôleur a été chic avec moi car le billet de tram-train doit être composté sur le quai de la gare et pas dans la voiture du tram comme je l’ai fait…quel novice ce Maxou!

A propos de billet de train, vous avez vu le coût des prunes affiché dans toute les gares? ça fait froid dans le dos. Dès le 20 mars, pour améliorer la sérénité et l’équité de tous pendant le voyage, les règles de régularisations à bord de vos trains changent. La sérénité et l’équité? vous êtes sûrs?…moi ça me fout la trouille…

Des prunes dissuasives.

Notre tram-train est confortable. Pas suffisamment en tous cas pour les habitués qui mettent les pieds sur la banquette en face. Ce genre de comportement m’insupporte et j’imagine que nombre de voyageurs potentiels renoncent au train à cause de ces incivilités. J’en fait partie. Un ami a fait la remarque à l’un d’eux. A sa descente du tram, un comité d’accueil l’attendait. Gardons-nous donc de toute remarque provocante!

A Cernay, une effroyable gamine de six ans environ est montée à bord avec sa famille. Son jeu jusqu’à l’arrivée a été de parcourir le couloir central pendant tout le trajet en courant et en se traînant à plat ventre comme un Océdar. Un vrai démon! Jamais un parent n’est intervenu.

Au retour, j’apprendrai par un ami que mon billet n’était pas le moins cher (!), et nous ferons un kilomètre à pied le long des quais pour passer le temps car nous sommes arrivés trop tôt avant l’arrivée du train. Pourtant quand je stationne avec ma voiture à Mulhouse, mon smartphone me prévient de la fin de mon stationnement payant un quart d’heure avant, mais la SNCF ne sait pas me prévenir de l’arrivée de son train.

A nous de vous faire détester le train.

Les biffins contre les jaunes

Le Gouvernement est en ordre de bataille dispersé. Macron rentre en pétard du ski, Castaner liquide son préfet de police…et pour faire bonne mesure le Sénat en remet une couche avec l’affaire Benalla. Il est fait appel à la troupe pour défendre le Fouquet’s attaqué par les Gilets jaunes. Les pétochards se demandent ce qui se passerait si on subissait une vraie attaque de Trump ou de Poutine…

Le Fouquet’s, son charme intemporel demeurera t-il?

C’est un très mauvais message à l’adresse des citoyens de semer l’idée qu’un ennemi intérieur est parmi nous. L’action des Gilets jaunes est un spectacle bon enfant qui n’a rien à voir avec un mouvement insurrectionnel. Non, un vrai mouvement insurrectionnel pourrait ressembler à la rigueur à celui des grèves de la sidérurgie en 1979 où les manifestants neutralisaient des voies ferrées, des moyens de communication radio et des systèmes énergétiques. Ici, nous n’avons rien de tout cela, juste quelques symboles du capitalisme bling-bling donnés en spectacle avec des feux de Bengale sur les chaînes d’info en continu. Rien de comparable avec les lanceurs de balles de défense qui éborgnent les manifestants. Le pire pour Macron, qui n’en peut mais, est donc loin d’être arrivé. Les gesticulations du pouvoir sont d’un ridicule qui confine à l’excès.

L’ultra-gauche aurait donc quelques vertus, celle au moins de réveiller nos consciences face à l’endormissement du bon peuple par le dogme libéral incarné par Macron. Son Grand Débat est en train de faire « pschitt » et les Européennes se présentent sous un jour peu reluisant pour la classe dominante et sa doxa qui veut briser nos valeurs communes, services publics, enseignement, retraites, sécurité et justice sociales.

Curieux positionnement politique qui venant d’un sexagénaire féru de chose publique est pour le moins déconcertant. Je n’en rougis pas. Péché avoué est à moitié pardonné diront mes compagnons de route plutôt discrets sur ce registre de la citoyenneté. Je m’attends à devoir encore prendre parti prochainement pour l’Europe des peuples et contre l’Europe du libéralisme économique. C’est un devoir pour nous tous.

Ces images qu’il faut voir

Fiorina, une jeune étudiante picarde éborgnée lors des manifestations à Paris le 8 décembre

« Au pays des droits de l’homme, les lanceurs de balle de défense, les grenades de désencerclement et lacrymogènes doivent être interdits. » Laurent Thines, professeur et chef de service au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon

pétition en ligne pour un Moratoire sur l’utilisation des armes sub-létales

Cherchez l’erreur!

Cherchez l’erreur!

Dans cet inextricable conflit, l’erreur c’est moi. Je leur ai dit au Gj, leur gilet était destiné à rester au fond de la boite à gants. Pas à s’afficher sur les ronds-points. Je suis victime d’une usurpation d’identité, celle du cycliste sur la route. A présent, on me confond.

Je les entends les auto-mobilistes: « tiens, un gilet jaune qui se met au vélo! »

Véridique, l’autre jour, alors que je déambulais sur la colline de la Loh à Steinbach, un promeneur de chien m’a interpellé « si vous cherchez le rendez-vous des Gilets jaunes », c’est par là!… » me dit-il en m’indiquant la direction de Leclerc.

Les potins du lundi

Dix gilets jaunes flottent au vent autour du rond-point, les dix morts depuis le début du conflit, me dit-on…

J’y passe en rentrant de temps à autre lorsque c’est ma route.

Le grand rond-point du Pont d’Aspach s’est transformé. Je ne suis pas expert mais on me dit que ce mouvement est installé pour durer. D’ailleurs des constructions discrètes ont pris le relais des barrages filtrants. Elles sont en terrain privé comme au rond-point du Nouveau Monde à Soultz qui serait devenu un lieu de rencontre appelé « le petit jaune ». Le militant qui m’aborde ne ressemble pas à ceux du début. Il m’accueille. Avec jovialité. Et me propose une photo avec mon vélo sur le grand giratoire.

Dis à tes copains qu’il faut venir nous voir. Des dizaines de voitures passent en klaxonnant comme au premier jour et les petits enfants à bord nous font coucou de la main.

Un observateur expert, Philippe Corcuff, juge qu’un confusianisme s’est installé parmi les Gilets jaunes. C’est le développement de domaines où circulent des passages entre des thèmes de gauche, de droite et d’extrême droite. Ce ne sont pas les extrêmes qui se rejoignent : le confusianisme peut être présent chez des gens modérés dit-il dans Médiapart.

Je l’ai senti dès le début, la gauche radicale à laquelle j’adhère ne se retrouve pas dans cette confusion des genres, cette porosité de thèmes contraires. L’effondrement des valeurs de gauche, son émiettement, nous oblige à vivre dans un brouillard idéologique. Étrange cohabitation! Il est vrai qu’on ne peut pas demander aux gilets jaunes de rejoindre une culture politique faite de trahisons et de compromissions néo-libérales depuis trente ans. Au moins.

Il faut donc vivre avec ce fameux brouillard des idées, celles qui incarnent un besoin de justice, de renouveau démocratique et d’autres franchement réac., pourtant rares, que l’on découvre sur les ronds-points.

La France en friche (filature Ziegler, Buhl vallée du Florival) saura t-elle renaître?

Le mouvement semble déterminé. Insensible au Grand Débat qui tente de récupérer les modérés. Ce qu’ils veulent eux, c’est le départ de Macron.

De l’autre coté, le raout à répétition de Macron avec les maires ressemble à une campagne bis. Les maires qui s’exposent dans ce jeu avec Macron prennent à leur tour le risque de se couper de la base sociale qui s’exprime. C’est en campagne qu’il est bon Macron. Il sait entortiller son auditoire sans jamais mettre en cause son credo libéral. Ses recettes sont connues d’avance, ses chiffres implacables qu’il assène comme des vérités de l’ordolibéralisme de Bruxelles. Regardez le Brexit! dit-il, c’est ça que vous voulez? comme pour nous convaincre qu’aucune alternative n’est jouable. Attendons de voir!

Balade ordinaire

La saucée jusqu’à Wattwiller

Quand je ne trouve pas de titre, je ne vais pas rester une plombe à baptiser ma balade. Sauf avis contraire de mes lecteurs, ce sera donc balade ordinaire. En Alsace, les grains passent avec le redoux. Au pied du massif ça arrose sec! Je pars entre deux. Je passe à Michelbach, je prends la piste à Guewenheim et je m’arrête à Pont d’Aspach.

passage à niveau sans voie

On a vraiment affaire à un campement. Des tas de palettes, un feu, une cabane couverte de bâches. Je ne comprends rien. Mais je ne cherche plus. Les trois gars là ont trouvé une occupation. Ils campent derrière leurs slogans. Le gentil chien vient me renifler, méfiant, des fois que je sois un CRS déguisé en cycliste. Il a son harnais autour du poitrail. Jaune le harnais, ça va de soi. Quand j’ai pris un peu d’escarbilles dans les yeux, je traverse le grand rond en faisant l’épouvantail pour inquiéter autour de moi.

Je pousse à Bernwiller. Comment ne pas confondre l’un et l’autre? Bernwiller est plus proche de Berne que Berrwiller. Ce sera mnémotechnique à retenir. J’ai vérifié, 2km de moins, ouf!

Quand j’arrive à Heimsbrunn, la capitale est dans un beau halo tricolore. Je continue d’échapper aux grains qui passent. Je remonte vers le nord jusqu’à Bollwiller.

Mulhouse dans le lointain

Demi-tour! Celui-là, pas moyen d’y échapper: à Berrwiller, c’est la saucée jusqu’à Wattwiller. Le cuissard mouillé, ça rafraichit les cuisses. J’ai le vent de face, ça sèche plus vite.

Wattwiller

Oui, c’était la balade ordinaire, la balade de santé.

La bonne affaire du siècle

Gilets jaunes ou effet de serre, deux combats diamétralement opposés

Quatre organisations viennent de collecter 2 millions de signatures, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France ( à lire ici)

Je ne peux pas passer à coté de cette nouvelle sans réagir.

Ensemble, les signataires disent « stop à l’inaction » climatique. La pétition pour « l’Affaire du siècle », c’est un recours contre l’État devant son manque d’action face au réchauffement climatique.


Ed Hawkins, un spécialiste du climat britannique, rattaché à l’université de Reading, a synthétisé en un GIF les températures de ces 166 dernières années.

Je connais la réponse de l’Etat: « allez vous brosser avec votre pétition! » La réponse de notre écolo-ministre compatible LREM De Rugy n’a d’ailleurs pas tardé « ce n’est pas dans un tribunal qu’on va faire baisser les émissions de gaz à effet de serre »

Cette mauvaise humeur en rappelle une autre diamétralement opposée, celle des Gilets jaunes (encore eux!)

D’un coté, ceux qui veulent sauver le climat tout en faisant comme avant et de l’autre ceux qui veulent du pognon pour vivre…et rouler en bagnole, diesel inclus.

On n’est pas sorti de l’auberge.

Glacier du Rhoneglestcher (cliché vélomaxou)

Mais derrière cette opposition contestataire se cache en fait un mépris de classe. Ne tournons pas autour du pot, ceux qui signent pour le climat les yeux fermés ont du fric et n’en ont rien à cirer des gilets jaunes autour des ronds-points qui émargent à Pôle Emploi ou qui font la queue pour gratter la Prime d’Activité généreusement offerte par Macron.

Dettinger/Jouanno

le boxeur Dettinger a perdu son sang-froid

Figurez-vous que notre Chantal Jouanno va toucher 176.000 euros pour organiser le dialogue avec les Gilets jaunes.

Une somme rondelette pour discuter avec des gens qui émargent pour la plupart à 800 euros.

De l’autre coté, Christophe Dettinger qui a oublié qu’il n’était plus boxeur face aux gendarmes samedi à Paris.


La fédération de boxe, elle, est plus sévère. Elle fustige « le comportement inacceptable et honteux » de Christophe Dettinger dans un communiqué, quand son dernier entraîneur en date, Laurent Boucher, le traite de « con » sur France Inter. « En boxe anglaise, on apprend à ne pas taper un homme au sol. Jamais. Et lui, il l’a fait », regrette le coach.

Celui-là risque d’écoper de la peine max. Peut-être cinq ans.

Sa cagnotte solidaire atteint actuellement 118.252 euros.

En deux jours.

Je vais faire en sorte, comme d’autres, que Christophe Dettinger face mieux que Chantal Jouanno pour subvenir à ses frais de procès et à sa famille.

https://www.leetchi.com/c/soutient-un-boxeur-gilet-jaune

Il est everybody, le gilet jaune

En notre absence, la revendication continue! Il reste les stigmates ça et là d’une crise dont les acteurs ont déserté la place. Sur les ronds-points, depuis que les Gj sont partis, on assure la permanence du mouvement avec des slogans plus ou moins convaincants inscrits sur les murs. Il est non seulement le peuple notre gilet jaune, il est tout le monde! Je me souviens d’une époque déjà lointaine où l’on inscrivait sur les cabines de transformation de l’EDF dans les campagnes « Poujade avait raison ». De quoi avait-il raison Pierre Poujade? plus personne n’en sait rien. On peut dès lors s’attendre pendant de années à voir sur ce rond-point de Saint-Amarin « Je suis les Gilets jaunes » bien au-delà de notre souvenir de ce mouvement protestaire, une génération du « like » que tous les contempteurs de l’intelligentsia médiatique s’arrachent et tentent de maintenir en vie sous perfusion. Juste de quoi occuper la vacuité de notre espace politique décérébré.

Et maintenant?

La grande surface Leclerc le 17 novembre jour de l’occupation du rond-point de Cernay. Ce type de commerce est-il appelé à disparaître avec l’évolution de nos modes de consommation?

Et maintenant?

Que vais-je fai-ai-ai-re? disait l’autre

Maintenant chacun, chacune, va pouvoir reprendre son lot quotidien d’emplettes tout en s’acheminant vers 2019.

Comme avant.

Car l’évolution de nos modes de vie est lente.

Hier, plus un seul Gilet jaune sur la grande couronne de la Croisière de Cernay (Haut-Rhin).

Face à Leclerc.

L’allégresse du 17 novembre est loin…

Le parking géant a retrouvé sa clientèle chérie et les automobiles se croisaient au pas dans les allées dans l’espoir de trouver une place libre plutôt pas trop loin de l’entrée de la grande surface.

On manquait de chariots.

Le cours Caddie va reprendre de la vigueur et le consumérisme va pouvoir retrouver sa plénitude.

Nos emplettes sont nos emplois disait-on en 1995.

Et maintenant?

Pas si sûr!

https://player.ina.fr/player/embed/PUB412485015/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

L’automobile omniprésente n’a jamais autant eu le vent en poupe d’un point de vue culturel et les démocraties libérales n’ont nullement l’intention de peser sur les choix économiques (Olivier Schneider FUB)

Le navettage quotidien ville-campagne qui s’est instauré dans nombre de régions françaises va mettre plusieurs générations à s’arrêter.

Et ce n’est pas le vélo à lui-seul qui va résoudre la question.

D’ailleurs le vélo dans l’imaginaire moderne du français moyen, c’est une solution ringarde et rétrograde. Il faut savoir rester modeste.

Combien de générations?

Autant qu’il faudra pour que la ville rejoigne la campagne!… ou que la campagne rejoigne la ville.

Ou alors recréer des emplois sédentarisés et des unités de travail atomisées.

Vaste sujet.

Ce n’est pas un noir dessein, c’est une réalité humaine à laquelle nous allons devoir nous habituer.

Et tout la question de nos mobilités reste intacte et non résolue dès lors que vont peser de plus en plus les contraintes environnementales.

 

 

 

Les potins du lundi

IMG_4486Noël approche.

Je redoute tous les ans cette perspective des fêtes de fin d’année qui sont un prétexte à toutes sortes de joies programmées et de débordements divers comme les poubelles et voitures brûlées.

Pourtant, vous le savez, le 2 janvier de l’an nouveau, tout redeviendra pareil qu’avant.

Alors Noël, parlons-en.

Figurez-vous que quatre-vingt dix pour cent des jouets de Noël achetés en occident proviennent de…Chine.

L’occident mérite bien son nom: l’objet qui tombe.

La Chine, un continent à  lui-seul, qui pendant des millénaires est resté pétri de culture extrême-orientale très éloignée de la Révélation Divine chrétienne.

Le tour de magie industrielle des Chinois provient de la formidable épopée menée au pas de charge par la dictature communiste qui depuis quelques décennies s’est drapée du dogme capitaliste.

Les petits Chinois auront-ils des jouets à Noël? je ne le sais pas.

C’est peu vraisemblable vu que leurs parents qui triment sur les chaînes de fabrication des usines gagnent à peine 500 euros, un demi-smic quand même.

Coluche victime de son succès

330px-Coluche_(cropped)J’ai postulé.

Il faut bien que les bataillons d’improductifs se rendent utiles à quelque chose.

La société moderne est ainsi faite, une fois l’entreprise quittée, vous n’êtes plus rien.

J’ai donc postulé en ligne aux Restos du Cœur comme on le ferait pour une entreprise.

C’est des pros aux Restos.

Normal, leurs cadres marketing sortent tout droit des mêmes écoles qui forment ceux des grands groupes.

Tout est dans le questionnaire.

Nom, prénom, âge, adresse, téléphone, permis de conduire, caces, saisie informatisée de vos disponibilités heure par heure, compétences, motivations,…

Vient l’heure où on vous appelle.

Présentez-vous au responsable de Thann entre 9h et 11h le mardi ou le jeudi.

Une fois dans la cour des Restos, un attroupement de bonshommes tous dans la soixantaine, soixante-dizaine, et plus si affinités,…ils attendent un camion de surplus alimentaire à décharger.

Mon entretien fut bref.

On est complet, on n’a besoin de personne.

Manifestement, on n’est pas attendu.

Ça rappelle un peu les quais maritimes et les manouvriers journaliers.

C’est à peine si on m’a dit merci de ma sollicitude.

Je ne postulerai plus dans le caritatif, j’ai compris que ceux qui tiennent la place ne voient pas arriver d’un très bon œil les nouveaux postulants.

Finalement l’humanitaire obéit aux mêmes règles que le reste de l’économie; les demandes d’emploi y sont surabondantes. C’est du boulot gratis et malgré tout pas facile à obtenir.

En cette fin 2018, la plupart des associations constatent une baisse des dons, même en Alsace, championne de la générosité. En cause : la fin de l’impôt sur la fortune, l’approche du prélèvement à la source, sans oublier les manifestations des gilets jaunes (journal l’Alsace 16 décembre 2018)

Il y a dix ans, les dons représentaient 1.7 milliard d’euros et les principaux collecteurs étaient le Secours catholique, les restos du cour, médecins du monde, médecins sans frontières, Emmaüs, ou encore Action contre la faim.

Cette année le Téléthon a souffert des Gilets jaunes, dit-on. Mais n’oublions pas une autre raison de la baisse des dons: celle des riches qui bénéficient à présent de la suppression de l’ISF et qui n’ont plus besoin de niches fiscales pour défiscaliser leur pognon.

300 à 400 millions en moins!

Gilets jaunes et ISF, même combat!

Même ce cynisme là, j’en suis capable.

Si vous exécrez comme moi les fêtes de fin d’année, voici de la lecture en attendant que ça passe…

https://velomaxou.com/2011/12/19/je-deteste-noel/

https://velomaxou.com/2013/12/25/pere-noel-donnez-nous-notre-pain-quotidien/

https://velomaxou.com/2015/12/24/dr-wiehnachtsbauim/

Un dernier potin pour revenir sur cet extravagant feuilleton des « Gilets jaunes » qui me tient à cœur après avoir observé de près leurs pratiques sur les ronds-points du coin

Autrefois, on prenait la Bastille, aujourd’hui des ronds-points.

Précision: le rond-point a été inventé pour les bagnoles afin de rendre les intersections plus fluides et moins accidentogènes.

Vu du cycliste, le rond-point est devenu beaucoup plus problèmatique puisqu’il équivaut à mettre le cycliste en danger. Passons.

Les Gj se déclarent apolitiques et tiennent à le rester

Il est pourtant facile dans ce salmigondis d’y voir l’empreinte d’un populisme inavoué.

Si la fin des Gj se termine en jus de boudin, on en tirera cependant quelques enseignements. Mais je me trompe peut-être puisque eux-mêmes affirment continuer leur action le temps qu’il faudra.

A force de faire les ronds-points comme d’autres les Carrefours, les Gj nous donnent le tournis et le pouvoir d’en face, requinqué par la relative baisse des manifestants, commence à s’insurger de cette occupation non patentée du domaine public depuis un mois.

Macron va t-il pousser le luxe jusqu’à percevoir une redevance d’occupation de ses giratoires par les Gilets jaunes?

IMG_0257
les Gilets jaunes ont porté sur la place publique des sujets d’ampleur planétaire comme la taxe carbone

Certains usagers perdent de plus en plus patience et ont tendance à rouler un peu trop facilement sur les pieds des protestataires qui comptent déjà six morts.

Revenons sur le mouvement.

C’est celui d’une classe devenue invisible, un magma protéiforme sans aucune consistance politique (la conscience politique est pourtant clé de l’émancipation des peuples dont les Gj se disent être les représentants). Une classe invisible qui s’est habillée en jaune pour qu’on la reconnaisse, et qui a été capable de secouer un pouvoir arrogant imbu de ses certitudes néolibérales.

En matière d’apolitisme, moi qui suis un peu au fait de notre histoire ouvrière, j’ai rarement vu une génération aussi crasse que celle des Gilets jaunes sur des sujets majeurs que sont l’histoire contemporaine, la géographie humaine et l’économie qu’elle soit libérale ou marxiste. Nos vieux staliniens de l’après-guerre doivent se retourner dans leur tombe. Eux, au moins, savaient faire la différence entre un oppresseur et un opprimé. Ce qui n’est pas le cas des Gj qui ne revendiquent aucunement de prendre le pouvoir d’en face qui les asservit.

Je suis stupéfait par les niaiseries colportées par les Gilets jaunes devant les micros qu’on leur tend complaisamment. Les journalistes, friands de sensationnel, devront plus tard se demander s’ils n’ont pas surjoué les Gilets jaunes au nom de l’audimat…

En même temps, reconnaissons-le, les Gilets jaunes ont porté sur la place publique des sujets d’ampleur planétaire comme la taxe carbone, mais aussi mis l’accent sur l’incroyable niveau des prélèvements obligatoires de la France en regard de services publics de plus en plus imparfaits (école, santé, retraites, transports, infrastructures).

De qui les Gilets jaunes sont-ils les héritiers?

Ils sont les héritiers des Trente Glorieuses, c’est à dire d’une classe moyenne en déclin où l’ascenseur social s’est arrêté.

Subitement.

Il sont devenus de parfaits petits soldats d’un consumérisme avilissant, sans autre idéal social que voiture, maison, boulot, sans aucun repère politique.

Dans le bréviaire revendicatif glané sur les ronds-points, tout y passe; la baisse des taxes sur les carburants, l’interdiction des classes de plus de 25 élèves et aussi « que des emplois soient créés pour les chômeurs ».

Autrement dit, réinstaurons la dictature du prolétariat!

Je me rappelle le PCF appelant à interdire les licenciements dans les années 70 lors de la disparition de l’industrie lourde du Pays.

Finalement, le Gilet jaune d’aujourd’hui, c’est Gérard Nicoud dans la peau de Georges Marchais.

On est loin de 1789!

Si vous voulez vous rendre compte de l’étendue de ce catalogue à la Prévert des Gilets jaunes, c’est ici

Tout le monde devrait y trouver chaussure à son pied!

Derrière cet emballement de propositions s’exprime cependant une crainte légitime,  celle d’être réduit socialement au rang des Chinois, déjà maîtres du monde, parqués dans des cages à lapins au-dessus de leurs usines.

Les Gilets jaunes l’ont compris, leurs boulots sont promis à disparaître dans la société 3.0 qu’on leur destine. Ils ne serviront plus à rien dans l’économie mondialisée puisqu’il n’y aura plus d’emplois intermédiaires et subalternes à occuper.

Plus besoin de bagnoles diesel ou électriques pour aller bosser!

La politique d’En Marche, le mouvement élitiste (le fameux premier de cordée) d’Emmanuel Macron, c’est justement celle-là, celle qui est chargée de passer par pertes et profits quelques millions de nos concitoyens.

Sans le dire.

En ce sens, les Gilets jaunes préfigurent le futur lumpenprolétariat de demain.

Pas de conscience de classe, incapacité à s’organiser, manque d’éducation, violence larvée.

Les Gj refusent même le principe élémentaire d’une coordination qui aurait pu préfigurer l’ébauche d’une organisation représentative comme a su le faire En Marche.

Tant pis pour eux!

Et peut-être tant mieux pour nous…

La démocratie Facebook!

Maintenant, on peut s’attendre à voir prospérer dans les urnes un populisme bien franchouillard aux prochaines élections, un populisme comparable à celui de nos voisins.

Les Gilets jaunes iront-ils voter en masse?

Rien n’est moins sûr, car ils sont plutôt adeptes d’une démocratie directe et expéditive le smartphone à la main, ce que nous pourrions appeler la démocratie Facebook.

Le bulletin de vote du Gj, c’est le like

En attendant, il reste un os à ronger pour les Gilets jaunes: le RIC, le Référendum d’Initiative Citoyenne sorti d’on ne sait (z)où, un machin qui ne verra jamais le jour autrement que sous une forme édulcorée.

Un cadeau empoisonné que Macron a refilé aux maires pour Noël.

On en reparle l’année prochaine après la trêve des confiseurs.

 

 

 

 

Gilets jaunes, jusqu’où aller?

img_0252
L’apprentissage de la lutte

Après les propositions du président de la République hier soir, je suis retourné voir les gilets jaunes à Pont d’Aspach.

Rien ne filtre.

Les femmes s’appliquent à confectionner des panneaux revendicatifs.

Sans fautes.

Une mini société s’est installée autour du grand giratoire avec ses codes.

IMG_0253

Faut démonter le campement coté Belfort demain, la gendarmerie nous a prévenu du passage d’un convoi exceptionnel…et libérer la place centrale où sont stockés les fourgons roumains et polonais.

La rigueur de la filtration des véhicules est toujours présente.

Les campements sont consolidés après la bourrasque de vent.

Les cheminements piétons sont améliorés à l’aide de moquettes et les pentes reçoivent des escaliers de bois.

J’ai des nouvelles du syndicat dit l’un qui s’engouffre au fond d’une tente…

L’équipe qui contrôle les arrivées de l’A36 venant de Mulhouse fait ranger les camions sur la file de droite. Ils sont bloqués à l’aide de poutres de bois.

Les voitures sur la file de gauche.

On ne rigole pas.

Il n’y a pas de chef ici me dit un retraité particulièrement vindicatif.

Les routiers et les paysans sont des pourris, on devrait bloquer les camions plus longtemps.

En face, on déverse un camion de palettes destinées à alimenter les braseros.img_0257

Il ne faut pas aller à Paris. A Paris ils nous coincent. Ici on est chez nous. Personne ne peut nous déloger.

Les sapins de Noël sont déjà plantés.

Manifestement, on ne sait pas sortir du conflit. C’est le statu quo.

L’acte V est déjà dans toutes les têtes.

Je repars sur mon vélo.

Dubitatif.

Visite d’ouvrages

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A la Croisière de Cernay, je ne m’attarde pas car un grain menaçant approche

Ce matin, je profite d’une accalmie du temps pour sortir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je rends visite aux gilets jaunes.

A la Croisière de Cernay, leur campement de fortune s’est doté de confort.

Des abris ont été construits à l’aide de bâches et de palettes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quelques stères de bois pour tenir si le froid s’installe. Au tableau d’affichage, les consignes à observer quand on change d’équipe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je pars à Burnhaupt.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En chemin encore une décharge sauvage. Cette fois c’est l’œuvre d’un chauffagiste qui s’est débarrassé d’une vieille chaudière murale et de ses tuyaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Matthias a déménagé avec sa voiture. Il est à présent au bout de la rue de la Libération à Aspach-le-Bas. Son radiateur livré n’est pas le bon et son moteur ne démarre plus. Il a faim.

 

Matthias voudrait du pain, du fromage, du poisson en boites, des chips, de la salade et du chocolat. Je me propose de l’aider en le ravitaillant, si quelqu’un veut se joindre à moi, me faire signe.

 

Il me demande de joindre l’association Robin des Toits.

On peut lire l’histoire de Matthias Moser ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quand j’arrive à Pont d’Aspach, c’est l’heure de « libérer » les caboteurs des pays de l’est parqués au centre du giratoire. Ces types sont exploités par leurs patrons (ils travaillent en France avec les conditions de leurs pays) et faussent la concurrence. C’est un des mauvais coté de l’Europe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A Aspach, du bois pour l’hiver et deux immenses remorques pour s’abriter .

La télévision a été installée dans l’une des remorques.

Les équipes se relaient jour et nuit.

Tout va dépendre de la façon dont le pouvoir va s’exprimer, me dit-on…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Doller a repris de la vigueur avec les dernières précipitations

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La grande passerelle recouverte de planches est très glissante, je longe à pied en me tenant à la main courante

 

 

Atmosphère électrique

 

Destination capitale, c’est à dire Mulhouse.

Vent portant.

Matthias est toujours dans sa voiture. lire son histoire ici

Il attend son radiateur.

Emballé dans son sac de couchage, il ne me lâche plus.

Je prends le mesureur de champ…la Led est jaune.

C’est votre portable.

Il veut savoir les nouvelles car il n’a pas de radio.

Je lui raconte succinctement, les Gilets jaunes, Macron, l’Olympe…

Il semble très étonné, comme s’il revenait d’un voyage sur la lune.

Il y a vingt cinq ans, j’étais déjà là à Aspach Gare et il y avait une cabane, mais je ne la retrouve pas.

Je vous ai vu sur YouTube filmé par Télé Doller en 2014…

Oui, mais à Bourbach, je n’ai pas pu y rester, trop de champ électrique avec la ligne à 20.000 volts.

Je parviens à m’échapper.

Au rond-point du Kaligone, ….les Gilets jaunes en discussion féroce avec le député Raphaël Schellenberger (LR) qui n’en mène pas large.(vidéo ci-dessus)

img_0219
Sans commentaires

img_0221
l’épicerie générale des GJ

Finalement je prends cette grande piste…

img_0222

…et je vais rejoindre mon avion qui m’attend pour Biarritz.

img_0225

Au retour, les éternels endurcis du vélo que je croise l’un après l’autre., Maurice, Alain et Pierre

 

De Vélomaxou à Jardimaxou

Si j’ai les pieds verts, mes mains ne le sont pas encore.

Remarquez que savoir faire du vélo en prévision de la disette pétrolière qui s’annonce, c’est un atout considérable.

le vélo, valeur en hausse? velo-clodo même combat à lire ici

Vélomaxou va t-il se convertir à la culture des fruits et légumes?…et devenir Jardimaxou?…

Les évènements qui se déroulent actuellement dans le Pays ne doivent pas nous faire prendre panique.

Sauf si nous sommes des modérés effrayés par la perspective d’un soulèvement social.

Je ne suis pas un modéré, personne n’en doute. J’ai par exemple un profond mépris pour cette classe dirigeante néolibérale méprisante qui n’a de cesse de détruire notre modèle social.

Mais je sais que d’une manière ou d’une autre, nous allons manger du pain noir pendant quelques années quelle que soit l’option politique choisie, à savoir:

  • soit accepter les mesures de casse sociale de Macron et son corollaire l’asphyxie fiscale et l’explosion de la pauvreté et des précarités
  • soit accepter la faillite de l’État sous les coups de la révolte qui nous fera sortir de l’euro et reprendre notre monnaie dévaluée de 30 à 40%

Ironie du sort, en 2012 j’imaginais que pour nous prémunir de tous ces chocs de compétitivité, les cyclistes battent leur propre monnaie, le bicycle. (lire mon billet ici)

C’est trop tard!

Donc, préparez-vous à cultiver vos légumes pour manger car vous ne pourrez plus vous les payer.

Pas de panique: bien organisé et bien conduit, un potager de 100 m² en moyenne permet de récolter une bonne partie de l’année des légumes frais pour une famille de 4 personnes.

Il est parano le Maxou.

Vous croyez?

Quelle surface de jardin pour se nourrir toute l’année? c’est ici…

 

Ciel, mon mardi!

img_0177

Étroite fenêtre de tir.

Je pars en plaine en longeant les collines où se détachent des lambeaux de nimbus.

Si la Doller s’est ragaillardie avec les pluies, le réservoir de Michelbach est au plus bas.

img_0175

Un petit coucou aux Gilets jaunes.

– Alors ça y est, Philippe a parlé, vous allez déménager?

– Pas question, c’est une entourloupe, le compte n’y est pas.

Des tentes de fortune ont été installées autour de braseros.

La perspective de passer Noël au bord du giratoire ne semble pas inquiéter…

 

Allo bobo cyclo!…

le cycliste en ville doit-il reculer face aux gilets jaunes?

Silence radio chez les cyclos urbains.

Ils s’étaient arc-boutés sur le Plan Climat, la taxe carbone, la hausse des carburants.

Tout allait dans leur sens avec la Macronie.

Ils se sentaient pousser des ailes sur leur vélo.

Patatras!

Voilà que tout ce merveilleux plan s’effondre à cause de ces enfoirés de gilets jaunes qui puent le gasoil.

Ils ne comprennent pas cet entêtement des bagnoleux de province à continuer à rouler en voiture.

Avec Macron, beaucoup de cyclistes-ayatollahs imaginaient qu’enfin on allait faire la peau au diesel qui irrite les bronches.

Coûte que coûte.

C’était un peu prématuré, nos jeunes têtes d’œufs de Bercy se sont plantés; ils ont tout simplement oublié que les dindons de la farce seraient les besogneux qui peinent à boucler les fins de mois.

Il est vrai que pour un cycliste en ville, les choses sont simples.

On fait des pistes cyclables partout et roulez jeunesse!

C’est évidemment réducteur, c’est oublier que le vélo en ville, c’est à peine 3% de la part modale et beaucoup moins dès lors que vous devez faire dix bornes pour rejoindre votre taf.

Macron et ses cyclos bobos vont devoir encore attendre un peu.

 

On veut des ronds!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Champs Elysées. 

La prise du rond-point des Champs-Élysées par les Gilets jaunes, je dois le dire, ça avait de la gueule.

Fallait y penser!

Des types qui veulent des ronds et qui squattent les ronds-points, c’était déjà tout un symbole.

On devrait rebaptiser la place du général qui aimait tant la chienlit, place des Gilets jaunes.

On le fera après Macron, lorsqu’il sera parti…et qu’il ne reviendra plus.

Dans ma rubrique Humour, comment prendre les ronds-points?

L’approche du rond point

Un rond point ou carrefour à sens giratoire est signalé par un panneau spécifique.

  • À l’approche d’un carrefour à sens giratoire, on freine, on rétrograde, on contrôle en gardant le pied sur le frein et on prend la décision de s’engager 3 à 4 mètres avant le rond point. Attention ! Les cyclistes et cyclomotoristes qui sont moins visibles peuvent être masqués par le montant gauche du pare-brise.

  • Avant de m’engager dans l’anneau, je devrai céder le passage à tous les usagers qui y circulent.

  • Comme tout ouvrage formant obstacle, le rond-point doit être contourné par la droite.

Les potins du lundi

logojpgJe sais que ce billet, comme d’autres, ne satisfera pas l’appétit de mes lecteurs plus attachés à l’actualité du vélo qu’aux faits-divers qui jonchent notre quotidien.

Pourtant ce fait-divers là devrait intéresser plus que d’autres dans la mesure où il représente à mon sens une virgule, un point-virgule(?), de notre histoire contemporaine.

Qui sont les Gilets jaunes?

J’avoue avoir eu du mal en stationnant sur les ronds-points avec mon vélo à comprendre l’origine et le parcours des gens rencontrés, même si je ne suis pas dénué, je pense, d’acuité pour comprendre l’autre, celui qui adopte un comportement inhabituel dans la rue et qui brandit en étendard quelques slogans vindicatifs qui devaient sourdre dans les esprits au fil des derniers mois passés.

L’IFOP y répond…

« Sociologiquement, il s’agit prioritairement d’employés,
d’ouvriers, d’indépendants résidant en zone rurale ou péri-urbaine. Politiquement, ils se recrutent préférentiellement dans les rangs des électeurs de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon mais aussi des abstentionnistes.
Nous sommes donc en présence d’un noyau actif de quelques dizaines de milliers de gilets jaunes qui se relaient sur les barrages routiers depuis plus de deux semaines. Autour de ce noyau militant gravite un halo, objectivement assez large de 20% de la population qui s’identifie à ce mouvement (et qui peut par exemple manifester son appartenance à la cause en mettant en évidence son gilet de sécurité fluorescent sur le tableau de bord). Enfin, à ce halo jaune, viennent s’agréger près de 50% des Français qui soutiennent et ont de la sympathie pour le mouvement. »

La démocratie représentative est en danger

Telle qu’elle est pratiquée dans nos vieilles institutions, on est en droit de s’interroger sur la pertinence de notre démocratie.

Dans un Pays comme la France où la prééminence du pouvoir exécutif écrase le législatif, le citoyen lambda a de quoi se sentir démuni avec ces échéances de consultations périodiques et ponctuelles qui consistent à donner un blanc-seing à des gens qu’on estime être capables de gérer pour nous les affaires courantes de l’état…et de prévoir souvent l’imprévisible.

Mais le handicap est de taille pour nos gouvernants: la souveraineté de la nation est fortement sous contrôle de Bruxelles où siègent les grands lobbys économiques et financiers de la planète décidant là-bas ce qui est bon et moins bon pour nous ici.

Curieusement les Gilets jaunes ne revendiquent pas plus de démocratie représentaive, au contraire ils veulent juste reporter l’échéance présidentielle à sept ans au lieu de cinq!

Ce qu’ils veulent les Gilets jaunes, c’est le départ de cette caste nouvelle et condescendante à leur égard et du pognon, pour le dire trivialement.

Le problème, c’est qu’on n’est sûr de rien et que le remède pourrait être pire que le mal.

Dès lors que l’État n’a plus d’argent et qu’il ne peut plus comme du temps de Pinay faire fonctionner la planche à billets avec l’Euro, les marges de manœuvre sont inexistantes.

Notre représentation politique est largement discréditée

Il y aurait beaucoup à dire sur ce président monarque, celui-là et les précédents, auquel on confie peut-être trop imprudemment les clés de la maison France sans un amortisseur constitutionnel clairvoyant.

Aussitôt élu, on allait voir ce qu’on allait voir!

« Je suis votre chef » dit-il aux armées aussitôt élu, comme pour s’en convaincre face au général De Villiers.

Voila qui était de mauvais augure pour la suite.

Après le Sarkozy bling-bling du Fouquet’s, Jupiter sur son Olympe!

N’oublions pas que la représentativité de Macron repose sur une fragilité démocratique, un scrutin à deux tours où la légitimité de l’élu pose problème quand les choses se passent mal, c’est à dire lorsqu’on est mal élu.

C’est le cas avec l’ex-candidat Macron.

Moins de 24% des suffrages exprimés au premier tour. A peine 2% de plus que Marine Le Pen!

Il faut s’en souvenir pour comprendre la fragilité du pouvoir en place.

Et au second tour?

Emmanuel Macron a été élu par seulement 43,6% des électeurs inscrits, alors que le total de l’abstention et des votes blancs et nuls a atteint 34%.

Du coté des élus de la République, on se retrouve avec une pléthore de jeunes députés sans expériences de terrain profitant de la vague de dégagisme impulsée par Macron, souvent issus des beaux quartiers, et plutôt surdiplômés.

Et maintenant?

Et maintenant que tous les « gagne-petits » de la France laborieuse sont descendus dans la rue, qu’est-ce qu’on fait?

Les chaînes d’infos en continu déroulent leurs images insurrectionnelles et, étrangement, aucun homme ou femme politique n’est là pour commenter. Ni de droite, ni de gauche.

C’est la fuite de nos politiques.

Ni Mélenchon, ni Le Pen ne veulent prendre part aux débats.

Comme on les comprend!

C’est donc la rue qui gouverne, ou presque.

Au point que notre ministre Castaner songe à l’état d’urgence!

Du coté des maires, c’est la grogne

Contestés dans leurs pouvoirs par les regroupements territoriaux, malmenés par Macron, assaillis par les citoyens, ils n’ont plus qu’un choix, battre en retraite.

Du coté des syndicats de travailleurs, le mépris de classe affiché par le pouvoir est patent. Le désaveu du monde du travail à l’égard de ceux censés les représenter achèvent de les plonger dans le discrédit.

Que reste-il face à ces élections fragiles qui confisquent tous les pouvoirs?

La rue!

Et c’est cet incroyable magma protéiforme impénétrable constitué par ce qu’il est convenu d’appeler « mouvement gilets jaunes » qui prône une sorte de démocratie directe et horizontale sans l’aide d’aucun relais qui prend le leadership.

C’est ce que nous appelons une prise de pouvoir 3.0 le smartphone à la main.

« Macron démission », c’est le slogan insistant entendu.

Il reste à attendre la réponse du pouvoir…

Ça ne va pas être chose facile à quelques enjambées de 2019 avec son lot de mauvaises nouvelles, encore une hausse des carburants et le fameux prélèvement à la source. Une source qui se tarit.

 

Tourner en rond à Burnhaupt

Le cycliste qui passe par là ne manque pas de sang-froid, il doit affronter un grand giratoire dénommé rond-point d’Aspach.

C’est devenu un rond-point stratégique, confluence de grands axes pour rejoindre Belfort ou la vallée de la Doller.

Depuis que des turbines exceptionnelles y passent, on a créé une voie centrale pour éviter au porteur d’emprunter le grand rond.

Stratégique aussi pour les Gilets jaunes.

Actuellement, le grand rond est occupé par une exposition de camions et d’engins de travaux publics. C’est la convergence des forces dans la lutte, je présume.

img_0105
le petit fourgon à toile bleue est prié de stationner pendant une heure. On le ravitaille en tartiflette.

Je n’ai pas les clés de décodage de cette revendication protéiforme qui va du pouvoir d’acheter, à la démission de Macron, voire au retour du septennat!

Difficile pour un syndicat de faire un catalogue revendicatif.

Aujourd’hui la voie centrale sert surtout à stocker les fourgons venus de Roumanie ou de Pologne. (lire mon article Dumping social sur nos routes)

Ceux-là sont systématiquement priés d’attendre une heure avant de repartir.

Ces travailleurs profitent de la directive Bolkenstein. Alors ils sont punis doublement par le GJ.

Ils font ce qu’on appelle du cabotage, c’est à dire qu’ils habitent au-dessus de la cabine de pilotage pendant trois mois et transportent les colis d’Amazon.

Ils gagnent 1800 euros pour les trois mois et ils repartent chez eux pendant un mois me glisse un Gilet jaune.

C’est vrai qu’avec le mouvement GJ, on tourne en rond.

img_0139
Je traverse à pied et je me fonds parmi les Gilets jaunes

Je discute au bord de la route avec les uns et les autres tandis qu’une dame ordonne le passage des véhicules, un à un, à la condition de montrer son gilet et de klaxonner.

Une autre tient un bristol sur lequel il est écrit « un klaxon=un soutien »

Moi, j’aurais plutôt écrit « un euro= un soutien » dans ma logique « j’veux des tunes ».

Alors les usagers se prêtent de plus ou moins bonne grâce à ce rituel.

J’avoue avoir du mal à comprendre cette équation.

Pendant ce temps là, un cortège de camions tournent en rond.

Il me rappelle le sketch de Raymond Devos.

 

Diesel, auto de la ruralité

diesel-sale-en-france-750x410.jpg

En s’attaquant au prix du gasoil, le gouvernement s’est d’abord attaqué à notre pouvoir d’achat…masqué derrière un objectif de santé publique.

Mon enquête tente à le démontrer.

Comme par hasard en écho au mouvement des Gilets jaunes, une étude est publiée sur Le Monde (qu’on peut lire ici) pour annoncer que la pollution automobile coûte 60 milliards d’euros par an en Europe.

60 milliards de frais de santé!

Après les 48000 morts prématurées dues à la pollution en France, voila du grain à moudre pour les détracteurs du mouvement Gilets jaunes.

Une étude qui sort à point…et que la plupart des anti-bagnoles s’empressent d’agiter comme des épouvantails.

La FUB est la première à twitter, c’est de bonne guerre, et vient au secours du gouvernement qui ne sait plus comment se dépêtrer des gilets fluos.

Revenons sur l’étude commandée par l’Alliance européenne pour la santé publique (EPHA), ONG qui regroupe une centaine d’associations et de professionnels de la santé. (Étude commandée à qui? on ne le saura pas.)

Je suis allé voir ce qui est dit sur le site de cette fameuse alliance européenne pour la santé…

Les dernières données montrent un fossé de qualité de l’air sérieux entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest, des inégalités de santé croissantes.

Une des raisons pour cela le fossé aiguisé est la hausse (l’ascension) croissante des importations des exportations de voitures diesel d’occasion aux Pays de l’Europe de l’Est et Centraux, comme des conducteurs en Europe occidentale les abandonne en réponse à la hausse(l’ascension) d’interdictions de la ville, des zones d’émissions basses et des préoccupations(entreprises) de santé conduites par le scandale Dieselgate. En conséquence, la qualité de l’air empire en Europe de l’Est. Des pays occidentaux exportent le problème, plutôt que le résoudre et approfondir le fossé de qualité de l’air Est-Ouest. [3] les déjà hauts coûts sociaux et économiques liés avec la pollution atmosphérique approfondiront seulement aussi l’écart(le trou) de santé entre l’est et l’ouest.(traducteur automatique)

Donc si les Bulgares toussent, c’est parce qu’ils rachètent nos vieux diesels

Ci-dessous le graphe des années de vie perdues dues à la pollution d’air ambiant pour cent habitants

lost-years-of-air-pollution-per-hundred-inhabitants.png
Ce qui saute aux yeux, c’est que la France se situe « en bonne position », si l’on peut dire, en matière de décès prématurés dus à la pollution devant l’Allemagne, l’Italie et les Pays de l’Est européen en contradiction avec notre parc de véhicules diesels.
Comprenne qui pourra!

Le diesel instrument de la ruralité

Continuer d’appauvrir la ruralité, le gouvernement s’y emploie en alourdissant la fiscalité du diesel comme le démontre cette carte de la diesélisation du pays.repartition-diesel-france.gif

L’Argus relève une corrélation entre pauvreté et possession de diesel en établissant un graphe des départements les plus dieselisés avec les ménages les moins imposés sur le revenu…

17577306lpw-17577311-embed-libre-jpg_5736055.jpg

 

Ils étaient trois

J’ai voulu voir si le grand giratoire de Cernay, à la Croisière, était toujours occupé.

Vous le savez, je suis un passionné par notre temps.

Je m’y suis donc rendu dans le cadre de mes exercices nocturnes à vélo.

Revêtu de mon gilet jaune, cela va de soi.

J’avoue avoir été déçu, ils n’étaient que trois.

Mais ils étaient chauffés à blanc.

L’un d’eux saute de joie en voyant un cycliste approcher, il vient au-devant de moi et m’invite à rejoindre le rond avec mon vélo.

Je ne peux que m’exécuter.

J’accède aux infrastructures du camp de base…des palettes judicieusement disposées en canapé, des vieux pneus,…et les restes d’un feu de camp.

Un grand drapeau tricolore pour caresser les autos en prenant de grands risques et entendre le concert de klaxons.

Moi je suis d’Épinal,

A Épinal, c’est mieux…

Mais je bosse ici, je prends à trois heures (du matin)

Moi, je viens seulement de Thann

!!!

Hé les gars, le Monsieur il vient de Thann en vélo!…

Un autre plus timoré évite d’empiéter sur la chaussée, tandis que le troisième s’est drapé dans un drapeau tricolore qu’il tient d’une main autour du cou, une canette de bière dans l’autre main.

Une petite FIAT Panda équipée d’une sirène fait le tour du giratoire et déclenche les hourras.

Un gros bahut de 38 tonnes « Transports du Perthois » remonte la vallée, un coup de klaxon et un geste amical de la main.

Entre deux flots de circulation, je quitte le giratoire et je rentre à Thann.

gilets-jaunes
Thann-Cernay la nuit à vélo. Évitons les grands axes!

La bruine reprend à Saint-André, alors je visse ma capuche sur ma visière et j’ajuste ma vue entre les lunettes et mon bord de casquette.

Mon phare éclaire la noirceur des lieux et mes jambes tournent comme les aiguilles d’une horloge.

Sans faire tic-tac.

Le pouvoir dans le doute

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Deux cents environ à Pont d’Aspach

Macron serait dans le doute car le mouvement ne faiblit pas contrairement à ce qu’annoncent les médias.

Ce soir les chroniqueurs se désolent de l’incompétence de l’État.

Du coté des gilets jaunes, le feu vert est donné pour poursuivre le mouvement car la détermination est forte.

Il est vrai que l’agrégation des rancœurs est un ferment puissant.

Les milieux économiques doivent prendre peur à quelque semaines des fêtes de fin d’année..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une centaine  la Croisière de Cernay

Après ce parcours qui devient désormais mon pèlerinage, je poursuis ma route.

Au loin, les Alpes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur mon retour, deux jeunes qui peaufinent leur parcours de bosses.

Bravo les gars!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les écolos rigolent jaune

Parmi ceux qui se félicitent de cette mésaventure qui frappe « les gilets jaunes »: les écologistes.

Ceux de la première heure qui n’ont jamais cessé de vilipender les premiers responsables de la pollution, à savoir les automobilistes.

Invoquer les tankers, les avions de ligne, oui ils le font aussi.

Mais les automobilistes, et les camionneurs!, ce sont des proies faciles.

D’autant que les retombées polluantes dans les villes sont « à portée de mains », oxydes de carbone, oxyde d’azote, microparticules et autres composés chimiques tous néfastes pour la santé et la planète.

Autant le dire tout de suite, j’ai toujours eu une méfiance relative à l’égard des écologistes de salon toujours prompts à nous donner des leçons de bien vivre sans toujours démontrer et éprouver concrètement leurs préceptes.

Des écolos à vélo, j’en connais peu.

L’affaire des gilets jaunes pourrait bien se retourner contre ceux qui ont allumé le feu de la discorde.

A commencer par le sieur Hulot et avant lui la dame Royal.

Vouloir mettre la France rurale à pied à marche forcée, sinon à vélo, est un vœu pieux dans lequel le gouvernement s’est fourvoyé en cumulant hausse des prix pétroliers et fiscalité.

Il est à craindre que notre France en Marche et ses jeunes thuriféraires au pouvoir s’y cassent les dents car il n’existe actuellement aucune alternative crédible au tout voiture dès lors qu’on exige des Français mobilité et flexibilité au travail. Ce ne sont pas les mesurettes prises dans l’urgence qui vont mettre un terme au mécontentement. Pendant quarante ans, on a gentrifié les villes, exilé les forces populaires dans le péri-urbain toujours plus loin sans développer les infrastructures collectives de transport ad hoc et à présent on s’étonne des dégâts de la route et des retombées carbonées.

On va mettre du temps à sortir du dilemme. Surtout que le peuple est chauffé à blanc!



Les potins du lundi

Si l’actualité cycliste observe un relatif sommeil avec les premiers froids, en revanche l’agitation sociale prend de l’ampleur à une période inhabituelle de l’année.

A deux mois du prélèvement à la source tant redouté par le gouvernement, à six mois des Européennes, le mouvement dit « des gilets jaunes » interroge.

Une France en recherche de vérité. Si le message du gouvernement est faiblement audible quant à sa politique fiscale, celui des « gilets jaunes » est encore moins convaincant sur un plan au moins: il n’a pas fait céder le pouvoir après deux jours de barrages filtrants aux abords des centres urbains.

J’ai compris le message délivré par le gouvernement pendant ces derniers jours.

En substance celui-ci:

Si le carburant augmente c’est pour limiter notre empreinte écologique, et donc nous devons continuer à augmenter la taxe carbone là où nos prédécesseurs n’ont pas fait assez.

Voila de quoi satisfaire du coté du mouvement écologique qui étrangement se fait très discret dans les médias.

Hulot serait-il parti trop tôt?

Pour ces Français qui manifestent, l’écologie est bien punitive, eux à qui l’on a dit « vivez à l’air pur de la campagne et travaillez à la ville ».

Il reste cependant la seconde partie du plan gouvernemental à développer…

Ce que le gouvernement se garde de dire, c’est qu’il n’a pas encore su résoudre la deuxième partie de l’équation écologique, à savoir comment les Français péri-urbains vont devoir se déplacer pour aller bosser là où il n’y a que la voiture.

Inévitablement, on pouvait donc s’attendre à une réplique des usagers, pour la plupart des péri-urbains appartenant, dit-on, à la classe moyenne-basse ( c’est à dire gagnant entre 1500 et 2000 euros par mois) qui peinent à boucler les fins de mois, aidés en seconde ligne pourrait-on dire par les possesseurs de gros diesel 4×4 survitaminés.

D’autant qu’on laisse entendre que les hausses ne sont pas terminées…

Force est de le reconnaître, la réponse gouvernementale relève de l’imprécation, en substance « débrouillez-vous! »

On nous dit pêle-mêle qu’il faut se séparer de sa vieille voiture, monter des boitiers électroniques pour rouler à l’éthanol, acheter des voitures roulant au GPL, passer à l’électrique,…or toutes ces mesures coûtent de l’argent et sont loin de résoudre notre dépendance.

s-l1600.jpg
Tickets de rationnement gaz-oil de mai 1949. Le gouvernement va t-il délivrer des bons d’essence aux automobilistes qui ne peuvent s’en passer?

Sauf l’éthanol si on cultive des milliers d’hectares de champs produisant du colza.

Sauf l’électricité à condition d’en accepter les contraintes: des batteries au lithium rare et cher produites en Chine et de l’électricité d’origine nucléaire.

Rien de très enthousiasmant en somme!

Le mouvement cycliste, de son coté, ne peut pas grand-chose dans cette foire d’empoigne entre les tenants du tout-voiture et les pouvoirs publics.

Cependant, j’ai de la sympathie pour l’association « Vélo utile » de Saint-Brieuc  et pour sa porte-parole Priscilla Janot dont le slogan est « Essence trop chère ? Changez de pompe ! »

à lire ici

La France émet 0.9% du CO2 mondial (2014)

La France entend donc faire démonstration de sa politique vertueuse en matière de réduction du CO2 de la planète sur le dos des plus pauvres de nos concitoyens quand  la Chine et les États-Unis en sont les premiers contributeurs.

emissions-mondiales-co2-par-pays_zoom

 

La France ne cesse d’être encore plus divisée sur le plan social

De gauche à droite, du haut en bas, les vieux, les jeunes,…

Comme des lots de buchettes assemblés avec des élastiques pour apprendre à compter.

De quelle catégorie relevez-vous?

Pas facile à dire depuis que notre pouvoir macronien a décidé de saucissonner les Français selon leur statut, d’un coté les actifs, de l’autre les retraités et toute cette myriade d’assistés plongés dans la précarité et relevant d’allocations diverses.

Mais cette distinction est encore plus insidieuse dès lors qu’elle organise notre espace en territoires.

Ainsi en France, on a coutume à présent d’opposer ceux du monde rural et ceux de la ville.

Quand je parle de la ville, je parle de ceux qui ont tout sous la main et qui par voie de conséquence se plient aux dogmes du libéralisme sans difficultés.

Tout sous la main?

Oui! emploi, écoles, hôpitaux, services sociaux, commerces, police, salles de spectacles et…transports en commun.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A Thann, la maternité va fermer. Encore un service public en moins!

Et ceux de la France dite périphérique, ceux qui restent dépendant d’un modèle de consommation où la voiture est le vecteur de mobilité d’un espace à l’autre.

Pour un peu, on reprocherait presque à leurs habitants de coûter trop cher aux finances de l’Etat.

Alors on ferme.

Tout ce qui est possible d’être fermé.

D’abord on s’empresse d’achever les derniers filons industriels devenus improductifs, puis on s’attaque aux services.

Hôpitaux, maternités, écoles, ligne ferroviaire et on nous dit « débrouillez-vous! ».

Vu sous ce prisme, on comprend l’aigreur des propos à l’endroit de notre classe dirigeante.

L’affaire du diesel n’est qu’un épiphénomène d’un ras-le-bol généralisé de la France profonde vis à vis d’un modèle qui ne cesse de l’appauvrir.

Tout le monde en est à présent convaincu mais très peu sont capables de l’intellectualiser en dénonçant l’ordolibéralisme qui nous gouverne.

Cet appauvrissement de la conscience politique laisse encore de beaux jours à ceux qui entendent nous gouverner sauf…sauf si ce mouvement de mécontentement venu de nulle part se cristallise pour former un nouveau parti protestataire…

Facebook et la cybermanif

Maintenant c’est l’heure des bilans.

Combien étaient-ils? on a du mal à le dire (selon le syndicat France Police, ils étaient un million)…Là où les gilets jaunes ont marqué un point, bluffant tous les commentateurs et les organisateurs patentés de manifs de République à Bastille, c’est en inventant une cybermanif à l’échelle nationale sans l’aide de personne d’autre que Facebook.

Les partis d’opposition font grise mine, eux qui n’arrivent pas à mobiliser contre le pouvoir en place.

Déclarer sa manif à la préfecture comme y invitait le ministre de l’intérieur pouvait dès lors sembler dérisoire quand tous les ministères numérisent leurs services.

Les gilets jaunes seront-ils capables de rebondir en se structurant ou au contraire ne sont-ils appelés qu’à des actions sporadiques ça et là pour marquer leur mécontentement au fil du temps?

Un parti politique peut-il en émerger? un parti que beaucoup assimileraient au poujadisme des années 50?

On serait tentés de penser que leur force est à la fois leur faiblesse: pour le pouvoir en place, ne pas avoir à qui parler est fort embarrassant.

Dans la sphère économique, on commence à compter les dégâts d’une journée comme celle du 17 novembre. A l’approche des achats de fin d’année, il ne faudrait pas que les gilets jaunes campent trop longtemps sur les giratoires et paralysent des centaines de zones commerciales.

Comme le dit Laurent Bodin dans l’éditorial du journal l’Alsace de ce matin l’exécutif est décidément bien loin de la compréhension et de la considération qu’Emmanuel Macron lui-même appelait de ses vœux mercredi dernier.

On va donc voir dans les prochains jours comment les positions des uns et des autres évoluent.

Aux dernières nouvelles, selon LCI, les gilets jaunes évoquent une grande manifestation à Paris le 24 novembre…

Les giratoires de la contestation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les giratoires sont devenus des points stratégiques.

A l’origine, ils sont conçus pour limiter les accidents…puis petit à petit, on les multiplie pour faciliter les accès aux commerces avec sa voiture au détriment du petit commerce en ville.

Construits aux abords de grandes zones commerciales, les giratoires se sont révélés être d’excellents bastions de contestation.

Quand Carrefour finançait lui-même ses giratoires…

Selon les DNA (25/09/2013), l’opération (de Carrefour Mulhouse de l’Ile Napoléon) – estimée à 2.1 millions d’euros HT – est financée par la société immobilière Carrefour (1.1 M €), la société Sogemo (177 000 €) et le conseil général (458 000 €) (source)

Les gilets jaunes l’ont compris, ils ont installé leur PC au centre des ronds.

Point de convergence de nombreux axes, il est très facile de les neutraliser et d’empêcher l’accès aux commerces.

Certaines enseignes chiffrent déjà leur pertes du 17 novembre à 70%.

 

Les gilets jaunes manifestent

 

Ambiance bon enfant ce matin 17 novembre au rond-point de Cernay face à Leclerc.

Un cycliste sympathisant s’est joint à la manifestation.

Si les automobilistes étaient patients et compréhensifs dans leur ensemble, l’un d’eux a quand même voulu marquer son mécontentement en klaxonnant.

Peine perdue, aussitôt un groupe s’est formé devant son véhicule pour le bloquer.

Finalement l’automobiliste a changé d’itinéraire et s’est éclipsé en faisant un doigt d’honneur aux gilets jaunes.

Mon avis:

Je n’ai pas de complaisance particulière à l’égard du mouvement gilets jaunes. Ce sont des gens comme vous et moi qui manifestent. Ils illustrent notre temps. Mais j’observe qu’ils n’ont dans leur démarche qu’une vision consumériste de la société dans laquelle ils vivent. Quand tout tourne autour de la bagnole, fatalement on en dépend fortement. Pour aller au travail, pour aller faire ses courses, pour mener les enfants à l’école, à la danse, aux sports…et pour aller en vacances s’il reste de l’argent. Ce qui est regrettable c’est de voir que l’affadissement du monde politique a définitivement tué notre conscience politique des choses. La seule solution est donc de refonder, de rebâtir notre contrat social autour d’un autre modèle.

Reportage en images de vélomaxou…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La RN66 déserte ce matin à l’entrée de Vieux-Thann

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La grande surface Leclrec de Cernay est quasiment vide. Perte sèche pour les commerces

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
au giratoire de la Croisière de Cernay, les gilets jaunes ont organisé des barrages filtrants pour les quelques usagers de passage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le mouvement gilets jaunes n’a pas oublié de marquer ses revendication avec des banderoles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
les forces de l’ordre se font discrètes, j’ai compté sur le grand giratoire environ 200 manifestants et 4 à 5 gendarmes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
au petit rond-point de Leclerc Cernay, les ambulances bénéficient d’un passage prioritaire

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un cycliste républicain

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la voiture rouge qui klaxonnait a été bloquée pendant que les autres passent…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
voila qui est clair

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ce grumier s’est joint aux manifestants avec son camion

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Comme la RN66 est vide, j’en profite avec mon vélo. Merci les gilets jaunes. C’est beaucoup plus confortable que le chemin caillouteux parallèle. Si nos élus avaient la bonne idée de faire une piste cyclable ici, on y verrait davantage de cyclistes

Je pars à Bitschwiller…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dans la traversée de Thann, une curieuse exposition de grenouillères en réaction à la fermeture annoncée de la maternité.  Encore une mauvaise nouvelle pour la France rurale!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A l’entrée de Bitschwiller, on a fait du feu. Les slogans sont explicites

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
gardons le sourire!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
au marché de Thann, les commerçants ambulants ne sont pas venus, la place est presque déserte

17 novembre, la guerre des territoires

Le 17 novembre, les automobilistes veulent se faire voir en jaune. Seront-ils entendus?

Je ne me pose pas la question de savoir si je porterai un gilet jaune samedi 17 novembre, jour de manifestations diverses contre la hausse des coûts des carburants.

Ce n’est pas après tant et tant d’années militantes pour la défense de causes respectueuses de l’environnement que je vais me mettre à emboîter le pas des manifestants qui veulent que rien ne change, de l’essence pas chère, toujours plus de bagnoles et plus aucun radar sur nos routes meurtrières.

Je l’ai déjà dit, et je l’ai même mis modestement en pratique, nos modes de déplacement, nos modes de vie pèsent sur l’avenir de la planète.

Beaucoup feignent à présent de découvrir cette nouvelle donne, l’énergie est rare et chère.

Elle le sera de plus en plus.

Pas seulement pour se déplacer mais aussi pour se chauffer.

Ce constat posé, il reste la grande responsabilité des hommes politiques.

Eux qui n’ont pas vu venir cette exaspération, eux qui encouragent un modèle de consommation mondialisé, des voyages planétaires de toutes sortes et un étalement à marche forcée de l’urbanisation qui éloigne toujours plus les lieux d’habitat des lieux de travail.

Cette révolution jaune qui s’annonce est celle non seulement des territoires, par opposition aux villes, mais aussi celle d’une population en fracture avec le monde qui gouverne et qui se veut à l’écart des dogmes politiques.

[Un mouvement qui] s’inscrit sur fond d’effondrement des idéologies politiques, et de radicalisation des débats sur les réseaux sociaux. (Francis Brochet, journaliste)

Cette défiance du monde politique par le Français de base est problèmatique car elle s’affranchit de toutes les hiérarchies, obéit aux slogans douteux et haineux véhiculés par le net, nous expose aux pires manœuvres fascisantes.

On ne sait pas vraiment si ce mouvement protestataire va faire « pschitt » ou s’il va trouver de nouveaux souffles dans sa contestation.

Ce 17 novembre, prenez donc votre vélo!

Défense de circuler

B0, le premier panneau de circulation routière a été celui d’interdire la circulation. Étrange, non!

Le cycliste que je suis s’interroge.

Je n’ai pas toujours les réponses à mes questions, mais penser, dit-on, rend moins idiot.

Pourquoi le peuple de France s’offusque t-il tant face à cette hausse des carburants que tous les experts jugent ni plus ni moins élevée que nos pays voisins?

Selon Macron, taxer le carburant, c’est mieux que taxer le travail

Oui mais pour aller travailler il faut une voiture à beaucoup d’entre-nous…et taxer le carburant, c’est taxer indirectement le salaire et pas le patron.

Au surplus, on nous démontre à présent par A plus B que le litre d’essence n’est pas plus cher qu’il y a 40 ans si on le compare au revenu de l’heure de Smic.

Alors?

Alors ce qui irrite, c’est cette défiance de l’État qui entend restreindre nos capacités à nous déplacer en voiture en nous taxant toujours davantage.

Car, reconnaissons le, au prix du brut de pétrole s’ajoutent des rentrées fiscales vertigineuses; à un point tel que le gouvernement est incapable de modérer sa voracité.

structuration-des-prix-a-la-pompe-2018_zoom.png
les taxes sur les carburants représentent à elles-seules plus de la moitié du prix et rapportent près de 30 milliards à l’Etat

En créant un chèque énergie, on va donc tenter de faire taire la contestation en instituant une charge supplémentaire aux autres citoyens puisqu’il n’est pas question de faire payer l’entreprise.

Il y a une injustice à cette fiscalité, on ne le dira jamais assez, elle pénalise ceux pour qui la voiture est la seule façon de se rendre au travail ou de travailler.

Les provinciaux des grandes banlieues qui ont à souffrir des carences du transport public observent ce mouvement des gilets jaunes avec circonspection, beaucoup ne le comprenant pas.

Lorsque le conflit des gilets rouges s’est ouvert en Bretagne contre l’Ecotaxe, les Alsaciens non plus n’ont pas compris, eux qui s’attendaient à voir enfin réduite la pollution de la plaine d’Alsace par les camions.

Reste le covoiturage, la mobylette ou le vélo…

Tous ces palliatifs mériteraient mieux que des encouragements et un grand travail d’explication qui jusqu’alors n’a pas eu lieu et tarde à venir.

La population n’est pas encore mûre pour comprendre la nécessité de restreindre la voiture dans nos usages…d’autant que les alternatives sont loin de convaincre.