Un marché de dupes

Avec mon vélo, je me suis entendu, nous n’irons pas voter. Oui je sais c’est facile de se défausser sur son vélo diront ceux qui croient encore à l’utilité d’un vote « plié » d’avance et dont l’orchestration a été écrite par toute la classe politique, gauche comprise.

Lui, c’est moi et moi c’est lui. Si mon vélo le dit, c’est qu’il a raison.

Heureusement, vu mon âge, je n’aurai plus à subir encore longtemps le sabir des politicards qui ne cessent de nous trahir depuis 1981: le tournant de la rigueur, le référendum de Maastricht, le traité de Lisbonne,…vous connaissez la suite.

Mais observons cependant les choses du moment

Si Le Pen, la fille, n’est rien d’autre qu’une imbécile incapable d’ânonner par cœur son bréviaire droitier en exploitante médiocre d’une affaire familiale, Macron n’est pas mieux: c’est un pur produit de la technocratie néo-libérale qui se contrefout de nous et qui ne se prive pas pour le dire et le répéter.

  • traversez la rue et vous trouverez du boulot
  • les ouvrières de Gad illettrées
  • emmerder les non-vaccinés

Il n’y a à rien à attendre demain de Macron qu’un autre extrémisme tout aussi dangereux que celui de Le Pen.

Le Canard Enchaîné

Une entreprise de démolition des acquis sociaux, des services publics, de l’hôpital, de l’école publique. Macron se comporte comme un gobe-tout des idées de ses opposants pour les recracher ensuite vidées de leur substance.

Oui, Macron incarne une politique de classe bourgeoise au détriment des libertés publiques et de la démocratie. C’est un homme dangereux qui n’hésite pas à envoyer sa police couper des mains et éborgner des manifestants au mépris des libertés publiques et syndicales et des oppositions.

Je ne peux pas voter Macron. Mon vélo non plus, lui qui a connu tant de promesses non tenues et de double langage qui chaque fois le pénalise sur la route au profit des bagnoles.

Mélenchon et Jadot en tête

C’est Mélenchon et Jadot qui sont en tête des présidentiables pour le vélo.

Suivis de peu par Roussel et Hidalgo.

C’est le classement de la FUB tel qu’il ressort des réponses des équipes de campagne sur 10 mesures pro-vélo. Du coté de Macron et Pécresse, peu d’enthousiasme, ils sont les plus rétrogrades. Pire, cinq candidats n’ont pas même répondu!

De nombreuses réponses laissent en effet apparaître un profond manque de réflexion sur la question des mobilités, ce que confirme le fait que seuls 4 candidats et candidates sur 12 intègrent explicitement le vélo dans leur programme. Nous notons aussi des reculs sur des priorités majeures largement plébiscitées par les Français (source FUB)

Comme on le sait, les promesses des candidats n’engagent que ceux qui y croient…et ils sont tous aussi pro-bagnoles, preuve que les déclarations de bonnes intentions en faveur du vélo sont à relativiser.

Lire l’enquête sur le site de la FUB

Comment va voter mon vélo?

Mon vélo cagneux, à l’image de l’électorat

J’ai voulu en avoir le cœur net

En ma qualité de membre du Parti du Vélo, j’ai interviewé mon vélo. Lui seul sera capable de me dire comment voter.

Il a commencé par ruminer, comme s’il avait mal digéré les mauvais coups de Macron.

Le coup de Macron est désormais bien connu des cyclistes, il consiste à les obliger à tourner dans un rond d’un kilomètre pendant une heure. Un truc de ouf dont ma bécane se souvient encore.

Elle a du mal à s’en remettre.

Les Gilets jaunes aussi tournaient en rond mais ils pouvaient changer de rond-point chaque samedi. Les cyclistes non, la gestion sanitaire avait pris une tournure chinoise.

Après un tel bilan, il est clair que pour un vélo, reconduire Macron est quasi impossible sans craindre d’attraper la danse de Saint-Guy célèbre en Alsace depuis le XVIe siècle. Macron a réussi un coup de maître sur nos valeurs. Il a tout mélangé, puis il a secoué. Et maintenant on trie. Nos jeunes générations sont d’une infantilité crasse en matière de politique. Tous les dogmes ont été jetés par-dessus bord, alors fatalement on ne croit plus en rien. Sauf à son pognon. L’Ukraine? bof! mais l’essence à deux euros, alors là voila qui pourrait faire trébucher les élites au pouvoir. Alors on subventionne…avec notre pognon qu’on n’a pas.

Alors mon vélo s’interroge, comme moi

La campagne, on la cherche. Existe t-elle seulement? Chez nous c’est Fabien Roussel qui s’est collé en premier sur le panneau électoral à la place 2. Fabien Roussel est sympa, il revendique la France des jours heureux, il cache tout sous le tapis. Mais n’est-ce pas un vœu pieux ou un vieux pneu, comme dit mon vélo qui en a marre des nids de poule partout.

De mon coté, je suis d’accord avec mon VTT, je ne peux plus écouter tous ces postulants complètement en dehors de la plaque et qui pédalent dans le vide.

La campagne n’a pas de prise, elle m’imprime pas. Mon vélo me le dit « je ne crois plus en rien, même ton programme vélo est désespérant; on ne sait pas où on ira une semaine à l’avance et tes sacoches commencent à sentir le moisi dans l’armoire« 

Avec le routier, le soir dans le garage, ils se parlent. « Le patron n’a pas l’air en forme en ce moment. On ne sait pas quelle est sa politique, il vote, il vote pas, il ne sait plus où il en est.« 

Il faut bien reconnaître qu’à force de nous confisquer le pouvoir, on se sent tous anesthésiés, vélos et cyclistes.

J’irai donc voter au premier tour comme je peux en risquant une contamination. Et j’attendrai sans trop douter de la suite.

Je voterai avec la procuration de mes vélos. Comme un pied.

Cherchez l’intrus!


La place était libre.
Alors il l’a prise.

 

Dimanche 22 avril

Dimanche 22 avril, allons voter à vélo!

Et ensuite, prenons la route, l’itinéraire qui nous convient.

Justement, Lutterbach organise une randonnée cycliste; alors profitons-en!

Ce matin le facteur m’a apporté les professions de foi des candidats.
J’ai feuilleté les programmes « en diagonale »… Continuer à lire … « Dimanche 22 avril »

La gauche dans tous ses atermoiements

Que le meilleur perde!

A 15 jours du premier tour des Présidentielles, c’est Jacques Julliard qui cite  Michel-Antoine Burnier et qui commence à avoir la pétoche dans Marianne (N°781) de cette semaine en voyant Mélenchon s’envoler dans le sondages.

Un remake de Ségolène est-il possible?

Après la femme, l’ex ? Continuer à lire … « La gauche dans tous ses atermoiements »

L’incinération des ordures, le mauvais choix

Notre environnement, on l’aime beau.

Vous savez comme je peste à la vue de ces ordures qui salissent nos entrées de ville et notre campagne jusqu’aux confins de sentiers réputés pour leur inaccessibilité aux moins courageux d’entre-nous.

Alors?

Faut-il imaginer que parmi les sportifs amoureux de la nature, il y a aussi des intrus qui se glissent parmi nous?

Oui, hélas!

Il suffit en montant les cols de compter ces pipettes vides de glucose…

Je me souviens des tas de fumier dans mon village  d’enfance devant les fermes et où les poules s’en donnaient à cœur-joie.

Vivons-nous une réminiscence de réflexes malfaisants enfouis en nous?

Hier, le fumier exhibé devant la ferme en gage de richesse, aujourd’hui, les fioles en plastique des grimpeurs…et aussi me dit-on des tonnes d’ordures abandonnées dans les Alpes et l’Himalaya!

Je ne sais pas si c’est de cette époque que nous vient l’image du coq gaulois qui chante fièrement les deux pattes dans la m…e. Continuer à lire … « L’incinération des ordures, le mauvais choix »

Après le triple A, le triple plateau?

Va t-il bientôt nous rejoindre? Continuer à lire … « Après le triple A, le triple plateau? »

L’écologie politique en rade

A moins de 100 jours des élections présidentielles, Europe-Ecologie Les Verts (EELV) peine à décoller dans les sondages.

Avec moins de trois pour cent des intentions de vote au premier tour, Eva Joly ne convainc toujours pas. Continuer à lire … « L’écologie politique en rade »

Vers les 500 signatures…

Le parti du vélo a déjà recueilli plus de 400 signatures auprès des élus afin de pouvoir présenter son candidat bienaimé, le vélo.

Il est vrai que l’exercice est délicat.

Coincer les maires avec son vélo lorsqu’ils descendent de leurs grosses limousines noires n’est pas facile.

A la campagne, il faut les attendre au bout du champ et faire des signes pour qu’ils consentent à descendre de leurs tracteurs. Continuer à lire … « Vers les 500 signatures… »

Tobin or not Tobin

Je ne sais pas si j’ai déjà été devancé par les chroniqueurs patentés, mais la formule me plait.

Avec sa nouvelle décision d’instaurer la taxe Tobin, tout seul comme un grand, notre Président Sarko a repris la main. Continuer à lire … « Tobin or not Tobin »

Mon vélo sera élu Président…

Comme le camembert, mon vélo aussi sera capable d’être élu Président en avril prochain.

En mai 2007, il avait fait une mauvaise campagne en arrivant en retard à toutes ses réunions électorales. La faute aux routes à trous et aussi, avouons-le, à un coach qui ne tenait pas la distance. Continuer à lire … « Mon vélo sera élu Président… »

Un président au poil

Il est candidat cycliste à poil.

Pourquoi pas?

Attention au rhume, quand même!

Hulot, l’incongru

Si votre ramage se rapporte à votre plumage…

Manifestement, ce candidat président rame.

Il rame tellement pour réciter son histoire qu’il jette de temps
à autre un coup d’oeil sur son texte.

Vélomaxou n’a jamais caché ses doutes et sa suspicion envers le
candidat présidentiel Hulot, connu comme pilote d’ULM et
cinéaste.

Voila qu’on apprend que Hulot s’est fendu d’une lettre au PDG
d’EDF, Henri Proglio, pour constater « à nouveau la congruence
de (ses) questionnements et intérêts, s’illustrant pleinement dans
l’actuelle discussion sur l’opportunité de lancer un débat sur
l’énergie. »(sic)(source Frenchleaks via
Médiapart).

Congruence?…

Questionnements et intérêts?…

Si les écologistes n’ont qu’un candidat comme celui-là à nous
présenter aux prochaines élections, ils ont du souci à se
faire.

%d blogueurs aiment cette page :