Mental


Ce sont les premiers pas qui comptent.

Un superman de la discipline dirait que je joue les chochottes. Et pourtant vous ne pouvez pas vous imaginer comme je stresse avant de partir et en enfilant ma tenue de joggeur.

C’est le mental qui en décide, d’abord se convaincre de sortir sinon ma journée sera ratée. Rompre avec la monotonie du retraité qui se laisse vivre, c’est mon but. On dirait être disruptif aujourd’hui pour employer un terme à la mode.

Rien pourtant d’extraordinaire, je ne cours que pendant quarante minutes. Mais quarante minutes à transporter ma carcasse habituellement sur la selle, c’est long et physique à la fois.

Je ne sais pas quelle image je donne de moi en croisant quelques promeneurs, mais l’image qu’ils me renvoient m’interroge, ils semblent surpris de voir « un vieux » courir. Dans notre société les stéréotypes ont la peau dure.

En descendant le long du Rangen, j’ai accéléré modérément. Pour voir comment se comporte mon rythme. Tout content d’atteindre le kilomètre en sept minutes.

La gloire du solitaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :