Étiquette : Isabelle et le vélo

Faut-il faire confiance aux Voies Vertes?

Je voyage léger et vite. Trop vite peut-être pour faire un bon client de la Voie Verte

Posée comme ça, la question va hérisser le poil de tous les militants de la cause vélo. Ceux du voyage à vélo, ceux qui recherchent des voyages à l’abri du tohu-bohu de la circulation routière et des grands axes.

Mais encore une fois, je suis obligé de constater que les véloroutes sont loin de satisfaire leur public. Faut-il continuer à exiger une exclusivité de la part des pouvoirs publics qui, reconnaissons-le, ne cessent de nous bercer d’illusions, de nous livrer des choses imparfaites, inachevées, peu considérées? et dont les objectifs sont peu clairs.

En un mot, veut-on créer des véloroutes sur le mode des autoroutes qui vous garantissent un transit sécurisé, rapide, confortable ou bien des voies qui vous assurent de rester amarrés au territoire dans d’invraisemblables circonvolutions dont on ne sait comment sortir?

Ceux qui connaissent la réponse seront les bienvenus ici.

Isabelle et le vélo en parle cette semaine sur son blog. Il s’agit cette fois de la FlowVélo qui parcourt la Charente-Maritime, la Charente et la Dordogne. Encore une véloroute qui baigne dans son jus depuis plusieurs années!

Les « professionnels du voyage à vélo au long cours », ce que je ne suis pas, ne cessent de rapporter des désagréments, d’évoquer des revêtements sommaires, et de s’interroger face à des signalisations confuses,…

Des beaux panneaux qui font rêver d’excursions lointaines. L’Eurovéloroute 5 à Pulversheim (Haut-Rhin)

Chercher à s’organiser des raccourcis quasiment à l’aveugle, alors que l’itinéraire fait un tas de détours (Saint-Savignien à Cabariot), le dernier de 5 km dont une côte correspondant à 300 mètres de canal en cul de sac sans passerelle (Romegoux), rouler sur du goudron fendillé, puis envahi d’herbes, monter une côte pour rien à Châtelaillon, et finir épuisée à La Rochelle, tout cela a fait partie du programme.

(lire l’article d’Isabelle et le vélo)

Alors que faire si on constate qu’après tant d’efforts militants, les choses n’avancent pas?

EVR6 barrée pendant des années à Valdieu-Lutran sans autre forme de procès

Je vais vous faire une confidence: je n’ai jamais eu aucune confiance dans les itinéraires vélo qu’on voudrait m’imposer. Je ne prends que ceux qui a priori semblent correspondre à mon projet et j’abandonne tout le reste.

Aller de A à B sans prendre le chemin des écoliers n’est pas toujours agréable, je le confesse

Les cartes? les guides? non je ne veux pas m’en embarrasser. Je navigue du point A au point B avec un GPS qui me donnent des indications fiables et précises et sur lequel j’ai repéré d’un waypoint ce que j’ai envie de voir et de visiter.

Londres-Rome. L’EVR5 dans sa déclinaison alsacienne vous garantira de faire du sur-place avec votre vélo.Longer le vignoble jusqu’à Cernay, puis retourner à Ensisheim avant de rejoindre Mulhouse, de quoi vous donner le vertige! J’ai déjà accompagné des cyclistes venant du nord complètement perdus alors qu’ils s’appliquaient à suivre cet itinéraire bucolique mais très peu évident. On voit bien que les Offices de Tourisme font tout pour nous retenir comme dans le Triangle des Bermudes.

Ce qui parfois aussi me place contre mon gré dans des situations peu confortables aux entrées de ville à grande circulation. Alors je prends des « chemins flous » de traverse lorsqu’un grillage scélérat ne me barre pas la route.

La Seine à vélo: peut mieux faire

Méfions-nous des images idylliques! Il semble que la Seine à vélo réserve de mauvaises surprises…

De la future véloroute nous n’avons d’abord vu que des zones industrielles et portuaires. Le reste fut sentiers tortueux, routes agricoles caillouteuses, côtes à 20%, descentes sur routes du même acabit, sentiers abrupts en forêt, et, heureusement, magnifiques vues, et même passage de la Seine en bac. (extraits du billet d’Isabelle et le vélo)

Le Seine à vélo, Isabelle connait. Elle peut donc en parler en étant experte des lieux. Manifestement ce n’est pas gagné. Vu de loin, on croit le paysage plat. Que nenni! On réserve aux cyclistes les itinéraires pentus, c’est bien connu…alors que pour les routes on gomme les déclivités à coups de bulldozers.

A lire dans Isabelle et le vélo

La semaine fédérale sans fard d’Isabelle

DCIM100MEDIADJI_0142.JPG
Le cyclotourisme de masse tel qu’il se pratique à la FFCT (Epinal 2018). On dit qu’un ULM forcené a réussi à se poser sur le terrain d’aviation

Moi je n’y étais pas.

Isabelle, si!

Isabelle peut donc se prévaloir de refléter fidèlement la façon dont elle a perçu cette semaine fédérale de cyclotourisme qui vient de se tenir à Epinal.

Je vous le dis comme je le pense: je suis très content de n’y être pas allé.

Lisez Isabelle et le vélo!

PS: vélomaxou n’est plus membre de la FFCT

Ne pas tomber dans le panneau

Wittelsheim (Haut-Rhin) une commune pro-vélo?
Wittelsheim (Haut-Rhin) une commune pro-vélo, vraiment?

Un pays où règne la « culture vélo » c’est un pays où la continuité est toujours assurée pour les cyclistes; c’est un pays où le confort du cycliste est systématiquement assuré, quels qu’en soient les moyens .

Poursuivre la lecture de « Ne pas tomber dans le panneau »

Quel diable de cycliste!

Isabelle sur son blog constate amèrement que depuis 25 ans l’image du cycliste n’a pas évolué: le cycliste est silencieux, il arrive par surprise et fait donc peur, écrit-elle.

Je serais tenté de lui répondre: et alors?… Poursuivre la lecture de « Quel diable de cycliste! »

Dans Paris à vélo

Dans Paris à vélo on dépasse les autos
À vélo dans Paris on dépasse les taxis

(Joe Dassin dans La Complainte de l’Heure de Pointe)

Isabelle a remarqué que les trains acceptent gratuitement les vélos en-dehors des heures de pointe…mais que la tendance est à l’interdiction dès que la formule rencontre du succès.

Elle s’étonne même de cette frilosité cheminote dans une métaphore… la boulangère arrête de vendre du pain dès que les clients le trouvent bon. Poursuivre la lecture de « Dans Paris à vélo »

Congrès de la Fubicy: Isabelle ronge son frein

La Fubicy vient d’achever son congrès annuel qui se tenait cette
année à Strasbourg.

Isabelle Lesens y était.

Elle nous en dresse un bilan en demi-teinte.

Toujours le même constat!

Les vélos peinent à progesser en ville alors que tout le monde
est convaincu qu’on peut faire plus et mieux.

Les politiques sont montrés du doigt: ils traînent partout des
pieds lorsqu’il s’agit de prendre les bonnes décisions.

Lire le compte rendu ici dans Isabelle et le Vélo.

Vélomaxou y adhère sans réserve.

Journée Cyclab Bordeaux: le vélo du futur et le futur du vélo

Journée Cyclab de Bordeaux du 4 février 2010.

Maxou n’y était pas. C’était trop loin pour lui.

Mais il aurait aimé y être rien que pour voir les innovations et
prendre part aux débats.

On se référera, avec bonheur, à l’article rédigé par « Isabelle et le vélo » et ses commentaires
ciselés et toujours aussi pertinents.

Isabelle et le vélo

Attention, Isabelle ne rigole pas!

On ne sait pas si elle a le temps de faire beaucoup de vélo.

Mais au niveau de l’argumentation, c’est du « lourd ».

Le blog d’Isabelle Lesens, Isabelle et le vélo, cyclologue,
expert en politiques cyclables passe en revue tous les sujets
d’actualité en rapport avec le vélo.

Une référence, certainement!

Même si c’est un peu hermétique.