Pluie et vent

Pas d’amélioration du temps cet après-midi, même si un rayon de soleil m’a encouragé à quitter la maison. Dix minutes plus tard, la pluie est revenue du fond de la vallée.

J’ai remonté le cours d’eau pour regarder les flots charriant boues et bois. A Bitschwiller, j’ai pris le Plan Diebold. J’ai regardé les bûcherons venus de Bussang mécanisés lourdement. La grande trouée dans les sapins va offrir une vue plongeante sur le village pendant quelques années, le temps que la forêt reprenne sa place.

Au Plan Diebold (68/600), j’ai pris la descente par le Steinby. Tous les cent mètres, des arbres couchés en travers de la route. J’ai joué à saute-mouton.

Voir toutes les images

Temps pétueux

img_8008
Une image saisie hier le long du canal de Dannemarie

J’avais déjà utilisé temps pis dans le passé alors aujourd’hui temps pétueux, calembour péteux.

Alors…ça vient ou ça vient pas, la tempête de vent?

J’ai renoncé ce matin à sortir mes vélos, influencé par ces mesures de prudence qu’on nous distille à tout bout de champ et à brûle-pourpoint.

Ici en Alsace, les grands champs ont de nombreux bouts, c’est encore plus pénible.

On attend le coup de vent annoncé par Météo France en Alsace.

Les parcs et jardins publics seront fermés à 15h30, Pourtalès a laissé des traces.

Confiné chez moi, j’en pince pour mes pinceaux, tous heureux de faire trempette dans leur bocal après un régime sec de plusieurs semaines.

Les images des ouragans marquent les esprits, alors on se calfeutre chez soi et les fêtes de plein air en subissent les conséquences.

Je pense à la Schwalmala d’Hirsingue qui a lieu ce jour. Les organisateurs, optimistes, déclaraient pourtant la veille sur Facebook « grand soleil annoncé ».

Perte sèche dès que le temps devient humide, les boissons peuvent être rendues aux grossistes mais les nourritures périssables seront gâchées.

 

 

Routier

P1070011.jpg
Grande maintenance au Train Thur-Doller, les machines sont sorties prendre l’air

Les routiers n’hésitent pas.

Ils sortent.

J’en ai rencontré plusieurs. Continuer à lire … « Routier »

Vent glacial

Température -6 à -8°C au Markstein à 15h40.

Un vent du nord glacial sur l’Alsace.

Le vélo attendra.

Tout le monde aux abris!

Mulhouse 31 mars 2015 8h00

station météo de Mulhouse

Avec ce vent inhabituel ce matin, mieux vaut différer ses sorties à vélo et attendre l’accalmie.

La station de l’ami Nicolas enregistre des pointes à près de 70 km/h.

Conjuguées à un creux dépressionnaire, ces rafales ne laissent rien présager de bon pour les jours à venir.

Mars 2015 ne laissera pas un bon souvenir pour sa météo.

 

Images d’après tempête

La journée du 5 janvier a conjugué vent et pluie en Alsace.

Les résultats ne se sont pas faits attendre.

Arbres déracinés et rivières en crues…. Continuer à lire … « Images d’après tempête »

Le cycliste malmené

C’est vrai, le cycliste est un être malmené par ces temps tempétueux.

Pluie, obscurité, vent, autant de facteurs météorologiques qui vous éprouvent physiquement.

Ce matin, il fallait batailler en ville pour affronter les bourrasques de vent (pointe de vent à midi de 70 km/h à Mulhouse).

Selon Regarder le ciel, la tempête attendue vendredi devrait être encore plus forte…

J’en parlais encore hier avec mon facteur, il doit traverser la rue engoncé dans son ciré sans voir personne à qui parler et protéger du mieux qu’il peut de la pluie ses plis précieux de bonnes et de mauvaises nouvelles.

Dans les encombrements, le cycliste devient quantité négligeable.

Confortablement installé au volant, à l’abri des éléments, madame téléphone à Charles Edouard pour savoir s’il a terminé ses devoirs  à la maison. Que d’humanité dans la démarche d’une mère attentionnée!

Contournant avec dextérité d’une main les obstacles, elle « serre » un peu trop près un vélo sur sa bande cyclable.

C’est moi.

Ce n’est pas grave.

Je n’ai pas encore eu le réflexe de lui balancer un coup de pied dans la portière.

Elles poursuit son chemin et sa conversation comme sur une piste d’auto-scooter dans ce gymkhana infernal de fin de journée.

Cette autre entre au parking pour rejoindre la pharmacie.

– Un vélo?

– Où ça?

– Oui, celui que vous venez de foutre par terre en lui faisant une queue de poisson?

– Je ne l’ai pas vu.

Ce n’est pas grave, ce n’est qu’un cauchemar.

L’insignifiance des petits est tellement banale qu’on se demande s’ils méritent même un billet dans une gazette.

Raison de plus pour voter « parti du vélo ».

Vous aimerez peut-être…

téléphoner au guidon

le Don Quichotte du guidon

Novlangue en douce Sarkozie

Tourner court

Oui, il fallait tourner court aujourd’hui sur son vélo.
Commencer par sentir le vent et éviter les grains qui déferlaient sur la plaine d’Alsace.

Battenheim

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par tâtonnements, commencer par décrire un parcours circulaire autour de Mulhouse, dans le vent pour commencer…et tenter d’aller plus vite que l’averse qui menace!
Toujours avoir en tête les abris possibles afin de pouvoir les rejoindre si l’intempérie est forte.
Les pieds, peu à peu, prennent l’eau en dépit des sur-chaussures.
Mais c’est supportable sur un parcours de deux heures et suffisant afin d’éviter un rhume.
Pédaler, pédaler et ramer face au vent pour le retour.
Une fois 50km atteints, on a le droit de rentrer et de prendre un thé.
Non sans avoir débarrassé sa demoiselle de toutes ses scories avec un bon shampoing.

Fukushima, pas si loin

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Fukushima, pas si loin

Oui, si Fukushima est loin, on peut compter néanmoins sur les
vents pour nous propager les particules radioactives qui
s’échappent de la centrale. Et ensuite sur le mouvement des océans
qui vont véhiculer l’eau de mer contaminée.

Mais les modélistes vont s’arracher leurs derniers cheveux car
la circulation des vents sur le globe obéit à des mouvements
complexes en fonction des situations cycloniques.

Ici, sur cette photo, voici un schéma des
circulations des vents dominants sur le globe terrestre en
janvier.

Encore un truc qui tourne mal!…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Encore un truc qui tourne mal!...

éolienne horizontale

Beaucoup s’agitent actuellement autour de l’éolien.

Avec pour certains des arrières-pensées.

Pour les tenants des énergies renouvelables, l’éolien est idéal,
avec le solaire et la géothermie, pour contrer les énergies
fossiles (charbon, fioul, gaz) et…le nucléaire, potentiellement
dangereux pour l’humanité.

Pour d’autres, l’éolien, c’est un peu un cautère sur une jambe
de bois: c’est moche et inutile dans le bilan énergétique d’un pays
qui se veut moderne.

Et derrière ces partisans, il y a les lobbies.

Ceux du nucléaire et ceux de l’éolien qui n’ont pas hésité à
mettre leurs ouvriers comme paravents (!) dans les rues de Paris,
hier avec l’argument de l’emploi en tête.

Tout ce bruit médiatique évite de parler « chiffres » et de dire
la vérité.

Quelle est-elle, la vérité?

La France consomme, bon an, mal an, 518 TWh d’énergie
électrique, industries et ménages et Collectivités et Services (518
milliards de kWh).

Le nucléaire produit à lui seul 390 TWh avec une disponibilité
de 73% soit 6400 heures par an (sur 8760h contenus dans une
année).

Et le vent…peut-on faire du vent à volonté?

Pas encore!

Si bien que la disponibilité de l’éolien ne sera jamais capable
de dépasser ce qu’elle est actuellement de quelques pour- cents,
c’est à dire être disponible plus de 20% du temps, toutes régions
confondues.

En 2009, l’éolien a produit 7.8 TWh avec 4500 MW installés
(chiffres RTE).

Autrement dit une éolienne tourne 1733 heures par an soit 73
jours.

Pour le reste du temps, il faudra donc bien compter sur d’autres
énergies…ou attendre que le vent se lève!

En attendant la neige de mai

aquarelle vélomaxou

Oui, vous! le signor météo!

Vous allez encore longtemps nous enquiquiner?

En plein mois de mai, on ne peut plus faire ce qui nous
plaît?

En plus vos centrales météo sont en grève!

Celle de Mulhouse a débrayé hier soir à 22h25 et celle de
Chalampé est dans le coma.

Elle a reçu un coup de matraque sur la tête? ou quoi?…

Un baromètre complètement déprimé, une humidité de serpillière
mouillée, un vent de bas-rhinois à décorner tout le Haut-Rhin et
puis quoi encore?…

Une température à enfiler 3 collants longs et les moufles de
ski?

Oui, c’est sûr!

Neige de mai, elle est arrivée!…

 

 

Les jambes en coton

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Les jambes en coton

Les jambes en coton – cliché
vélomaxou

L’ennemi du cycliste sur le plat, c’est le vent.

Et dans les côtes, c’est la…pente!

Aujourd’hui parcours plat dans la plaine d’Alsace du nord au sud
et…du sud au nord.

Vent régulier toute l’après-midi de secteur NE à Nord de
30km/h.

Parcours forestier à l’aller et découvert au retour.

Je me suis interrogé sur l’effet du vent sur les puissances à
mettre en oeuvre… avec ce calculateur.

Puissance développée:

– sans vent: 105 watts

– avec vent: 338 watts

Il est vrai que « le Maxou » avec sa rossinante avoisine pas loin
du quintal!

Il a donc cramponné son guidon et écrabouillé les manivelles, la
bave aux coins des lèvres, tête baissée, en visant la route à
travers les ouies du casque, moulinant sur la « plaque » comme à son
habitude.

On ne s’étonnera donc pas qu’en rentrant Vélomaxou a les jambes
un peu lourdes.

 

-« T’es là? »

-« ….Ouiiii! »

L’accompagnateur (trice) fait de son mieux pour
s’accrocher à la roue…et n’a pas le temps de rouspéter dans les
relances en sortie de villages.

Les 90 bornes ont été « avalées » avec sobriété dans la bonne
humeur après ce passage de la belle passerelle qui relie Huningue à
Weil am Rhein coté allemand et qui donnait le mal de mer.

Froid inhabituel dès 15 heures avec des 6-8°C au thermomètre,
annonciateur d’une semaine désagréable…

C’était un peu notre petit « Paris-Roubaix ».

19 heures tapant à la maison.

 

Trouver un refuge contre le vent

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Trouver un refuge contre le vent

cliché vélomaxou

Oui, aujourd’hui, il fallait trouver un refuge contre le
vent.

Il y  avait en effet jusqu’à 50 km/h de vent à 15 heures
sur la plaine alsacienne.

On trouvera vite un refuge au sein de notre forêt dense de la
Hardt.

82 km/h!

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, 82 km/h!

82km/h, c’est pour l’heure la vitesse maximale de vent
enregistrée à Mulhouse.

Pour suivre l’évolution en direct, c’est ici.

Dans l’oeil du cyclone

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Dans l'oeil du cyclone

En attendant que ce vent
tempétueux
fasse son oeuvre, on en réduit à rester chez
soi…

Vent+rafales= équation insoluble

Aujourd’hui, Vélomaxou a eu le temps de faire des
mathématiques.

Mais ses opérations mentales n’ont pas toutes abouties…

Revenant de Strasbourg, il a fallu affronter un « tout petit
vent » de face (plein sud) de 18 km/h en moyenne, selon la météo
locale avec des rafales atteignant 36km/h.

Les rafales de vent sont les plus « casse-pattes ». Elles vous
déséquilibrent le rythme de pédalage et vous cassent les
trajectoires, ce qui rend illusoire toutes les tentatives de
s’appliquer à tenir une vitesse « honorable ».

Il me souvient que du coté des Saintes-Maries de la Mer, il y a
très longtemps, un copain de route m’avouait que « face au vent, on
ne gagne jamais ». Il avait raison. Le cycliste doit faire preuve
d’humilité face au « zef » méchant. Et ne pas tenter de le braver
avec des « mises en danseuse » répétitives et sans espoir!

Maxou a donc du faire preuve de modestie pour revenir de
Strasbourg aujourd’hui.

Pour les mathématiciens, ce site nous apprend qu’un cycliste qui roule face au
vent doit produire le même effort que s’il roulait à la vitesse du
cycliste plus la vitesse du vent…Ainsi donc, avec ma petite
moyenne de 20.4km/h et ce vent moyen de 18km/h, j’aurais donc roulé
à 38km/h pendant 5 heures?

Je veux bien le croire, car je suis arrivé à Mulhouse avec les
jambes en compote et plus déconfit que si j’avais monté trois fois
le Nufelenpass!

Arrêtons de plaisanter!

Il faut admettre que cette plaine alsacienne est propice aux
vents de secteur sud et à des effets de Venturi et qu’on n’y trouve
peu de choses pour s’abriter quand on est tout seul, cela va de
soi!

Bon! heureusement, j’ai quand même réussi aujourd’hui à longer
le canal du Rhin au Rhône pendant 29 km soit 4km au-delà de
Boofzheim. Une piste piègeuse par l’accumulation de feuilles
recouvrant les racines de platanes.

Après quelques zigs et quelques zags pour rejoindre Marckolsheim
autour de la D468, je constatais avec effarement que mes kilomètres
prenaient de « l’embonpoint », tout simplement parce que des édiles
zélés croient bien faire en nous dirigeant vers des itinéraires
cyclables qui ont l’inconvénient d’allonger le parcours.

C’est ainsi que j’ai obliqué vers Bindernheim et Wittisheim.

Idem à Kuenheim où les vélos sont déviés le long du canal, tant
et si bien qu’on aboutit non loin du port du Rhin et qu’on galère
en sépuisant autour de Neuf Brisach pour enfin trouver la route
d’Heiteren.

Résultat de ces écarts de route: 106km à l’aller et 115 au
retour.

Qu’est-ce qu’on est content de pouvoir s’engouffrer dans la
forêt de la Hardt au sortir de Fessenheim et jusqu’à
Baldersheim!

Et merci au gardien du silo de Fessenheim qui a aimablement
rempli ma gourde avec l’eau de son puit, s’il vous plait!

Place à présent aux images les plus intéressantes de l’épreuve
du jour: celles des trente premiers kilomètres depuis
Strasbourg…le long du canal.

115km-5h40

%d blogueurs aiment cette page :