Peintre en herbe


J’ai d’abord été de mauvaise humeur. Plus ma femme tente de me rassurer, plus ma colère monte. Puis je suis allé aux poubelles après avoir mis mon pull à trous. J’étais calmé.

Figurez-vous que ça fait au moins quatre fois que je tente les coquelicots. Ou plutôt qu’ils me tentent. Et à chaque fois, c’est la cata.

Encore aujourd’hui où mes fleurs sont vaguement ressemblantes. Oui, elles sont nouvelles vagues, mes fleurs, pourrait-on dire.

Je me marre tout seul en repensant au couteau acheté il y a peu chez Gerstacker à Mulhouse; il était écrit en légende « couteau pour peintre en herbe ». Je me suis tout de suite reconnu dans ce qualificatif et je l’ai acheté…et ce couteau là pourra tout aussi bien me servir à cueillir des pissenlits dans le jardin.

Pas de doute, je suis un peintre en herbe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s