O3, mon Amour

je ne m’en lasse pas

A deux pas de chez moi, ce paysage magique au réveil.

Avec les antibiotiques, c’est automatique, je reprends mon vélo. Aujourd’hui partir tôt…et rentrer tôt. Car les organismes vieillissants souffrent plus vite de la canicule.

A dix heures, il fait déjà 28°C.

le cygne chasse l’onde

Il ne faut pas croire que tout va bien, la pollution photochimique sera à son maximum aujourd’hui en Alsace. Notamment avec l’ozone (O3).

L’O3 va nous grignoter les bronches et pas que… (DNA)

Voici ce qu’on peut lire à propos de l’ozone (utilisé par ailleurs dans de nombreuses applications industrielles pour la désinfection)…

Normalement, les cils vibratiles de l’appareil respiratoire ont pour rôle d’éliminer les polluants, tels les particules d’ozone. Cependant, lorsque la pollution devient trop importante, les cils ne peuvent plus conserver leur efficacité et les particules d’ozone vont pouvoir pénétrer jusqu’aux alvéoles pulmonaires.

Il en résulte une hyper-réactivité bronchique, qui va entraîner des crises d’asthme et un encombrement bronchique.

L’ozone peut être, par ailleurs, à l’origine d’irritations oculaires et naso-pharyngées.

source: le Figaro

Je me présente

Cruel dilemme pour le deuxième tour des Législatives dans ma circonscription, les deux postulants restant en lice n’appartiennent pas à mon bord politique. Vais-je devoir voter pour le moins pire? ou venir gonfler la grande masse des abstentionnistes?

J’aurais certainement dû, moi aussi, me présenter, à l’instar de ceux qui font de la politique à l’aide d’un CV adressé aux états-majors. Dans ma circonscription, d’illustres inconnus ont concouru, sans qu’on sache toujours comment ils ont finalisé leur engagement dans une voie plutôt qu’une autre. Notre sortant a de quoi être déçu, il n’est pas assuré d’être réélu alors qu’il a fait de la politique sa profession. De quoi être dégouté! Les Alsaciens ont cette singularité, ils ne jurent que dans l’extrémisme de droite aux deux extrémités de la région alors même qu’ils sont d’un conservatisme reconnu.

Je me présente.

C’est pour rire évidemment que je choisis ce titre. Car je ne suis candidat à rien. Sauf peut-être à une certaine popularité, très marginale, sur la blogosphère du vélo. Mais celle-là n’a pas besoin de suffrages pour être ou pour paraître. Il suffit d’y dérouler des avis, des histoires illustrées de quelques images.

Mais par le temps de délabrement avancé de notre société qui court, les élections ne manquent pas de susciter l’ire de ceux qui estiment que le vote est « quelque chose qui est consubstantiel à la condition de citoyen » comme le juge Philippe Bilger, ex magistrat, et réputé pour ses postions très à droite.

Philippe Bilger n’a pas tort de s’interroger lorsqu’il déclare « j’ai voté, vais-je changer la France? ».

Certes il n’a pas tort mais il ne changera rien au cours des choses. Pas davantage que celui qui n’aura pas voté et qui pourra se dire si les choses tournent mal, j’ai bien fait de ne pas voter pour eux.

C’est le cas par exemple avec la guerre russo-ukrainienne où l’on découvre tout d’un coup que notre armée ne dispose que de très peu de moyens si par malheur le dictateur Poutine étend son emprise jusqu’à nos portes. Il en est bien capable. Au moins autant qu’Hitler.

On le voit, le choix démocratique n’est pas simple. Surtout que les postulants sont loin d’aborder ces questions pourtant si vitales pour notre lendemain. En sont-ils seulement capables?

La société est ainsi faite que quoi qu’on fasse, notre représentation ne sera jamais à l’image de ce que nous voulons. Notre démocratie est donc imparfaite et ce constat conforte tous ceux qui déclarent que voter ne sert à rien puisque rien ne change. En rester là ne dit pas grand chose sur ce qu’il conviendrait de changer dans l’esprit de ceux qui se réclament du changement. Baisser le prix de l’essence? polluer davantage? attaquer la Russie? le smic à 3000 euros? la retraite à 70 ans?…

Ceux qui ne votent pas n’ont qu’à se taire!

On l’entend souvent dire de la part des électeurs-citoyens qui condamnent au silence les abstentionnistes, estimant que puisqu’ils ne prennent pas part au jeu démocratique, ils s’excluent eux-mêmes du jeu et deviendraient des sous-citoyens, des plébéiens sans droits de l’époque romaine.

Ne pas voter en Belgique équivaut à une amende forfaitaire et revient à s’absoudre d’un déficit de citoyenneté comme si l’on venait de griller un feu rouge. Un électeur qui ne se rend pas aux urnes peut se voir infliger une amende de 40 à 80 €, et jusqu’à 200 € en cas de récidive.

L’histoire serait trop simple à être résumée ainsi.

« Notre pays est de moins en moins un peuple, de moins en moins une nation, de plus en plus une foule d’individus plongés dans l’anomie. » (Robert Redecker, philosophe)

Comment faire corps avec une société dont on ignore tout? son histoire? ses enjeux? ses règles de vie en commun? Je m’interroge quand j’entends les réponses affligeantes de la vox populi qui ne vote pas estimant ne pas être suffisamment informée, voire pas intéressée, comme si l’offre politique ne correspondait pas aux standards de la consommation courante.

« Faire société », pour beaucoup, est devenu un grand marché d’individus.

Maxou à l’arrêt

C’est un problème désormais récurrent chez moi, on pourrait dire chronique. J’ai encore un problème respiratoire.

Le dernier en date de début mai a été soigné pour une rhinite allergique. Cette fois ci la récidive est bactérienne et ressemble à une sinusite. Donc depuis début juin, je mouche et remouche et je consomme des paquets de mouchoirs.

J’attends avant de consulter ne voulant pas encombrer un généraliste fort peu disponible.

En attendant, je ne roule pas et je ne cours pas car je me sens fatigué.

Je fais donc « de la figuration »

de la figuration depuis début juin

Balades en Morvan

Le Morvan occupe un grand massif forestier aux confins des départements de la Côte-d’Or, de la Nièvre, de Saône-et-Loire et de l’Yonne, 

Depuis 2012, je n’étais pas retourné dans le Morvan.

J’y avais alors accompli le Brevet Cyclo Montagnard en deux jours. Cette année là 930 inscrits pour pédaler sous la flotte. voir aussi ici BCMF, un bon cru

Je n’étais pas très fier d’avoir osé intituler un billet Château-Chinon, son vin et sa flotte qui me vaut encore aujourd’hui de nombreux lecteurs interpellés pas ce titre qui prétend qu’on cultive la vigne dans le Morvan et en particulier à Château-Chinon.

Mais je ne me suis trompé qu’à moitié car à Vézelay (qui participe aussi du Morvan), on cultive 100 ha de vignes nouvelles depuis que le phylloxéra a anéanti les 1000 ha d’alors au XIXème siècle.

Je ne serais pas complet si je n’évoquais pas cette escapade en 2001 avec mon club ACRM de Mulhouse où déjà j’avais dû avoir le moral en berne puisque j’avais enfilé des sacs plastique sous mes chaussettes pour me protéger de la pluie.

Je retourne donc dans le Morvan à titre touristique sans but aucun de concourir à je ne sais quelle excellence.

Le lac des Settons

Le lac des Settons (360 ha) date du milieu du XIXème, il est celui que je préfère: il est accueillant pour les touristes car on peut le parcourir à pied sur toute sa périphérie, soit 14 kilomètres.

le barrage du lac des Settons

A l’origine, le lac a été édifié pour faciliter les flottage du bois par la rivière en direction de Paris. Le bois acheté par les marchands parisiens était coupé en tronçons de 1.14m de long, marqué puis jeté à la rivière La Cure. En aval des lacs et étangs, toute la famille morvandelle était employée sur le flottage 

Le Morvan ce sont des chênes et des hêtres avant tout. Mais la sylviculture cherche à y implanter le sapin Nordmann (pour Noël), ce qui n’est pas sans susciter la désapprobation des écologistes.

le tour du lac en 3h30 à pied

Ouroux-en-Morvan

le lac d’Ouroux

Avoir son lac pour une commune morvandelle est un plus touristique. C’est le cas d’Ouroux-en-Morvan. Une façon de capter un peu de touristes entre Les Settons et Panessière alors même que le pays souffre de sa désertification. Beaucoup de maisons semblent à l’abandon et les enseignes de commerces fermés sont légion.

Château-Chinon

l’hôtel Au Vieux Morvan où séjournait François Mitterrand

Je n’ai pas de chance; à chaque fois il pleut à Château-Chinon. Mon parapluie se retournera plusieurs fois en grimpant jusqu’au calvaire d’où l’on ne verra rien de la ville noyée dans la brume.

notre guide à la table d’observation

Un chat errant nous accompagnera jusqu’à la table d’orientation avec bienveillance. Puis lors du retour, il nous quittera en se dissimulant dans un fourré.

panorama du calvaire

On peut louer pour 89 euros la chambre 15 occupée par François Mitterrand entre 1962 et 1981, si l’on est fan et soucieux de communiquer avec l’au-delà et la spiritualité du personnage.

Le lac Pannecière-Chaumard

l’école de Chaumard, un modèle du genre

Ce lac est plus récent que Les Settons. Construit dans le milieu du XXème siècle, il occupe 520 ha et sert à protéger Paris des crues causées par l’Yonne et la Seine. On y produit aussi de l’électricité.

Je prends mon VTT pour rejoindre deux cols en face du lac

Peu facile d’accès et peu d’équipements touristiques. J’en ai profité pour aller glaner deux petits cols à proximité avec mon VTT. A pied pas de chemin hors la route.

je franchirai le barrage de Pannecière long de 350m muni de 12 contreforts multivoutes
Deux mini-collinets au lac de Pannecière, le Pas du Creux à 367m et le Pas de Saint-Martin à 474m
le premier col (le Pas du Creux) me conduit dans un chemin herbeux peu passager si ce n’est par l’agriculteur du lieu.

Vézelay

j’aborde Vézelay à pied depuis Saint-Père. De quoi ne pas encombrer la cité.
montée à la basilique

Il ne faut pas manquer Vézelay dans la partie septentrionale du Morvan.

  • la basilique Sainte-Marie-Madeleine  (XII siècle)
architecture romane du XIIème siècle
  • la colline classée au patrimoine mondial de l’humanité, elle est le point de départ de l’une des principales voies de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle

C’est donc en pèlerin que je me rends à Vézelay au départ du village voisin, soit à peine 4 km aller et retour. On n’échappe pas à la rue Saint-Pierre et à ses boutiques avant de rejoindre la basilique.

Autun

J’ai été conquis par Autun (13000 hab.) en Saône et Loire. Son cadre de verdure rappelle les Vosges. Mais Autun dispose aussi d’un potentiel architectural, les remparts gallo-romains le long du cimetière, son théâtre romain, sa cathédrale Saint-Lazare, son lycée militaire.

Le Plan d’Eau du Vallon aux portes de la ville est aussi un atout touristique.

je m’offre le tour du plan d’eau en CAP (course à pied)

Je monterai voir la Pierre de Couhard, pyramide à l’origine discutée et en mauvais état.

montée à la pierre de Couhard par le chemin creux
la pierre de Couhard ressemble à un gros soufflé dégonflé passé de 32 mètres de hauteur à seulement 22 sous le poids des ans

Curieusement, pas de vélos à Autun!

Vieux-Thann, fête du vélo

les Vosges, c’est beau tout le temps

Le vélo à la fête aujourd’hui à Vieux-Thann. Ce dimanche s’annonçait moche avec de l’orage et de la pluie abondante. Mais à neuf heures, la pluie s’est arrêtée et le temps nuageux s’est peu à peu dissipé.

Le club Etoile 78 avait mis sa nouvelle tenue pour accueillir ses invités.

Au programme des réjouissances, deux parcours VTT et un parcours routier.

A 12 heures, on comptait déjà une cinquantaine de participants.

A neuf heures, j’ai pris la route jusqu’au lac de Kruth avec un groupe sympathique.

On passe juste après l’averse
Le temps s’est maintenu jusque là
Le tour du lac accompli, il est temps de retourner
Même au retour il y a quelques bosses scélérates sur la VV331

Mulhouse, sa fête du vélo

Départ donné place de la Réunion avec le président du CADReS Marc ARNOLD entête

Fête du vélo aujourd’hui à Mulhouse.

Après deux années d’interruption, la fête du vélo a renoué avec la tradition, sous l’égide du CADReS et grâce à ses militants fidèles. Parcourir les rues du centre-ville à petite allure, c’est un exercice qui n’est pas toujours au goût des usagers habituels et motorisés.

orchestre ambulant pour donner de l’ambiance, Dominique aux commandes

Mais dans l’ensemble, les automobilistes ont été patients et compréhensifs. Il faut dire que la police municipale à vélo a réglé l’avancement de ce convoi avec tact aux carrefours.

Sauf un conducteur qui n’a pas compris qu’un policier à vélo puisse lui imposer d’attendre le passage des vélos pour avancer…peut-être un méprise? Or un policier municipal dispose de toutes les prérogatives pour régler la circulation.

le benjamin a eu du mal à suivre le peloton

Je ne sais pas combien nous étions. Moins que certaines années sans doute. Mais comme je fermais la marche, je pouvais difficilement me rendre compte.

Plus nombreux, j’ai le souvenir que cela devient vite ingérable.

un parcours bucolique qui nous a permis de découvrir de petites rues sympas

Les vélos-cargos ont toujours la cote parmi le public.

Ce qu’on voit est exceptionnel

A l’issue du défilé, la tombola a permis à un heureux gagnant de remporter un vélo.

le premier prix

La fête terminée, j’ai remis mon vélo dans le train. A l’année prochaine!

Tour habituel

La Thur à Thann

Je me suis couché de bonne heure. Comme Proust.

Et je ne me suis pas mouché comme la nuit précédente à chaque demi-heure. A trois heures, le tonnerre. A six heures, l’averse.

Mon tour habituel consiste à rejoindre le centre-ville à deux kilomètres à vol d’oiseau, puis je rentre. Ce qui me fait cinq kilomètres. Ne pas se méprendre: ma ville habite la campagne, ce n’est qu’un gros bourg décati depuis que le Moyen-Âge l’a abandonné. Depuis, c’est devenu un refuge de rurbains, une excroissance au bout d’une voie rapide qui s’étrangle pour traverser la vallée. Sûr que si les locaux me lisent, je me faire incendier. Mais ils ne me lisent pas.

J’ai repris ma route en CAP (abréviation de course à pied). Un tour de ville où la biennale photo s’expose. Dès le départ, ma trachée brûle; je m’en accommode avec une giclée de corticoïde avant le départ.

J’ai à la main la petite gourde de 17cl. De quoi me désaltérer à mi-chemin. Je progresse lentement dans ma technique de course. Je teste des choses grapillées sur le net. Fractionné ou pas? les avis divergent. Moi, je stoppe le chrono et je marche sur 50 ou 100 mètres. Puis je repars.

J’ai une allure de course régulière (zone grise), j’évite les excès. Mon rythme cardio (rouge) semble surpris au départ, puis se stabilise

Puis j’ai zigzagué à travers le nouveau marché.

Je consulte les nouvelles à l’ordi un Kleenex sur la tête pendant que j’éponge le bureau qui ruisselle.

Je suis vanné comme si j’avais couru un 10 km.

Trente-cinq minutes pour évacuer le stress qu’on accumule, dit-on. C’est dommage, je n’arrive pas à en saisir une miette au passage pour voir à quoi ça ressemble, le stress.

Pompes en vente

chaussures Lake CX403. La tige en cuir de kangourou est, parait-il, très confortable.

Pascal Bride s’est trompé de taille. Alors il vend ses godasses sur mesure après 1000 km de souffrances (en deux sorties seulement!).

Modèle de base à 469 euros. Vendues à moitié prix. C’est donné.

Plus de détails sur ces chaussures mirifiques

On peut joindre Pascal Bride sur sa page FB.

Je classe en rubriques « matériel », « humour » …et aussi « coup de gueule » si ça déplaît.

Bloc-notes législatif

candidate Sandrine Mayer






J’ai trainé dans la rue ce soir avec mon vélo. Devant les panneaux de propagande électorale, sept sont occupés (sur treize). Pas facile de s’y retrouver pour les prochaines législatives.

Le monsieur en djellaba s’est arrêté et m’a dit « maintenant il faut cuire le pain… »

Dans le passé, il était convenu de se présenter au nom d’un parti. Ainsi on savait où se situait le candidat, à gauche, au centre, à droite,…

A présent plus rien à quoi se raccrocher pour connaître la tendance. Sauf avec Macron à coté de la bobine de Sandrine Mayer. Avec lui sur l’affiche, je suis sûr de ne pas voter pour elle.

candidat sortant Schellenberger (LR) et candidat Baschung (Unser Land)

A noter qu’ici on préfère évoquer l’Alsace plutôt que le Grand Est tellement c’est repoussoir. Schellenberger a une bonne bouille mais son parti est devenu tellement lilliputien qu’il n’ose même pas l’afficher (LR)

Candidat Bitterlin parti de Martine Wonner antivax notoire
Candidate Lapouble-Barthou (Le Peuple de France), candidat L’écologie au centre (?), Candidate Sylvie Christophe (partis Debout la France, les Patriotes, Frexit)

Martine Lapouble a choisi de s’afficher avec un certain capitaine Alexandre Juving-Brunet. Son nom ne me dit rien. J’ai cherché sur la toile et j’ai trouvé ceci sur le site Agora-Vox

Qui est Alexandre Juving-Brunet, cet ancien capitaine de gendarmerie et membre du renseignement militaire, entrepreneur depuis 8 ans, qui a émergé médiatiquement depuis mai 2021 sur Cnews ? Pourquoi veut-il mettre en place des comités de salut public un peu partout en France ? Pourquoi ne critique-t-il jamais le Parti Communiste Chinois ?

C’est pas très vendeur comme profil.

A trois semaines des élections, la moitié des panneaux vides ne laisse rien augurer de bon pour la participation citoyenne.

Pour ma part j’attends que la candidate Nupes, obscure habitante de Thann, se révèle et nous fasse part de son programme. Si elle en a un.

Parlons foot

Le foot et Darmanin. La préparation des JO est en marche

Si je me suis mis à la course pied, c’est pour sa proximité avec le vélo. Je trouve cette activité sportive bienveillante en ce qu’elle tolère à la fois l’amateurisme et les compétiteurs, le collectif et l’individualisme. Dans mon cas il ne me viendrait pas à l’idée de (con)courir avec d’autres par crainte d’y risquer un accident cardiaque. Je reste zen et je n’envisagerai de courir avec d’autres que lorsque je serai assuré d’être en bonne compagnie.

Mais il y a l’autre jeu de pied, le foot-ball, que je ne mésestime pas et qui donne de plus en plus l’image d’un jeu de vilains.

Les derniers débordements policiers parisiens lors de la finale de la Ligue des champions en témoignent.

Je suis dubitatif car je ne connais rien de ce sport, ou si peu, si ce n’est l’engouement des jeunes autour de moi qui s’activent dans les clubs grâce à de nombreux bénévoles.

Mais à un haut niveau, le foot relève d’enjeux qui interrogent lorsqu’on considère

  • les sommes en jeu brassées par les investisseurs, les Etats, les intermédiaires et les joueurs
  • les exacerbations populaires de divers courants violents, racistes, xénophobes qui s’y développent

Robert Redecker, philosophe, s’en inquiète…

« Notre pays est de moins en moins un peuple, de moins en moins une nation, de plus en plus une foule d’individus plongés dans l’anomie. »

« La France s’est abonnée à la violence […] les pouvoirs publics l’acceptant comme si elle était rituelle »

Quant à notre ministre Darmanin, il peine à convaincre sur les explications qu’il donne pour justifier sa façon de maintenir l’ordre. Comme pour les Gilets jaunes.

5 juin, fête du vélo à Vieux-Thann

la ville fait un effort salutaire pour promouvoir le vélo

Je ne sais pas encore si la fête du vélo à Vieux-Thann sera une réussite. Chaque organisation fait de son mieux avec ses moyens. Souvent modestes. Des vélos à Vieux-Thann, je n’en vois pas beaucoup, hormis ceux qui traversent la ville le samedi et le dimanche pour grimper à Roderen ou Rammersmatt.

Sinon, nous sommes trois à faire nos courses à l’Intermarché, toujours les trois mêmes. Le rack à cinq places nous suffit amplement. A Lidl, méfiance! je suis souvent seul à oser aller là-bas à vélo au bout de la ville parmi le trafic. Ou alors, il faut se faufiler sur le trottoir le long des bagnoles garées ou passer par le chemin des HLM.

Sa prestation le 28 avril dernier en direction des écoles a été une réussite.

La ville de Vieux-Thann supporte le poids des habitudes de la voiture, des infrastructures pas toujours adaptées au vélo et des choses ratées qu’on traine pendant 50 ans comme la rue de Cernay complètement inadaptée à la continuité de la Voie Verte VV31 et qui voit chaque année des centaines de cyclistes passer là venant de la plaine d’Alsace en direction du massif vosgien .

route de Cernay, un point noir pour le vélo suivi par…
…un bricolage qui met en danger le cycliste

Mais sa dernière création route de Roderen avec sa voie centrale partagée est un succès pour la protection des cyclistes qui disposent d’un espace dédié

A Thann, la grande sœur voisine, rien à signaler de concret. Hélas!

article en relation

Ma course à pied du jour

Je suis vite allé expérimenter mes deux gourdes en ceinture ce matin. Pour ne pas paraître ridicule avec mes mini-bidons de 170ml, j’ai allongé le parcours habituel et j’ai fait dix bornes. J’ai géré ma conso d’eau comme si j’étais dans le désert car avec 35 cl, il faut savoir être économe. Garmin chiffre à 750 kcal mon heure de course. A titre de comparaison c’est presque autant que 50 km de vélo avec 1200 de D+

Evidemment, pouvoir allonger sa course permet de mettre en perspective de nouveaux tracés, plus variés.

J’en profite même si ma foulée est saccadée, certainement peu élégante. Mais après tout, je m’en moque tant que je suis en rase campagne.

Running Belt

tour de taille jusqu’à 119cm. Ouf! Un bidon pour la limonade et un pour la bière

Cinq kilomètres sans boire, je sais faire. Mais avec dix kilomètres, il me faut boire. J’ai donc ajouté à mon maigre bagage un Running Belt, en français une ceinture de course, avec two drink bottles soit deux micro-gourdes de 170ml. Le sport sans connaître l’anglais, impossible. Surtout si on veut être finisher

J’ai vaguement cherché sur le net, mais rien en-dessous de 15€.

Cet après-midi, magasin Action à Wittelsheim (68).

Je rentre dans le magasin. Deux jeunes choisissent de remplacer leur cordon de smartphone. On prend le blister, on le déchire et le cordon rentre dans la poche, le blister va au sol.

Personne ne dit mot. Même pas moi. Trop peur de me faire casser la figure. D’ailleurs les braves femmes chargées des rayons font ne sorte de ne rien voir.

Je suis un peu déstabilisé par la façon de procéder. Passons!

Moi, j’ai trouvé mon bonheur avec cette ceinture dont le prix dissuade toute concurrence, 3.99 euros. Mais j’ai osé payer.

Île Grande, Côte d’Armor

acrylique 50×50

J’ai fait le tour de l’île, puis je suis parti. Non loin de Lannion.

Autour de Thann à VTT

Les Allemands disent Fingerhut (dé à coudre) les Français Digitales. Ils y mettent carrément le doigt

Au km3, derrière le parcours Vita, je grimpe à pied sur 400 mètres. Openrunner dit 22%, non c’est trop à mon avis. Mais c’est quand même trop dur pour moi.

Aujourd’hui, la fête des Mères (Leimbach)

Puis je redescends par le parcours VTT très casse-gueule pour un vieux comme moi. Je n’ai plus l’influx nerveux pour ça.

Le Silbertour passe par là. J’ai vu le ravito s’installer ce matin au parcours Vita.
https://www.openrunner.com/r/14857722

Je pars dans la plaine. Mais ceux qui veulent faire le parcours avec du pep’s vont trouver ça plaisant.

D’ailleurs le Silbertour de Steinbach fait passer son 50km par là.

Sur mes 15 bornes, j’ai 300m de D+ quand même.

Une prune de 900 euros à VTT

Le Mec Normal a reçu son amende pour avoir circulé à VTT sur un chemin non autorisé en octobre 2021.

C’est l’ONF Belge qui s’appelle DNF (Département Nature et Forêt) qui a verbalisé.

Je connais toutes les vidéos du Mec Normal (58000 abonnés YouTube) qui est loin d’être un voyou et j’ai vraiment le sentiment que le DNF belge a voulu faire un coup pour intimider ceux qui font du vélo en forêt.

Ci-dessous les deux vidéos qui expliquent l’origine de l’affaire

Tour tout court

Dans ma série décroissance naturelle, voici un tour tout court. Au moins j’use moins la route et le vélo!

Si les motards causent de la gêne au voisinage, ils font toutefois le bonheur des aubergistes. A Bourbach-le-Haut, une vingtaine au moins venus de Suisse et d’Allemagne sont attablés. Alors le mécontentement se fait mezza voce. Et ce ne sont pas les cyclistes impécunieux qui seraient capables de les remplacer puis de remonter en selle ensuite. Alors on se tait dans les rangs.

la fontaine de Bourbach délivre de l’eau potable, c’est exceptionnel. Normal, elle est branchée sur le réseau d’eau de l’école maternelle

Sur la route Joffre, les sinuosités sont un vrai régal. Quand une, puis deux, puis trois motos me dépassent avant de disparaître dans la courbe, je m’attends à un crash. Je préfère ne pas voir ça.

Comme j’avais une flemme profonde au départ, j’ai opté pour un tour court consistant à attaquer tout droit le col du Hundsrück par la route forestière du Steinby. C’est ma façon à moi de me punir. C’est idiot. C’est comme le type qui se donne un coup de marteau sur les doigts pour voir comment il a mal.

Au plan Diebold, j’ai marqué un point contre ma flemme du samedi

Oui j’ai galéré comme toujours dans la longue ligne droite avant la première courbe. Puis j’ai encore dû donner pour affronter les 10 à 11% avant la Fourmi.

Je suis aller reconnaître les lieux du collège de Masevaux où l’on doit sortir les écoles le 2 juin. Dur de monter là-haut pour les enfants!

Puis je suis rentré par la piste de la Doller. Les rafales de vent m’empêchaient de profiter de la pente, il fallait encore pédaler.

Pour un si petit tour, j’ai quand même 700m de D+. Je m’en félicite

La route du Haag sera t-elle rénovée?

la route forestière du Haag permet de rejoindre la route des Crêtes au pied du Grand Ballon de Guebwiller

La rénovation de la route forestière du Haag qui relie Geishouse à la ferme-auberge du Haag est à nouveau à l’ordre du jour.

Il y est question de travaux de rénovation.

En Alsace les routes comme celles du Haag ne relèvent pas du bien commun, on préfère ne pas les entretenir de crainte qu’elles suscitent un appel d’air aux automobiles et aux motos. Les riverains se chargent d’ailleurs de le faire savoir encore aujourd’hui dans la presse locale (DNA 28/05).

la montée à vélo depuis Moosch est gratinée…et encore pire depuis Saint-Amarin!

A vélo, j’y monte de temps en temps mais plutôt à VTT tant le revêtement est détérioré.

la détérioration de la route en septembre 2019

Mais voila qu’une nouvelle donne apparait: le Tour de France cycliste.

« La route du Haag sera transformée en voie verte et en col hors catégorie » titre les DNA dans son édition du 24 mai.

Montant de la réfection de la route, aujourd’hui royaume des nids de mégapoules  : 400 000 €, avec un taux de subvention maximal de 80 % qui pourrait bien être atteint dès cet été. « Le commissariat de massif, via Avenir Montagne Investissement, a donné un accord pour 50 %, nous sommes en attente des réponses de la Région Grand Est et de la Collectivité Européenne d’Alsace », détaille Cyrille Ast (Président de la ComCom St Amarin). « Le projet est de transformer la route du Haag en voie verte.Elle sera interdite à tous les véhicules motorisés, et accessible uniquement aux vélos et vélos à assistance électrique ».(DNA 24/05/2022)

Qu’est-ce qu’une Voie Verte? Les voies vertes sont définies par l’article R110-2 du Code de la route comme étant des routes exclusivement réservées à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons ainsi que des cavaliers. Cela signifie que les conducteurs de véhicules motorisés, qu’il s’agisse d’une automobile ou de toute autre catégorie de véhicule, ont l’interdiction formelle de circuler sur une voie verte. Néanmoins, des exceptions peuvent être mises en place par l’autorité détentrice du pouvoir de police. En effet, c’est cette autorité qui détermine les règles de circulation en vigueur dans un espace de circulation, et qui peut par exemple choisir d’exclure certains usagers de ce type de voies.

la route du Haag aboutit à la ferme-auberge

Notons au passage que ce n’est pas la première fois que la région trouve des crédits pour rénover ses routes secondaires soit avec le Tour de France soit avec le Rallye de France automobile. On se souvient que la route du col Amic depuis Soultz est appelée désormais la route Loeb par les cyclistes après avoir été restaurée en une semaine (!) avant la venue du Rallye de France. On n’avait pas d’argent pour les cyclistes. Pour Sébastien Loeb, si! (40 camions de bitume en 2010)

Idem pour la route Joffre de Bitschwiller-sur-Thur à Masevaux, réfection complète pour le passage du Tour de France.

TDF 2019 Bitschwiller-sur-Thur

Mais voila qu’un grain de sable apparait dans la presse de ce matin: quatre habitants de Geishouse (Alain Virlot, Gilbert Herrgott, Jean-Claude Steiger et Rémy Kern, anciens élus municipaux) n’entendent pas laisser leur route devenir une voie verte après le passage du Tour.

« Nous voulons pouvoir accéder en voiture à la ferme du Haag, propriété de la commune, sans avoir à faire 40 km »

Est-ce le vœu de tous les riverains de Geishouse? on ne le sait pas.

Dès qu’on parle de Voie Verte, les oppositions se dressent car elles sont perçues comme une confiscation de la voirie aux seuls profits des engins non motorisés.

Pourtant en Alsace, on sait baptiser « Voie Verte » des voies autorisées aux véhicules comme la VV331 le long de la Thur.

Admettons que les riverains opposés à la transformation en Voie Verte gagnent: – deux cas se présenteront alors:

  • soit les travaux n’auront pas lieu et donc on en restera là avec une route à trous
  • soit ils auront lieu et la route va devenir un boulevard pour les adeptes de course de côte le dimanche…et la quiétude des riverains de Geishouse sera terminée. Comme pour ceux de Bourbach-le-Haut sur la route Joffre. Je me demande qui a le plus à perdre de cette position des opposants à la Voie Verte?

Quelle est ma façon de voir?

Il faut faire des travaux d’amélioration sans qu’ils soient pour autant luxueux et constituer une Voie Verte avec des accès sécurisés constitués de chicanes amovibles permettant aux riverains (éleveurs, forestiers et ferme-auberge) d’accéder ainsi qu’aux services d’urgence.

Les randonneurs à pied ne sont pas lésés: ils garent leurs voitures près du cimetière à la sortie de Geishouse.

28 et 29 mai, le Silbertour

Le parcours 35km et 600m en rouge dénommé Mezzo-Forte

C’est demain samedi 28 mai après-midi et dimanche 29 qu’auront lieu les rencontres VTT du Silbertour de Steinbach. 7 euros.

Tous les parcours gravel et… VAE. Bon alors je n’y vais pas car les VAE nous emm….dans l’effort.

Maintenant, je vais faire comme ça, dès que les VAE ont parcours en commun, je n’y vais pas.

Quelques raidillons que j’aurais su pourtant négocier.

Tous les renseignements sur le site

Mai 2022

La Bresse depuis la rue du Hohneck

Je n’attends même pas fin mai pour dresser mes états de service du mois tellement c’est futile. Presque insultant pour celui qui n’en a pas les moyens.

  • quatre sorties à pied
  • trois en route
  • huit à VTT
Je ne compte plus ce tour de VTT à deux pas de chez moi

Il faut bien se raccrocher à quelque chose pour se rassurer que, non, je ne régresse pas, je maintiens une routine suffisante pour ne pas sombrer dans un conformisme, une apathie qui confine à une fin de soi-même.

Le statut de retraité, c’en est un, a ceci d’angoissant, c’est qu’il précède une autre fin, une fin définitive. Après la fin professionnelle, vient une fin sociale, marginale, sociétale. Ne pas accepter cette mort sociale pour moi est essentiel dès lors qu’on ne cesse de nous faire ressentir notre charge. Souvenons-nous du Covid, les retraités ont été enfermés dans le rond d’un kilomètre, une prison sans barreaux, mais une cage tout de même. Payé à ne rien faire, c’est insupportable pour ceux qui n’ont rien…et la perspective d’allonger l’âge de départ à la retraite des plus jeunes stigmatise encore plus ceux qui y sont déjà. Dans tous les rayons utilitaristes, les portes sont étroites et l’associatif ne recrute plus autant depuis que le marché s’en occupe. Ne vas pas au Super U le samedi, tu fais chier le monde, ni à la déchet’, ni au Karcher. Les mecs te doublent rageurs: « encore un emmerdeur de retraité! »

A pied, 26km

A vélo, 154km

A VTT, 207km

Il fait campagne à vélo

https://www.francebleu.fr/infos/politique/legislatives-2022-francois-ruffin-fait-campagne-a-velo-dans-la-somme-1653577831

 « il y a un droit au bonheur pour tous », revendique le député sortant, François Ruffin

Une campagne qu’on lui souhaite payée en retour par des suffrages.

Un dix d’Ascension

Donne-lui tout de même à boire (V.Hugo) Je crache tellement sec que la bave colle au menton (chut!)

J’ai pris la route, plus exactement le trottoir jusqu’à la route de Cernay à Vieux-Thann, puis la piste cyclable.

Un 10km de running pour moi c’est une défonce d’une heure qui me coûte aujourd’hui 850 kcal soit l’équivalent de 50 bornes de vélo et 1200m de déniv

Au Bike-Park de Cernay, j’avais atteint mes cinq kilomètres habituels.

Une pause, puis je repars par le sentier botanique le long de la Thur. Je suis peu habitué à ce type de sol. La petite rigole dépourvue d’herbe au centre du chemin n’est pas confortable. Finalement j’opte pour l’herbe, c’est plus doux au pied mais je crains l’entorse. Deux jeunes à VTT arrivant face à moi caché par la Renouée du Japon manquent de me percuter dans le virage.

Au km 7, je suis à hauteur du centre de tri postal de Vieux-Thann. Je commence à puiser dans mes maigres réserves en surveillant mon rythme. Je sens que ma carcasse pèse et que l’ensemble du personnage est brinquebalant et désarticulé. Un vrai guignol!

Devant le lycée, je trébuche (sur rien!) et je manque de m’affaler, signe de fatigue manifeste.

J’espère pouvoir être plus à l’aise la fois prochaine. C’est clair qu’avec cinq kilos de moins je ferais des merveilles.

Je n’ai pas affiché le cardio pendant toute l’heure, le seul moyen de ne pas me faire peur (avec 150 pls de moyenne à l’arrivée)

C’est mon deuxième 10 kilomètres. Je suis content car je tiens les 7mn/km comme si je courais le cinq habituel.

https://www.openrunner.com/r/14840604
C’est mon deuxième 10 kilomètres. D’habitude je « tourne » sur cinq km

Lors du premier, le 3 juillet 2021, j’ai dû beaucoup marcher si j’en juge par le graphe de l’allure où l’on compte neuf arrêts au moins.

10km du 3 juillet 2021. Au moins neuf arrêts

Je suis dans un groupe Facebook très sympa qui me motive et où l’on rencontre de véritables « pointures »

Bloc-notes

Léon Tolstoï (1887)

Je me lève et j’écris

4 heures 26. Voila déjà plus d’une heure que je me retourne dans mon lit. Je n’y tiens plus. Ma tête va exploser sous l’amoncellement d’informations qui m’assaillent. Mon sac est-il complet? je le révise…il y manque des bricoles, celles qui feront de mon quotidien des journées habituelles. Alors je le complète.

Pour aller où?

Je ne sais pas. Je suis un penseur de la nuit. Au-dehors tout est noir. Ces enfoirés d’élus coupent l’éclairage public, celui qui me dessine des ombres et des lumières pendant mes insomnies.

Alors comme ça on monte?

Les Français se précipitent vers les quarantièmes rugissants de leurs bagnoles. Pour aller où? vers les demeures et châteaux, les mobil-homes à cheminée intégrée, les campings de la plage. Pourvu qu’ils montent, les Français, le jour de l’Ascension! La grande dépression covidesque est derrière, il faut rattraper le temps perdu à tourner en rond. Alors on se casse n’importe où.

Se casser, on saura le faire aussi le jour où les Poutine en puissance vont nous montrer comment ils comptent redevenir des tsars autocrates à la tête des nouveaux empires. L’Ukraine en fait les frais, pour commencer. A force de bombardements, son image se brouille. On n’est plus très sûrs en Occident qu’il faut qu’elle gagne face à Poutine, l’Ukraine. Vendre des armes, oui. Mais se priver de gaz, non. Ce qui me fascine c’est l’extrême détermination des dictateurs face de la mollesse des démocraties. Le dictateur est sûr de son bon droit, il n’est face qu’à lui-même et ne rend compte à personne. Les démocraties se prennent en permanence les pieds dans le tapis de valeurs approchées, confuses et contradictoires. Le moment venu, une grande débandade se produira chez nous, on peut s’y attendre. Toutes sortes de drapeaux sortiront des placards, comme ceux des épisodes sportifs nationaux que je vois à la télé. Dans les stades.

Dans les stades, qui y mettra t-on alors?

Boomers

François de Closets sort Boomers. Voila un type qui n’a cessé de cracher sur sa génération et qui vient encore nous donner des leçons. Forcément, ça le dérange de Closets de ne pas avoir pris quelques bombes sur la tronche depuis 80 ans.

Tchitchikof

Posséder des villages, des gens, c’était quelque chose de normal dans cette Russie là.

Je vais reprendre ma route avec Tchitchikof, tenter de savoir s’il trouve encore des Âmes Mortes (N.Gogol) à s’acheter en parcourant la Russie tsarine. J’ai hâte de retrouver des lectures plus frivoles. J’ai un gros Proust qui m’attend depuis des jours sur le coin du bureau. Mais j’aimerais aussi jeter un œil sur « la condition noire » de Ndiaye, le nouveau ministre qui déstabilise notre universalisme affiché et sur « guerre » de Céline qui vient d’être exhumé. Je sais, c’est très disparate tout ça. Je fais ce que je peux avec un faible bagage. J’allais oublier ma trousse de toilette. Pour me faire beau quand le jour viendra.

Forcément mon jour qui vient, après un sommeil raccourci, sera tout de même moins beau. Je vais l’amputer de mes projets ambitieux de boomer sur le déclin. Le tour de roue sera plus court. Il faudra réduire la voilure car les forces me manqueront.

5h37. Le jour se lève.

Péter ou faire du vélo

C’est à vous de choisir. Péter ou faire du vélo revient à soulager l’intestin.

C’est ce qu’on peut lire dans le Midi Libre :

pour mieux se libérer des gaz d’échappement..

il est recommandé d’une part, de « les faire passer lors de chaque acte de miction ». Et d’autre part, de faire du vélo pour soulager les ballonnements.

Une fois soulagé, vous allez pouvoir attaquer le Grand Ballon sans difficulté.

L’électrique imposé

MEGANE E-TECH 100% ELECTRIQUE iconic EV40 130ch standard charge 40900€

L’électrique et rien d’autre. C’est la seule solution qu’a trouvé le gouvernement pour sa transition écologique: nous vendre des bagnoles électriques à grands renforts de subventions tellement elles sont chères à produire.

Le nouveau gouvernement veut croire à sa planification écologique. Le problème, c’est que les acteurs nommés par Macron,  la première ministre Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et la ministre en charge de la transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher ont en commun d’être des purs produits de la technocratie industrielle et financière…et qu’en outre aucun ministre des transports n’est nommé!

Comme mes lecteurs le constatent, j’évite plus souvent les sujets « hors vélos » et je n’ai pas commenté ce que je pense de l’exécutif en place puisqu’on sait que, comme le précédent, il va louvoyer à droite et à gauche en tentant de garder son cap mondialiste et néolibéral.

Passons sur les sujets majeurs que sont l’artificialisation des sols, l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture, la rénovation thermique des bâtiments anciens à la traîne (17 % des gaz à effet de serre), et contentons-nous d’observer les problématiques de transport (31 % dans les émissions de gaz à effet de serre): la pollution des villes continue de croître et les encouragements à changer de mode de déplacement conduisent tous à un matraquage publicitaire en faveur de la voiture électrique dès lors qu’on n’habite pas de grandes agglomérations offrant des alternatives.

Regardez la TV aux heures de grande écoute: c’est la voiture électrique qu’on cherche par tous les moyens à nous vendre. A un tel point d’insistance qu’on finit par croire que sans bagnole électrique, nous sommes tous condamnés à faire du sur-place.

Evidemment, ce qui se trame dans notre dos est de toute autre nature, c’est tout simplement la paupérisation du monde rural à qui l’on va interdire le droit de se déplacer faute de moyens.

Alors moi, j’en ai pris mon parti, je vais défendre la voiture traditionnelle, à l’essence, au gasoil et au gaz, car qui va pouvoir demain se payer une voiture électrique une fois qu’on ne pourra plus se payer d’énergie fossile du fait de l’explosion des prix des carburants.

la fin de vie de la bagnole thermique est atteint

Croyez-moi, l’avènement de la voiture électrique est une supercherie du marketing pour renouveler son marché de bagnoles qui ne se vendent plus.

On oublie de le dire, une voiture électrique n’a rien d’écologique: elle pollue tout autant, on n’a fait que déplacer la pollution vers les centrales électriques. Je ne parle pas des batteries et des terres rares qu’on va extraire de la planète, des coûts de fabrication et de démantèlement.

Bramont-Brabant

je suis au bord du lac et je me demande si je vais monter au col de Bramont

Je pars de Kruth.

Pas top le temps avec de la bruine. Pourtant la météo ne disait rien de tel.

Je monte quand même avec l’espoir que le temps s’arrange. A l’auberge du Bram’s, je distingue une éclaircie dans la vallée

Le route est un billard, ça aide à monter.

Finalement, j’atteins le col de Bramont avec mon allure habituelle, quatre couches car il ne fait que 7°C là-haut.

J’hésite entre aller sur la route des Crêtes par les « Américains » prévue à l’origine ou prendre le lac des Corbeaux…finalement je prendrai le lac des Corbeaux où je serai mieux protégé de la brume.

Au lac des Corbeaux, la brume rase la cime des arbres
Habitat très dispersé de la Bresse vue depuis le Brabant
Jolie chapelle au col du Brabant (Cornimont)

Je descends à Xoulces, puis je me trompe un peu avant de rejoindre Cornimont. Ensuite monter à Ventron.

Ventron célèbre son champion de ski nordique
A partir de cette borne, je me laisse descendre jusqu’à Kruth
Elle est craquante notre petite chapelle Saint-Nicolas

https://www.openrunner.com/r/14825086

Feu rouge et caméra embarquée

C’est T000 Cycling qui commercialise cette camera RVD80 intégrée à un feu rouge. C’est ce qu’on appelle une dashcam (7 à 9 heures d’autonomie).

Voici ce que dit la pub…

Avoir les moyens de se défendre contre les incivilités des autres usagers de la route ou en cas d’accident de la circulation lors d’un déplacement à vélo : accidents, mise en danger d’autrui, injures, vols, agressions, délit de fuite sont autant d’événements auxquels les cyclistes sont malheureusement exposés sur la voie publique lors de promenades de loisir ou lors de déplacements quotidiens vers le lieu de travail. La preuve par l’image et le son est un levier de défense pour renforcer votre sécurité en cas de problème

Se filmer pour prouver qu’on est mort de l’accident. C’est pas très enthousiasmant.

Il est vrai que 30% des accidents avec un vélo donnent lieu à des délits de fuite.

200 dollars

voir le site

Comprendre le pouvoir russe

Gregori Medvedev, grand physicien et témoin, raconte tout de A à Z

Ô bien sûr je ne suis pas physicien et donc peu à même de tout comprendre des mécanismes qui ont conduit à l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine en 1986. Pourtant l’ouvrage de Grigori Medvedev  » La vérité sur Tchernobyl » (Albin Michel) fait référence en la matière.

Pourquoi se pencher sur cet ouvrage?

J’avais en partie oublié la relation du drame, minute par minute, heure par heure, et les invraisemblables erreurs de conduite des opérateurs obnubilés jusqu’à la mort par la nécessité du secret, du mensonge, de l’incroyable et de l’indicible auprès des autorités et des populations, à savoir que le cœur du réacteur nucléaire N°1 de Tchernobyl avait explosé dans la nuit à la suite d’un essai préventif mal conduit.

Par la suite, tous les opérateurs, les pompiers, mourront du « bronzage nucléaire » dans d’atroces souffrances et les autorités évacueront Pripyat, la localité voisine, avec beaucoup de retard…pour la France, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) nous montre comment le nuage radioactif s’est répandu en Europe dans cette animation.

Les centrales russes sont de type RMBK, un réacteur refroidi à l’eau légère, basé sur les modèles existants de réacteurs militaires au plutonium modérés par du graphite

L’Ukraine est alors partie prenante de l’URSS et c’est Moscou qui commande…et qui est responsable de la nomination à tous les niveaux de gens incompétents qui n’ont pas la qualité suffisante pour conduire de tels équipements nucléaires.

Relire cet ouvrage peut aider à comprendre comment le pouvoir politique russe se comporte encore aujourd’hui à l’égard de son voisin ukrainien.

à lire aussi:

Drouille du dimanche

L’Amic gris-clair

Garmin donne 907m de dénivelée et Openrunner 846m. Eternel dilemme qui n’est pas grave en soi, l’essentiel étant d’y monter.

J’étais parti tôt et donc, à 10h30, j’étais déjà à la maison.

On a discutés en montant l’Amic et le temps a paru moins long.

Un cyclo montait derrière moi, je lui ai fait signe de me rejoindre et nous avons fait la montée de l’Amic ensemble. Echange de bons procédés: il n’avait pas envie d’en découdre, de forcer le train…et moi je n’en avais pas les moyens ni l’intention. En plus il avait la délicatesse de ne pas me sucer la roue (jargon trivial bien connu dans le milieu de la pédale) .

https://www.openrunner.com/r/14809200

On a donc discutés en chemin et le temps a paru moins long.

Je pose mon vélo au bord du banc. L’équipement a démonté les barricades pourtant pratiques pour aligner ses vélos. La dame était contente, elle me dit que c’était la troisième fois qu’elle montait le col avec son vélo « muscu » après avoir quitté son vélo électrique. Ordinairement c’est plutôt l’inverse qui se produit, on passe du muscu à l’élec.

A Freundstein, j’allume les lampes clignotantes et j’enfile le coupe-vent. Excès de zèle penseront certains. Ben non, sous les frondaisons sans soleil, on fonce à toute blinde (locution adverbiale très usitée dans le milieu compétiteur) et on peine à distinguer le cyclo furtif venant en face. Il fait frais et le ciel s’est couvert. Les motos nombreuses me croisent dont un club de trike.

un club de trike croisé au Vieil Armand (illustration)

Je prends Wattwiller par le camping, puis je rentre à Thann.

A Cernay, ravito de l’ACTF. Je ne reconnais personne. Mais je ne suis plus à la FFVélo, alors pas de regret.

Mon club Etoile 78 de Vieux-Thann n’est pas trop routier, il manque de membres assidus, mais rouler seul a tout son charme et je ne suis tenu à rien.

%d blogueurs aiment cette page :