Étiquette : Blansingen

4 janvier 2015

Petit-Landau depuis les hauteurs de Bamlach

Janvier est le mois des commencements.

Pas pour le vélo qui attend en principe mars le mois où le printemps revient et où les Romains pouvaient se remettre en guerre. Poursuivre la lecture de « 4 janvier 2015 »

Kleinkembs

Ma copine de Bad Bellingen. Très séduisante.

Parcours allemand. Ne parlons pas du temps: 24°C un 14 octobre, du grand n’importe quoi!

Longer le Rhin coté allemand en prenant un peu de hauteur, c’est un de mes parcours préférés.

C’est la période des cucurbitacées et des confitures. On se sert soi-même et on paie. Poursuivre la lecture de « Kleinkembs »

Sur la voie romaine allemande

Bad Bellingen, ville thermale allemande

Le printemps en été?

On ne sait pas! on ne sait plus!

Avec 11°C au compteur, je file au sud le long du Rhin. Poursuivre la lecture de « Sur la voie romaine allemande »

Une simple visite technique

Une petite dernière pour finir l’année, en forme de visite technique.

Un truc basique. Tout est très roulant.

A faire sans trop se poser de questions. Poursuivre la lecture de « Une simple visite technique »

Relâche

Du vélo, oui!

Mais à ma guise.

Je file à Chalampé et je traverse le fleuve.

Le Rhin depuis les hauteurs de Bamlach

J’irai voir le Rhin aujourd’hui où les promeneurs étaient nombreux à profiter de cette belle journée de novembre. Poursuivre la lecture de « Relâche »

Blansingen, mon parcours fétiche

C’est un de mes parcours fétiches.

Pourquoi?

C’est un parcours exotique qui chemine pour moitié coté français et pour l’autre moitié coté allemand. Avec forêt, vigne, plat, relief des coteaux, verger, Rhin et bateaux, routes paisibles.

Poursuivre la lecture de « Blansingen, mon parcours fétiche »

Sur les hauteurs de Blansingen

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Sur les hauteurs de Blansingen

vélomaxou

Quatre vingts kilomètres et des poussières.

Et quelques bosses au milieu.

Juste de quoi se hisser à Blansingen au dessus de Efringen
Kirchen.

Voir le Rhin et Bâle au loin était difficile à cause de la
brume.

Retour par le grand canal.

Un parcours de découverte pour Jean-Marc qui a eu bien du mérite
de supporter les joyeux drilles.

 

 

Sous le soleil…les cyclistes

C’est l’hiver.

Oui, et alors?

Alors, il ne faut pas hésiter.

On saute sur nos bécanes.

Sans même savoir où aller.

Bon, les avis sont partagés.

Du court, du moyen ou du long?

Finalement, c’est le circuit long qui sort du chapeau.

On ne sait plus qui a osé sortir cet itinéraire…

On ne le regrettera pas.

Après une mise en route laborieuse le long du canal de Niffer,
on s’arrêtera regarder les ragondins. Et puis les promeneurs se
font denses sur la piste de Kembs. Il fait si beau.

La grande chaise de Märkt est visiblement trop grande pour 
nos petites jambes.

Non, non et non!

Marie Paule s’entête à ne pas vouloir ascensionner cette petite
pente derrière Efringen Kirchen.

Trop tôt sur le calendrier?

Que nenni!

Juste un caprice pour notre compagne aguerrie aux grands cols
alpins!

Pourtant chacun se résoudra à emprunter ce chemin qui mène vers
Blansingen et d’où l’on peut observer Bâle et le massif de la Forêt
Noire illuminé.

Après 50 km, on fera une petite pause avant de rentrer à la nuit
avec -4°C à la sortie de la Hardt.

Qu’est-ce qu’on s’éclate!

Chacun le voit bien; le vélo mène à toutes sortes d’exaltations
fantasques pourvu qu’on prenne l’envie de pédaler.

Ce sera mon premier coup de coeur de la nouvelle année.

11 novembre 2009

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, 11 novembre 2009

Hommage aux anciens de la Grande Guerre.

texte au dos de cette carte datée du 28 janvier
1915

« Je suis bien touché de ta délicate pensée car Reine vient
de m’apprendre que tu m’avais écrit au 1er janvier.

Je regrette bien sincèrement de n’avoir pas reçu ta
correspondance car cela fait tellement plaisir surtout quand on est
éloigné, d’avoir des nouvelles de vieilles branches comme toi…Je
pense souvent aux bons moments que nous avons passé ensemble
l’hiver dernier et quelquefois spontanément malgré la période que
nous traversons, il m’arrive d’entonner un de tes gentils couplets.
En attendant de te lire…

« Monet », le bateau de CroisiEurope, est ancré aux chantiers
navals de Mulhouse.

Belle pièce!

A Kembs, la route EDF va devenir un vrai billard et ce chevreuil
est venu reconnaître les lieux avant l’ouverture.

A Kembs, on s’approche du plan d’eau qui jouxte le canal.

Les oies, puis les cygnes puis les ragondins se manifestent
aussitôt en quête de nourriture.

Mais nous n’avons que quelques miettes de biscuit. Peu à leur
goût!

Chacun se dispute quand même ce maigre butin.

On dit le ragondin sensible aux hivers rudes: sa queue gèle et
se gangrène… Funeste perspective si le grand froid est au
rendez-vous de l’hiver prochain!

On s’attardera le long du canal du Rhin le temps d’admirer ces
arbres de feu éclairé par le soleil déjà bas dans le ciel.

Atteindre les hauteurs d’Efringen-Kirchen est une punition
inhabituelle pour la saison avec un passage à 13%. Dès la bosse
franchie, la vue sur Bâle, puis sur la plaine d’Alsace sera notre
récompense.

Blansingen mérite aussi le détour.

Au pont de Chalampé, en ce 11 novembre, les Alsaciens se
pressent en nombre pour faire du shopping coté allemand.

Ironie de l’histoire!

 

Eau vive

Un temps pluvieux.

Des orages méchants.

Rien ne peut cependant nous faire reculer.

On partira à l’aveugle vers le ciel clair.

Les orages nous poursuivent jusqu’à Neuenburg où on devra se
réfugier sous une avancée de toit.

Le temps passe…Même les motards nous rejoignent.

On repartira jusqu’à Bad Bellingen entre deux ondées.

Puis quand le temps redeviendra clément, on montera vers
Blansingen, histoire de contempler la plaine vaporeuse et les
vergers de kirsch.

A Kembs, le Rhin sort déchaîné des turbines avant de s’etaler et
de reprendre son cours.

On rentrera apaisés alors que le ciel semble se vider et qu’un
soleil timide achève d’éclairer le grand canal et ses frondaisons
qui se reflètent sur les rives.

Toussaint

Jour de Toussaint et de recueillement.


Les vélos se profilent à l’horizon et passent sans bruit devant
les cimetières.


Blansingen a construit son église à l’écart du village;
bizarre!


Le Rhin n’est pas content après ces dernières pluies.


L’usine électrique de Kembs affiche sa vaste façade et turbine
imperturbablement.

C’était un temps gris comme un jour de Toussaint se doit de
l’être.

Sur les hauteurs de Blansingen…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Sur les hauteurs de Blansingen...

Blansingen vaut
le détour. A vélo.

Ne pas hésitez à monter la côte à la
sortie de Bad-Bellingen.

Et parcourir sur les hauteurs de délicieuses petites
routes parmi les vergers. S’arrêter aux nombreux points de
vue sur le Rhin quand le temps est beau comme aujourd’hui.
Rejoindre ensuite Efringen-Kirchen. Attention à la descente
dans le vignoble qui atteint 15%. Passer sous les voies et
rejoindre Märkt.