Jour : 1 avril 2020

Chronique de pandémie

alambic Cobrelis 3 litres 105euros (existe en 5l)

Je ne sais pas qui aura la force en ce premier avril de faire une plaisanterie. Moi je m’en sens incapable.

Dans la presse de ce matin, on annonce l’arrivée de cinq millions de masques dans le Grand Est. Dommage! le mal est déjà fait. C’est incroyable que de simples bouts de papiers pliés mettent tant de temps à nous parvenir.

Quand je parle de mal qui est fait, je pense à tous ces soignants auxquels les masques ont fait défaut de longues semaines, puis à tous les autres obligés de travailler sans protections. Le mal sera aussi politique, mais c’est pour plus tard. On comprend que l’opération de « déminage » a déjà commencé avec cette propagande de Macron visitant une usine de fabrication de masques.

Si, il y a une nouvelle qui prête à sourire dans l’actualité des masques. Décathlon va offrir ses masques de plongée aux hôpitaux. Le système D en France garde ses émules.

Antoine et les membres réguliers de son groupe s’activent. « On a tous les portables les uns des autres, on se donne régulièrement des nouvelles, pour que chacun puisse poursuivre le programme. » La solitude favorisant le retour de vieux démons, le contact humain prime dans cette lutte pour une vie sans alcool. (DNA 01 avril)

C’est presque un poisson d’avril. Les Alcooliques Anonymes ne peuvent plus se réunir à Bartenheim, alors certains risquent de « replonger ». Il faudrait ajouter une case à l’attestation dérogatoire pour se déplacer aux réunions du groupe.

Picoler, après tout, je suis persuadé que certains s’y essaient. L’occasion de vider les culs de bouteilles entamées nous démangent. En liberté surveillée, beaucoup hésitent à rapporter des premières nécessités liquoreuses de crainte que la maréchaussée ne porte une appréciation de valeur défavorable au contenu de notre coffre.

Alors en attendant, on vide les restes. Mais il ne faudrait pas que le confinement s’éternise trop longtemps car on pourrait voir alors les alambics d’infortune redevenir une valeur en hausse dans les chaumières.