Jour : 27 avril 2020

Suisse, litige autour du vélo

Les officines ne peuvent vendre des vélos pendant le confinement. Mais elles peuvent les réparer.

C’est sans compter sur Jumbo, la chaine de bricolage suisse, qui vend des vélos dans ses rayons.

Les vélocistes se rebiffent car ils perdent des ventes cruciales en cette période.

A lire dans 2 minutes tout de suite

Au fait chez Leclerc, peut-on acheter un vélo?

Jogging et masque?

Masques tissus Beaugency.fr

C’est la ruée dans les pharmacies pour obtenir son masque en tissu. On l’appelle le masque alternatif ou encore grand public.

C’est un masque anti-projections qui ne remplace pas un masque dit chirurgical ou un masque FFP2.

Il ne dispense pas non plus de respecter les distances entre les individus, les fameux gestes-barrières, qui doivent toujours être observées. Au moins un mètre pour se croiser et pour dépasser…à pied. Dans certains pays la distance est portée à deux mètres.

A vélo je ne sais encore pas. Il est vraisemblable qu’on va commencer à rouler seuls. Les rejets pulmonaires d’un sportif en action sont décuplés, il faut s’en souvenir. Si vous roulez dans un club sans connaître le statut sérologique de tous les participants, méfiance!

Le masque n’est plus efficace et doit être changé dès qu’il se retrouve « imbibé » de trop nombreuses sécrétions orales et nasales, ce qui arrive très vite quand on court. « Cela ne sert strictement à rien » professeur Stahl

Quand je suis en jogging, j’émets un nuage d’aérosols bien plus loin qu’à un mètre, peut-être jusqu’à dix mètres étant donné que l’on rejette 80 à 150 litres d’air par minute au lieu de 6 à 8 au repos. Il ne viendrait donc pas à l’idée de courir en groupe. C’est pourquoi, chaque fois que je dépasse quelqu’un ou que je croise quelqu’un, je change de trottoir en ville en m’assurant que je peux le faire sans me faire renverser. Sinon, je m’arrête. C’est la grande erreur d’avoir confiné les gens en ville plutôt que les avoir laissés courir dans de grands espaces dégagés.

L’important, c’est de ne pas envoyer des gouttelettes sur celui qu’on va aborder. Le masque alternatif est un masque anti-projections. Il vous empêche donc d’envoyer le nuage d’aérosols sur les autres…et il vous protège aussi si quelqu’un postillonne face à vous.

Même s’il n’est pas beau, votre masque artisanal peut être efficace. La densité minimale du tissu doit être de 120 fils pour 100 mm. Evidemment ce masque en coton devient vite une éponge si je le garde pendant une heure sur le nez et complique les efforts pulmonaires comme si vous grimpiez le Tourmalet. Ne vous aventurez-pas à commencer le jogging avec un masque sur le nez!

Fabriqué par vous-même, vous avez cousu un masque qui va limiter la transmission de vos postillons et améliorer vos gestes barrières en diminuant la transmission par contact main-bouche! Un masque en tissu c’est donc mieux que rien ! lire le dossier de Bérangère, ingénieure textile

Pensez-y en retirant le masque! Si vous avez croisé quelqu’un, il a pu infecter votre masque. Après avoir retiré le masque par les élastiques, il faut le mettre à laver à 60°C et se laver les mains avec du savon. Si vous retirez le masque pendant votre jogging, ayez une solution hydro-alcoolique avec vous pour vous frictionner les mains avant de vous toucher le visage, vous éponger, vous moucher.

A quoi bon, puisque je ne suis pas malade?

Vous pouvez être porteur du virus contagieux sans le savoir, sans symptômes et donc asymptomatique.

Un masque manufacturé selon la norme AFNOR par vous-même est valable. A la condition qu’en soufflant à travers le masque, vous ne puissiez pas éteindre la flamme d’un briquet.

J’ai fait le test avec mon masque en coton deux couches découpé dans un tee-shirt en coton.

En zone périurbaine, j’enfile le masque lorsque j’approche d’une personne et je le retire ensuite car sinon le masque en tissu va s’humidifier rapidement et perdre ses qualités respiratoires. En outre respirer avec un masque nécessite un effort pulmonaire plus important.

Si vous voulez donner à votre masque une qualité chirurgicale qui filtre dans les deux sens le virus, il faut ajouter une troisième couche entre les deux couches de coton en aménageant une poche dans laquelle glisser une lingette dépoussiérante antistatique 100% polyester qui constitue la plupart des masques chirurgicaux.

Culture physique

Je préfère courir autour de chez moi plutôt que de pédaler sur un home-trainer.

Je ne sais pas si le terme de culture physique est toujours en usage dans les établissements scolaires. Culture physique ça faisait sérieux, on se disait qu’on devenait plus intelligent en courant, en grimpant à la corde et en faisant des triples sauts.

Le problème avec la culture physique au collège, c’était lorsqu’on commençait la matinée avec; on était moins disponibles pour les autres disciplines à cause de la fatigue.

Aujourd’hui, je ne me pose plus ce genre de question, j’adapte mon emploi du temps. J’ai encore la force de composer devant mon écran après l’exercice physique.

Dès le km 4 ce matin, j’ai senti la fatigue…et je me suis demandé comment j’allais pouvoir continuer alors que j’étais à mi-parcours. Alors « j’ai travaillé » ma cadence, assoupli mon pas, visé des segments plus appliqués. Lorsque le km 6 a retenti au vibreur de mon bracelet, j’ai préparé mon itinéraire d’approche, comme ces pilotes de ligne qui affichent les paramètres de la descente. Au km 7, j’ai allongé ma dernière boucle pour être à 500 mètres de chez moi.

Top! à 7km500, j’ai entamé la dernière ligne droite après un virage sous deux alphas comme en aéronautique. Au km 8, j’étais devant chez moi. C’est la première fois que je descends au-dessous de 7minutes le kilomètre. J’ai donc l’impression que je progresse sans vraiment le chercher.

Je ne sais pas comment les runners « travaillent » leur mental mais j’imagine qu’une grande part de leur réussite est dans la tête.

Les potins du lundi de pandémie

La distanciation sociale accélère la différenciation sociale

La défiance envers l’Etat est à son maximum en France. C’est un chercheur qui le dit, si la France doute autant de son personnel politique, c’est à cause des classes sociales. L’Union de la Gauche ne serait donc pas morte, pas complètement. L’anticapitalisme continuerait de fracturer la société civile, sans le dire. On ne sait pas qui tire les ficelles. Peut-être des Insoumis rêvant d’un Grand Soir devenu chimère? ou des Gilets jaunes en mal de ronds-points?

Ainsi donc l’énorme classe moyenne enflée comme une grenouille renfermerait des émules de Georges Marchais, des gauchos héritiers d’Arlette, et aussi à l’autre bout de l’échiquier des nostalgiques du Petit-Clamart. Au milieu resterait un magma déculturé élevé au biberon du consumérisme béat.

C’est très réducteur.

En France, le confinement a été plutôt bien appliqué mais mal accepté contrairement à d’autres pays. Simplement parce que l’Etat parle à ses citoyens comme à des enfants ignares. Il est vrai qu’on souffre aussi depuis cinquante ans d’une population exogène qui peine à rejoindre nos standards. Terrain scabreux!

Si nos politiques trinquent, c’est tout simplement parce qu’ils sont mauvais. Et ce n’est pas l’épisode corona qui va redorer leur blason.

La France qu’on ne cesse de nous présenter comme une grande nation a, hélas, montré ses fragilités dans bien des domaines. Notamment l’inadaptation de son administration centralisée à conduire le dispositif de crise. Le confinement généralisé, les milliards de pertes de notre économie resteront les témoins douloureux des erreurs commises. Oui, on ne va manquer de se comparer à d’autres pour dire qu’on a fait au moins aussi bien. Mais on se gardera d’admettre que notre voisin allemand a fait beaucoup mieux.

En Alsace, pas de pic, un plateau haut. Je n’arrive pas à imaginer 1000 lits de malades dans le Haut-Rhin et …571 agents hospitaliers en arrêt maladie mercredi 22 avril

En Alsace, on flirte toujours avec deux mille hospitalisés « corona ». C’est dire qu’on n’arrive pas à faire baisser « le plateau » de la contamination. On n’empêchera pas le doute de s’installer chez les confinés. Comment est-ce possible qu’il existe encore autant de gens atteints par la maladie alors que nous sommes confinés?

Faudra t-il une commission d’enquête pour lever le doute? pour savoir pourquoi on peut devenir malade malgré les gestes-barrières? les solutions hydro-alcooliques? le lavage de mains? les masques artisanaux? l’obligation de restez chez soi? les attestations de déplacement dérogatoire?

« Six baguettes et la caisse, vite fait! »

Vélomaxou, on t’a reconnu

Oui, on risque fort le 11 mai d’être en Alsace les dindons de la farce, c’est à dire de faire l’objet d’une surveillance renforcée et d’un déconfinement partiel quand d’autres régions seront libres.

Quand je rentre chez mon boulanger avec un masque sur le nez, on me regarde bizarrement comme si j’allais commettre un hold-up, « Six baguettes et la caisse, vite fait! » et je repartirais en trombe en faisant crisser les pneus de mon vélo.

Le masque qu’on va nous recommander ces jours prochains risque de faire un flop. Car son usage sera mal compris outre qu’il est malcommode à porter. Et en outre, on risque d’en retrouver un peu partout éparpillés dans la rue et les commerces. Bonjour la contamination!

Je n’ai que les symptômes des vieux agriculteurs

Les médecins qui ont depuis longtemps régulé l’accès de leur patientèle avec la prise de rendez-vous obligatoire et refusé d’accepter de nouveaux patients se plaignent à présent de ne plus voir leurs habitués.

J’en suis un modeste représentant car j’ai la trouille de cette médecine expéditive. Je suis revenu aux années 50 où l’on allait au bistrot du village téléphoner pour faire venir le médecin dans sa Traction Citroën. Dès que je voyais sortir de la sacoche les grandes boites en alu qui contenaient les aiguilles hypodermiques, j’avais envie de sauter par la fenêtre du jardin. C’est à dire qu’on ne va plus chez son médecin pour un oui pour un non. On préfère attendre. Surtout moi, avec mes maladies imaginaires dont aucune, pour l’heure, ne montre d’intérêt pour la science. Accéder au statut de malade, personne ne le souhaite. Je n’ai que les symptômes des vieux agriculteurs perclus de rhumatismes à l’aube de leurs soixante-ans. J’imagine que je paie des décennies de VTT, je veux dire de Vélo Tout Temps ou du Vélo Tout l’Temps si vous préférez. La mécanique articulaire du corps, c’est comme ces bielles dont la régule coule par suite d’un mauvais lubrifiant.

Arrêter d’aller à Phuket?

Reprendre goût aux restos, aux coiffeurs ne va pas être simple. Encore moins pour les foir’fouilles, les manifestations sportives et culturelles. Tous ces endroits où par principe il y a du monde risquent de perdre ceux qui craignent la contamination.

Et l’avion? il me semble inimaginable d’envisager un vol sans prendre un risque maximum. L’Etat est devant un dilemme avec Air France. Injecter des milliards dans les compagnies pour les sauver de la faillite, c’est tout ce qu’on a trouvé en attendant.

Paton Beach Thaïlande

En attendant quoi? soit qu’on trouve un vaccin salvateur soit qu’on change de modèle de développement et qu’on arrête d’aller à Phuket passer ses vacances. Utopique? sans doute.