Chronique de pandémie


Je l’aimais bien Christophe. C’était lui que je chantais, ado, quand j’allais à la plage
J’avais dessiné sur le sable
Son doux visage qui me souriait
Puis il a plu sur cette plage
Dans cet orage, elle a disparu (Aline)

La rancœur monte

Je n’applaudis plus le soir à vingt heures. Mes voisins non plus. Certains ne savent pas même pourquoi j’applaudis ainsi chaque soir à l’heure du journal TV. Je ne comprends plus le sens de cette manifestation de soutien aux soignants qui en aucune façon ne m’entendent à vingt kilomètres de Mulhouse. Et je suis pris d’un doute, notre hôpital n’est-il pas un grand mouroir à Covid-19 avec autour des médecins et des infirmières démunis? n’y entre t-on pas malade avec l’assurance d’être parmi la moitié de ceux qui vont mourir quoi qu’on fasse? Comment applaudir seulement le dévouement sans penser à tous ces échecs et à leurs familles dans la peine?

Moi aussi, j’ai exercé une mission de service public. Discrète et pourtant utile. Jamais on ne m’a applaudit. Au contraire, je n’avais que des reproches.L’exercice d’une mission de service public demande de l’abnégation, de l’empathie pour les malades, et d’être reconnu à sa juste valeur financièrement .

La funeste comptabilité des chiffres est là: le Haut-Rhin atteint ce matin les 600 morts (en hôpital) liés au Covid-19

C’est fatal après plusieurs semaines de confinement, de privations, d’injonctions, d’interdictions, d’intimidations, on en a marre.

Ce matin, les seniors s’inquiètent dans les journaux qu’on pourrait encore prolonger notre confinement au-delà du 11 mai. Au nom de notre fragilité due à l’âge et à d’autres facteurs « comorbides ». Le vieux feraient donc courir le risque au reste de la population d’aggraver la situation si on les relâche dans la nature comme des perdreaux.

La vox populi a en marre de ces injonctions idiotes qui nous interdit tout et qui nous confinent encore plus dans les centres-villes (courrier des lecteurs DNA 17 avril)

Les chasseurs, eux, tous âges confondus vont pouvoir faire un carton sur les sangliers sans problèmes, le préfet leur a donnés délégation pour nettoyer la forêt de tous ces « nuisibles ». En plus ils vont pouvoir en profiter: ils seront seuls à occuper le terrain.

La rancœur monte

Chez les randonneurs pédestres?…je ne sais pas. Mais la fédé des marcheurs a joué le jeu: elle a tout interdit comme le lui demandait le gouvernement

A la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP), le mot d’ordre a été de ne plus sortir dès le 14 mars

Chez les cyclo-randonneurs?…idem!

A la fédé de cyclotourisme, on arrête tout mais on laisse un espace flou, le fameux rond de un kilomètre et une heure n’est pas clair: on n’ose pas parler de vélo

Que la FFCT n’ait pas tenté de négocier pour ses adhérents individuels un espace de liberté en dit long sur son alignement aux consignes ministérielles.Il fallait a minima permettre aux cyclo-randonneurs de rouler seuls dans la campagne comme ont su le faire nos voisins. Raté! Ce n’est pas grave, je ne suis plus membre de la FFCT.

Chez les coureurs cyclistes?…on propose carrément de faire du vélo sur place dans l’appart.

Fédération Française de Cyclisme, le bandeau du site FFC incite à ne plus sortir

Et chez les cyclistes urbains (FUB)?

Les cyclistes urbains sont moins formels. Ils ont habilement réussi à obtenir une infographie gouvernementale qui autorise le vélo pour aller travailler et faire ses courses. C’est beaucoup plus intelligent que ces interdits posés par les autres organisations.

Bandeau site de la FUB

La Fédération Française du Sport Boules (FFSB) est la plus ennuyée. Comment jouer aux boules en respectant la distanciation sociale!

Afin de faire face à la crise sanitaire liée à la pandémie de Coronavirus, toutes les compétitions et tous les rassemblements boulistes sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.
Cette décision prend effet à compter de vendredi 13 mars 2020.

peut-on lire sur son site.

Allez hopla, encore une manif familiale de vélo qui saute

La rancœur monte d’autant plus que les seniors jusque là ont joué le jeu du confinement en restant chez eux, en acceptant de ne plus voir leurs familles, de ne plus pratiquer leurs occupations extérieures, de ne plus administrer leurs associations où ils sont bénévoles parfois dans le caritatif et en guise de remerciements on parle de les confiner à nouveau jusqu’à une date inconnue qui pourrait même aller jusqu’à l’été 2021!

Il faut donc se mobiliser pour combattre cette émergence d’une société fractionnée qui distingue les individus selon leur statut ou leur âge.

Ne l’oublions pas: les retraités votent encore!

3 réponses sur « Chronique de pandémie »

  1. Il faudra attendre le 20 septembre pour sortir mon tandem au Slow up Basel Dreiland, si nous pouvons rentrer en Suisse et Allemagne. A bientôt

  2. Voici un exemple de quoi sont capables des sous-fifres de gendarmerie rurale pour satisfaire leur frustration et leurs penchants pervers vers la jouissance d’emmerder les honnêtes gens. (Source : 20 minutes).

    Citation
    Un tronçon d’à peine 5 kilomètres sème la zizanie. Actuellement, les Suisses n’ont plus le droit d’emprunter la route reliant Roggenburg (BL) à Kleinlützel (SO) parce qu’elle passe sur sol français. Le pays a décidé de fermer les frontières avec les pays non-européens afin d’endiguer la propagation du coronavirus. Toute personne qui viole cette restriction s’expose à une amende de 135 euros.
    «Totalement incompréhensible»
    «La France nous chicane avec ses amendes. On prend cette route pour aller travailler. C’est le meilleur chemin pour aller en direction de Bâle», s’énerve un habitant de Roggenburg. Le président de la commune de Bâle-Campagne explique ne pas avoir été informé par les autorités françaises. «J’ai été mis au courant de la situation par des habitants qui ont été amendés. C’est regrettable et totalement incompréhensible pour notre village. Il faut faire un grand détour si on ne peut plus utiliser cette route», affirme Roland Walther.
    «Réduire le trafic»
    David Maitrot, de la gendarmerie française, explique de son côté: «Le but des amendes est de réduire le trafic passant la frontière.» S’il ne sait pas combien d’usagers de la route ont été sanctionnés, il précise tout de même que la majorité des personnes amendées circulaient à moto. Et pour ce qui est des habitants de Roggenburg et de Kleinlützel, il n’y a pas de règlement spécial. Toute personne souhaitant traverser la frontière nécessite une attestation pouvant être téléchargée sur le site du gouvernement français.
    L’administration fédérale des douanes rappelle qu’elle n’a aucun pouvoir sur le tronçon en question. «Dès qu’une route se trouve sur sol français, les règles françaises s’appliquent», informe un porte-parole. Et d’ajouter: «Les étrangers peuvent se rendre en Suisse si on peut s’assurer qu’ils requittent le pays immédiatement.»

    Fin de citation.
    Probablement que des lecteurs ici connaissent le coin et pourront juger par eux-mêmes; d’ailleurs ce ne sont même pas 5 kilomètres mais 3,4.
    Dire qu’il suffirait, à la douane de Roggenburg, qu »un tombereau attelé à un tracteur sur sol suisse, dépasse assez sur la route française pour couper le retraite à ces imbéciles…
    Du coup, pour retourner chez Bobonne, ils devraient, en guise de rançon, abandonner leurs carnets de contravention…
    Je dis ça je dis rien, j’habite pas Roggenburg !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s