Étiquette : Freundstein

Firstacker-Turenne à VTT

Je grimpe par le balisage VTT-FFC 35

Après la pluie du matin, temps inespéré cet après-midi.

Je remonte la vallée avec l’idée d’explorer des sentiers inconnus. A Willer-sur-Thur, je trouve une rue qui grimpe à l’Obersaege…embranchement que je rate. Je poursuis et je me trouve sur la route de Goldbach. Je ne vais quand même pas prendre la route à VTT, ce serait une faute de goût.

La Reine d’Or le long de l’Altenbachrunz

Je grimpe un chemin parallèle qui s’appelle le chemin de la Goutte, le long de l’Altenbachrunz. Ce n’est pas trop difficile. J’aboutis à Altenbach chez Madame Sans Gène.

Stèle de Paul Acher. Journaliste, il a collaboré au Gaulois, à L’Écho de Paris et à La Revue des Deux Mondes, à l’Illustration, à la Revue de Paris et à la Revue critique des idées et des livres.

Le 27 juin 1915 il est tué dans un accident automobile en service commandé, près du front de Thann.
extrait de « les exilés » de Paul Acker
Altenbach, un petit privilège au pied du Grand Ballon

Et après que faire?

Comme j’ai vu que l’ancienne colo de la Goldenmatt a été restaurée en maison de vacances, je grimpe par là. Par le hameau Aloyse Merklin, puis j’arrive au nouveau relais téléphonique. De beaux points de vue.

après Aloyse Merklin, je grimpe à la Goldenmatt

Arrivent face à moi deux promeneurs…mon attention est tout de suite attirée par les deux accompagnateurs qui suivent: deux dromadaires des Andes. Je veux dire de jeunes lamas qui se précipitent vers moi…n’ayez-pas peur me disent les promeneurs…ils vont juste vous sentir…effectivement le premier lama arrive à la hauteur, ses grandes dents sont juste au bout de mon nez…il me renifle et continue de suivre ses patrons…le second arrive et fait de même. Ouf!

Freundstein en face, dams le coin en bas à gauche Blanschen, écart de Goldbach

Dans le parc au-dessous de la Goldenmatt, les vaches. Elles squattent le chemin et n’ont pas l’intention d’en bouger.

J’arrive à Goldenmatt

La Goldenmatt encore en travaux. La charpente métallique n’est pas du meilleur effet.

Je descends à l’Amic, remonte à Freundstein…puis je tente de contourner le chaume du Molkenrain.

A l’Amic, je prends la route
Me voici rendu à Freundstein, en face la Goldenmatt que je viens de quitter
la dernière grimpée au Molkenrain avant la descente

Ma dernière grimpée après Freundstein est pénible. Je dois aller jusqu’à la cote 1028 avant de plonger dans la vallée.

Je dois aller jusqu’à la cote 1028 avant de plonger dans la vallée. Je ne bluffe pas: je marche. Je suis un bon marcheur à vélo! L’effet de l’âge me pénalise sans doute…

En fait de plongée, pour rejoindre Turenne, c’est plutôt casse-gueule, roches glissantes et randonneur qui montent. Bref je descends à pied. Après Turenne, ça roule, mais revers de la médaille, je grelotte dans l’ombre. Je croise un runner en short et mini teeshirt qui manifestement n’a pas froid.

après Turenne, l’abir du Becherkopf

Au chêne Wotan, la photo finish.

La photo finish. Thann en bas. Une fois descendu, sous les gants, j’ai les doigts blancs et mon uniforme de vététiste est repeint.

https://www.openrunner.com/r/12120017

Le profil du parcours et mon travail cardiaque

VTTAE, à nous la montagne!

Grimper au Molkenrain avec un VTT électrique, fastoche!

Aujourd’hui balade à VTT électrique avec Alicia au Pays des Merveilles, la jeune femme guide et chargée de mission à la communauté de communes de Saint-Amarin qui grimpe le col Amic en compagnie de la journaliste .

« Mais je n’avais pas souvenir d’une pente si ardue ! » dit Alicia. Il n’en fallait pas plus pour appuyer sur le mode turbo de l’assistance (c’est celui qui travaille à notre place !). (sic)

On voit bien qu’on a affaire à des amateurs du vélo qui n’ont ni pratique ni entraînement. Vous descendez du train, vous enfourchez un vélo et run!

Depuis Moosch jusqu’au col Amic, il n’y a qu’un coup de pédale grâce au VTT électrique. Cette boucle de 27 km, authentique et sympathique, permet de rallier un col bien connu des cyclistes de route, avant de redescendre, à travers forêt, jusqu’aux villages montagnards de Goldbach-Altenbach.(DNA 3 sept.19)

Voici plusieurs semaines de l’été que nos journaux locaux se font les apôtres du VTT électrique. L’explication tient en un mot « Le tourisme d’abord » ou comment appâter une nouvelle clientèle d’jeune plutôt bobo et qui n’a pas forcément envie de transpirer sur un vélo. Ce matin encore un grand article consacré au VTT électrique avec au programme la montée au col Amic en passant par Freundstein. A Willer-sur-Thur, comme on s’en doute, il faut un sérieux entraînement musculaire pour grimper jusqu’à Goldbach par la route; alors par le chemin forestier, je ne vous fais pas de dessin!… Mais avec l’assistance le premier venu qui se souvient comment monter sur un vélo laisse tout le monde sur place.

Les rues sont calmes, on traverse le village, passe devant la nécropole nationale, avant de demander à l’assistance électrique de nous donner un premier (sérieux) coup de pouce.

Ces articles sont en fait des publi-rédactionnels qui honorent peu la profession de journaliste puisqu’ils sont téléguidés par les Offices de Tourisme de la Région sans nuance, sans aucun égard pour le vélo, le vrai, celui qui fait appel à nos ressources musculaires.

Un seul coup de pédale pour monter depuis Moosch jusqu’au col Amic, vraiment? J’invite la journaliste qui a commis cet article à venir avec moi sur un vélo sans moteur à refaire le parcours…

Quand arrivent les ruines du château de Freundstein, évidemment le tracé est étroit alors il faut faire attention aux autres. Les autres ?…au mieux on les évite, belle mentalité!

La descente commence. Sur le sentier, on croise – ou plutôt on évite – les randonneurs, très nombreux dans le secteur. C’est au bout de ce tunnel ombragé que l’on devine le fameux col Amic, hissé à 828 m d’altitude. « C’est un endroit où viennent beaucoup les cyclistes sur route », commente Alicia. « Et grâce au VTT électrique, tout le monde peut y monter. »

Ben voyons! J’attends avec impatience les récriminations du Club Vosgien face à ces nouveaux envahisseurs qui ont reçu l’onction de l’Office de tourisme et de la communauté de communes de la vallée de Saint-Amarin

Ostein-Sicurani-Zeller à VTT

Cantine Zeller

C’était en mai 2017. J’avais grimpé à la ferme d’Ostein, puis après Freundstein, j’avais rejoint le Molkenrain avant de redescendre. (voir mon article d’alors)

Mon parcours du jour

Aujourd’hui, j’ai fait une variante. A Freundstein, j’ai poursuivi jusqu’à la chapelle Sicurani, puis j’ai rejoint la cantine Zeller.

Je commence à me tromper en prenant le sentier pédestre pour monter à Ostein, ce qui n’était pas le mieux à faire

Je dois avouer que je suis peu « armé » pour faire cela. Je manque de ressource, j’ai beaucoup poussé ma machine et en plus je me suis trompé plusieurs fois.

Avant Ostein, pause, je retrouve le chemin

Un vététiste descendait vers moi peu avant Freundstein. Il s’est arrêté et m’a demandé si j’avais un problème. Oui, le manque de force, alors j’économise. Il pointa du doigt son pédalier électrique…comme pour m’indiquer la marche à suivre…

La ferme d’Ostein, un peu sinistre
Enfin Freundstein!
A l’ombre, encore un peu de neige, je vais à Sicurani
Voici la chapelle Sicurani du nom du capitaine mort avec ses hommes lors de la première guerre.
Je passe devant un ancien cimetière des Chasseurs de Bonnegoutte. Mon pneu arrière se dégonfle très vite. Je vide la bombe à l’intérieur et ça repart. Je devais manquer de liquide d’étanchéité…
Me voici à la cantine Zeller. Pour y parvenir, je me suis trompé deux fois. Décidément! Je crois que l’expo photos dans le bunker est nouvelle. Mais aujourd’hui, c’était fermé.
Depuis la cantine, la vue sur la plaine d’Alsace est très belle dans le soleil
La descente à Wattwiller sur un single roulant me permet de rattraper le temps passé. A Wattwiller je rentre jusqu’à Steinbach par les sentiers viticoles

https://www.openrunner.com/r/9622524

Poussif

img_8044
La récompense d’une grimpée, c’est l’image. Comme à l’école après dix bons points.

Heureux ceux qui grimpent les cols sans être poussifs!

Aujourd’hui, j’ai ramé pour me hisser au col Amic.

Puis j’ai médité sur le banc de granit.

img_8043

Je ne me sentais pas la force d’aller plus haut.

Vieil Armand et retour.

 

Freundstein

IMG_4760.jpg
1er février2018, je monte voir la neige au col Amic.

Je tenterai Freundstein.

Mais avant d’arriver à l’aérostèle, je renonce, il y a trop de neige pour mes pneus fins.

On voit la trace des 4×4 à gros pneus, ceux du fermier, j’imagine…

Et face à moi, sur l’horizon, le rectangle enneigé du Thannerhubel.

Freundstein

aquarelle 24x32, papier 300gr

€10,00

Concert vache en plein air

 

Freundstein.

Un concertino gratuit de clochettes au bord de la route.

Il manque un chef d’orchestre. Poursuivre la lecture de « Concert vache en plein air »

Freundstein-Molkenrain à VTT

En montant Ostein. Ils ne voient pas grand-monde les ânes; alors j’assure le service minimum en prononçant quelques mots doux. Ils semblent acquiescer tout âne qu’ils sont.

J’ai perdu la route.

Sous entendu, j’ai perdu le goût de la route.

C’est un constat. Poursuivre la lecture de « Freundstein-Molkenrain à VTT »

Sept cols à VTT depuis Wuenheim

Ruines de l’Engelbourg à Thann (XIII) construit par les comtes de Ferrette pour veiller sur le péage de la route commerciale reliant l’Italie aux Flandres.

Je n’ai pas le mérite de la création de ce parcours: c’est celui de l’ACTF proposé dimanche prochain à Wuenheim. Poursuivre la lecture de « Sept cols à VTT depuis Wuenheim »

Thann-Molkenrain et la suite à VTT

Thann depuis le vignoble du Rangen

J’ai trouvé ce parcours sur Openrunner (voir la trace de ntschudy qui publie également 21 traces VTT sur le sud du massif vosgien).

 

Attention: ne pas faire la boucle au km 12: elle ne sert à rien et on doit monter dans la broussaille!… mais j’ai vu 6 chevreuils sur ce chemin en friche Poursuivre la lecture de « Thann-Molkenrain et la suite à VTT »

Cantine Zeller-Firstacker à VTT

Je pars gravir le Hartmannswillerkopf derrière moi

J’ai tenté ce parcours proposé par la FFC et fléché n°16.

Pas de doute, c’est physique. Poursuivre la lecture de « Cantine Zeller-Firstacker à VTT »

Route des Crêtes, route délicate

Si l’on peut encore monter à vélo sur la route des Crêtes, le dernier épisode neigeux rend certains passages délicats dans les zones d’ombre comme dans la montée à Freundstein (cliché ci-dessus). Poursuivre la lecture de « Route des Crêtes, route délicate »

La Régence, Ensisheim

La Régence fait référence à cette
période de 1715 à 1723 après la mort de Louis XIV et
avant Louis XV qui n’avait que 5 ans et ne pouvait pas régner
en raison de son trop jeune âge.

Edifié au XVI eme siècle, le Palais de la Régence
à Ensisheim témoigne de cette riche période de
l’architecture rhénane.

Cette petite parenthèse historique étant faite, le
club d’Ensisheim nous invitait à sa traditionnelle sortie.

Peu de cyclos ce matin se pressaient aux inscriptions compte
tenu du temps tristounet.
Les parcours offerts nous conduisaient
vers le col Amic en passant par Osenbach et le Bannstein pour les
plus aguerris.

La montée du col Amic est très populaire dans la
région dans la mesure où elle permet de rejoindre la
route des Crêtes dans un cadre de verdure agréable et
sans trop de circulation. Dommage pour la chaussée pas top!

Notre charmant comité d’accueil
s’impatientait de ne pas voir beaucoup de cyclistes arriver…

Mais, sur le coup de 10 heures, voici
enfin de l’animation au stand ravitaillement…
Au Vieil Armand, une concentration de
motards qui va faire du bruit comme chaque week-end, n’en doutons
pas!…
Et maintenant, le reportage vidéo de
Vélomaxou…

La quiétude de la montée au col Amic; la route
difficilement praticable pour les motos et les voitures garde cet
itinéraire au calme. Qu’en sera t-il quand la route sera
bitumée entièrement?

et voici l’arrivée au col Amic…

Puis, montons à Freundstein…

Ecoutons les clarines…