Catégorie : Mes coups de gueule antérieurs à 2012

La place du vélo en ville

Le parking est vaste, pourtant certains veulent garer leur voiture sous l’avancée de toit du magasin lorsque les places libres sont trop éloignées de l’entrée. Le comble de la fainéantise.

Vélomaxou a ses habitudes.

Quand je vais acheter ma baguette de pain, j’ai un abri devant le magasin et je gare mon vélo en-dessous.

En plus, c’est très pratique car c’est tout près de la porte et lorsqu’il pleut mon vélo n’est pas mouillé. Poursuivre la lecture de « La place du vélo en ville »

Cyclisme identitaire

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Cyclisme identitaire

Beaucoup s’en souviennent de cette épitaphe sur la passerelle de
Wittelsheim devant les gravats de la tour Zorn.

La tour n’est plus là, l’épitaphe si.

Tout le monde pouvait se réjouir de la disparition de cette tour
hideuse qui déparait le site…sauf les petites frappes qui
hantaient le quartier et qui ne se privent pas d’encombrer la piste
d’ordures et de verre pilé.

On ne peut donc que se réjouir que ce ghetto disparaisse.

Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Cyclisme identitaire

Nous, on a le look, le look cyclo.

Un look si discordant dans le quartier qu’on nous interpelle
volontiers.

« Hé m’sieur, t’as pas peur de tomber?… »

« Si tu commences à parler avec ces gars là, t’es
foutu!
 » me dit Pierre à voix basse…

La remarque fait froid dans le dos.

Les retours à la ville nous plongent dans un multiculturalisme
oublié.

Le temps d’une balade, d’un autre horizon.

La vie des quartiers a échappé à notre identité cycliste, celle
dont les racines remontent au siècle passé.

Finalement, le vélo, c’est un peu comme un retour sur soi. Et
pas toujours pour aller au devant de l’autre.

Pourtant Maxou ne s’en prive pas, d’aller au devant de
l’autre.

Comme en apportant sa contribution modeste à l’apprentissage du
vélo chez des femmes maghrébines de Drouot, espoir d’une
émancipation et d’un espace de liberté étendu.

Mais Maxou revendique aussi le droit de constater que chez nos
immigrés le vélo n’a pas la cote.

Un constat qui n’est pas pour déplaire à des cyclotouristes trop
éloignés culturellement de « ces gars là » qui vous toisent
à tous les coins de rue…plus prompts à nous délivrer des
infrasons de rap qui font trembler nos carcasses haletantes, ces
« dégage de là! » d’un irascible du volant qu’on gène en
empruntant la traversée cyclable.

Même sur notre modeste territoire peint de vert, on ne serait
pas chez vous? vraiment?

Identité, multiculturalisme, communautarisme, des mots qui vont
résonner étrangement demain à l’heure des bilans et des projets et
qui curieusement, au delà des cercles politiques, s’invitent aussi
dans le monde des loisirs cyclistes.

Vouloir taire ces sujets en lien avec nos valeurs serait une
erreur des partis de progrès.

Ils feraient même bien de statuer rapidement sur ce malaise et
ces incivilités permanentes qui se dressent sur nos chemins.

Moins de vieux à vélo, c’est possible…

 

 « Ensemble, tout devient possible »

On y a tous plus ou moins cru.

En fait, ce slogan aguicheur ne visait qu’une petite caste
identifiée ensuite comme faisant partie de l’entourage
bling-bling du postulant.

Aujourd’hui, il n’est plus question de donner à la France une
image de farniente alors que les usines manquent cruellement de
bras.

C’est de façon caricaturale ce qu’il convient de retenir du
message donné car on sait bien que la désindustralisation n’a cessé
de croître au fil du temps et que la France est une grande friche
industrielle.

Il suffit de parcourir le bassin potassique en Alsace pour s’en
convaincre.

Maintenant que les caisses sont vides (pas
toutes)
, il est temps de retrousser les manches.

Comme en 36!

Enfin, petit à petit, le gouvernement de la République va
arriver à ses fins: il va y avoir moins de vieux à vélo sur nos
routes.

Qu’on ne s’y trompe pas, en repoussant l’âge légal de départ à
la retraite, nos gouvernants ne visent qu’une chose: faire en sorte
que moins de gens se baladent dehors sans rien faire d’autre que du
vélo.

Si l’on peut admettre que les riches se planquent dans des
paradis lointains sous un parasol en sirotant une limonade, en
revanche c’est une atteinte grave à l’ordre public que de voir
déambuler sur nos routes d’alertes quinquas en culottes
courtes.

En allongeant progressivement l’âge de départ à la retraite à 67
ans, l’opération ne peut être que salutaire pour le bien public
puisqu’elle va enfin permettre de résoudre le problème embarrassant
des vieux à vélo sur nos routes.

En les obligeant à faire autre chose qu’à emmerder le monde sur
les vicinales et à permettre enfin aux camions de doubler sans
ralentir et sans frôler la correctionnelle, les vieux cyclistes
vont débarrasser le terrain petit à petit au fur et à mesure qu’on
va les garder à l’usine plus longtemps.

La grande Fédération Française de Cyclo Tourisme (FFCT) dont le
staff et les membres  atteignent déjà l’âge canonique va donc
revoir sa stratégie de développement et de recrutement puisqu’elle
ne pourra plus compter sur la venue de nouvelles générations de
retraités aussi alertes dans ses rangs.

Elle ne s’y est d’ailleurs pas trompée en se résignant à
admettre de nouveaux adhérents septuagénaires munis de vélos à
assistance électrique (VAE) et à envisager aussi des ramassages par
car pour la montée des ballons vosgiens lors des brevets
montagnards.

Mais n’est-ce pas un combat d’arrière-garde perdu d’avance que
de vouloir maintenir coûte que coûte des vieux en forme en les
incitant à faire du vélo? et alors que nos protections sociales
sont exsangues?

C’est effectivement une question de société fondamentale qui se
pose.

Déjà les critères de pénibilité des emplois sont revus à la
hausse pour nous rendre cagneux plus vite et des cohortes de
professions à risques rechignent; parmi eux des travailleurs
postés, des voltigeurs, des camionneurs, des mainteneurs du
nucléaire…sans parler de tous les sans voix et sans grade qui
n’ont personne pour les représenter.

Après avoir taillé en pièces notre système de protection
sociale, avec le déremboursement des médicaments, la fermeture des
hôpitaux jugés « non rentables », le non renouvellement des
personnels hospitaliers, l’organisation d’une médecine à deux
vitesses privilégiant les plus riches, notre Président peut
effectivement se prévaloir d’un bon bilan économique.

Il a bien fait le job.

On pourra lui offrir un vélo.

En se cotisant.

Cyclos, vous n’êtes pas raisonnables


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Cyclos, vous n'êtes pas raisonnables
De
Fichiers transférés

vélomaxou

Quelle image donnons-nous de notre sport favori?

En dépit des efforts des organisateurs pour rappeler les règles
de sécurité, voila l’image produite en haut du col de Bramont.

Des cyclos qui stationnent en masse au milieu de la route.

Alors, on peut se demander à quoi servent les mises en garde sur
le carnet de route qui énonce clairement la règle: « en cas
d’arrêt, chacun se place impérativement hors de la
chaussée »
.

Evidemment, installer un point de ravitaillement en haut d’un
col peut paraître discutable… Mais où va t-on si on doit
adjoindre en plus un service d’ordre et des barrières comme dans
les compétitions!

En haut du col de Page, moins passager, même scénario!

Un automobiliste irascible est passé à grande vitesse entre les
vélos et les cyclistes sous les sifflets et les quolibets.

N’est-il pas préférable de penser à sa propre sécurité?

 

 

A quand « la culture vélo » chez nos décideurs?


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, La gouvernance alsacienne vue par un cycliste
De
Fichiers transférés

Ont-ils « l’esprit vélo », nos décideurs publics?

On ne pourra pas me suspecter d’être un amateur et un mauvais
connaisseur du terrain: parcourant bon an, mal an, 10 à 12000 km de
vélo tant à la campagne qu’à la ville, je commence à avoir
certaines références acquises par l’expérience.

Quand d’autres les taisent, (par dépit ou par
laisser-faire? on ne sait pas)
, quand d’autres les
ignorent préférant la route encore moins accidentogène que les
pistes ou bandes cyclables selon eux, d’autres comme moi ont choisi
de ne pas accorder un blanc seing reconductible à ceux qui nous
gouvernent et qui dépensent dans des réalisations cyclables
contestables.

Les référentiels existent. Les documents du CERTU sont là pour prescrire comment doivent
être réalisés les ouvrages.Trop peu s’en inspirent.

Il manque donc aux ouvrages cyclables une véritable
certification de qualité qui permette d’affiner notre jugement.

Revenons donc sur les potelets jugés dangereux par toute la
communauté cycliste. Des potelets implantés là pour dissuader les
engins à moteur de pénétrer sur les pistes.

« Encore des poteaux dangereux! »

Ce sera notre cri du coeur à la découverte que nous venons de
faire à Pulversheim.

A peine le Conseil Général du Haut-Rhin a t-il pris la décision
de généraliser les demi-barrières sur les entrées
de pistes cyclables, aussitôt, les potelets réapparaissent.

Mainfestement, l’intendance ne suit pas dans les décisions du
Département.

C’est sur ce barreau cyclable tout neuf de 500 mètres à peine
qui relie Pulversheim à l’Ecomusée d’Alsace.

On avait déjà les rochers à un bout; maintenant, ce sont les
potelets sans aucune présignalisation ni dispositif
avertisseur.Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, La gouvernance alsacienne vue par un cycliste

Finalement, on se demande si les promesses n’engagent pas que
ceux y croient…

Dans le maquis des institutions territoriales, même les
décideurs sont perdus.

Il faudrait qu’une fois pour toutes, on nous dise qui fait
quoi…et qui ne fait rien dans cet empilement d’administrations
territoriales.

On aimerait bien croire que le fameux
Conseil d’Alsace dont la presse locale nous
vante tant les mérites va sauver la face de toutes ces
incompétences de ceux qui nous gouvernent au plan local…mais
n’est-ce pas au contraire une fuite en avant?

Ici, c’est le maire, là c’est la communauté de communes…là,
c’est le Conseil Général.

Au moment du vote final, tout le monde a gagné et s’attribue la
paternité de telle ou telle réalisation.

– « Les ratages, dites-vous?… »

– « Ce sont les autres, mon pauvre ami! »

Cette petite musique là, combien de fois l’entend-on lorsque
nous sommes amenés à évoquer nos doléances!…

On pourrait effectivement se laisser impressionner par des
chiffres élogieux : songeons que le Conseil Général du Haut-Rhin
s’honore d’avoir réalisé pas moins de 500km d’itinéraires!…

Les organisations cyclistes ne s’y trompent pas; elles ont
décidé de mesurer la cyclabilité des itinéraires en secteur urbain
là où l’enjeu est majeur pour appeler de nouvelles populations
(autres qu’à dominante sportive) à
l’usage du vélo.

C’est ainsi que l’association cycliste mulhousienne CADRes
note dans son livre blanc de mai 2011 que « les aménagements
cyclables (de la communauté urbaine M2A) même
récents ne sont pas toujours satisfaisants et le réseau global
manque de cohérence. Il présente beaucoup de discontinuités et est
peu lisible ».

Vu de l’utilisateur, effectivement, le résultat global laisse à
désirer: des infrastructures découpées en rondelles, des ouvrages
ratés dont les cyclistes se détournent (comme
ces trottoirs cyclables en montagne russe qui fleurissent ça et
là)
, auxquels s’ajoute un abandon caractérisé du poste
entretien (pas de nettoyage des rives et de
balayage des surfaces…et des ouvrages à l’abandon depuis des
décennies comme la piste de la Thur)
.

On ne serait pas complet en notant que les pistes sont aussi le
refuge habituel des véhicules municipaux ou assimilés qui
entretiennent les massifs floraux, des panneaux de chantier, des
tranchées non rebouchées ou dont le revêtement est absent…

Plus que de la mauvaise volonté pour bien faire, au delà des
instances décisionnelles et des capacités financières, on se
demande si nos décideurs et nos professionnels de la voirie ne
manquent pas tout simplement d’un « esprit vélo » ou de ce qu’autres
nomment « une culture vélo » dont nos voisins d’outre Rhin sont si
imprégnés…en dépit de leur culte pour les grosses limousines.

 

On demande un médecin

images Henrala

Rien ne sert d’intellectualiser le débat à outrance alors que
tous les ingrédients de la décadence automobile sont dépeints ici
dans cette vidéo de véhicules qui tournent indéfiniment autour d’un
giratoire improvisé.

Remerciements à Henrala pour cette belle
contribution.

Pour
ceux qui veulent voir la suite…

 

C’est pas moi, c’est l’autre…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, C'est pas moi, c'est l'autre...

vélomaxou

Le Conseil Général du Haut-Rhin ne manque pas sa
communication.

La preuve, il a organisé à la hâte… une journée du vélo.

C’était aujourd’hui à Colmar (lire
l’article dans CG68
)
.

Le problème, c’est que dans les faits, on reste souvent sur sa
faim. On préfère subventionner le Rallye de France automobile et
construire des ronds-points à longueur d’année.

Avant de fêter le vélo en grande pompe, le Conseil Général
ferait bien d’abord d’entretenir les 530 km d’itinéraires cyclables
dont il se targue…et commencer par nommer un monsieur (ou madame)
vélo digne de ce nom et capable de comprendre les problèmatiques
cyclistes au niveau du département.

Cette duplicité ne trompe pas pour autant les utilisateurs qui
voient au fil du temps se développer les imperfections des ouvrages
existants ainsi que les malfaçons sur les ouvrages neufs.

Interrogés sur cette situation, nos interlocuteurs ont pris le
parti de botter en touche.

« Ce n’est pas moi, c’est l’autre! » nous
répond-on…Sous entendu, si problème il y a, c’est au niveau
communal ou de l’agglomération de communes.

Une façon facile de se dédouaner.

Pourtant, depuis bientôt 12 ans que la piste de la Thur est à
l’abandon entre Staffelfelden et Cernay, le Conseil Général
continue d’ignorer superbement cet ouvrage important pour le
transit cycliste de la vallée alors qu’elle est bien de sa
responsabilité.

Le Conseil Général sait-il seulement qu’elle existe, la piste de
la Thur?

 

Le développement durable par la non qualité

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Le développement durable par la non qualité

une route « apaisée »,
Lutterbach-Richwiller – vélomaxou

Maxou démarre la semaine par un coup de gueule (un de plus, diront ceux  qui me
connaissent
); un coup de gueule anodin sur nos
malfaçons routières et assumées depuis que la France est entrée en
récession et on termine sur ce paradoxe: plus nos routes sont
mauvaises, moins nous roulerons en bagnole.

Rêvons donc au jour où après la dépose des panneaux avertisseur
de radars, il faudra aussi déposer les radars eux-mêmes, faute de
clients contribuables!…

C’est un phénomène insidieux que les automobilistes ne voient
guère, eux qui sont confortablement assis derrière leur volant: je
veux parler de l’état de nos chaussées en constante
dégradation.

Particulièrement en ville.

Visitez donc la rue des Trois
Rois à Mulhouse pour constater l’état de délabrement de la chaussée
et des trottoirs…
sans parler des immeubles hideux et
lézardés dont l’un tient encore debout grâce à un bardage en bois
antédiluvien, mais c’est un autre problème qui témoigne de la
paupérisation ambiante de certaines villes.

Evidemment, ceux qui ne mettent jamais le nez en ville avec leur
vélo ne se sentent pas concernés.

Pourtant, même en quittant l’agglomération mulhousienne, il faut
l’admettre: notre réseau routier secondaire est devenu une mosaïque
rapiécée de raccords disjoints et ondulés, d’échancrures piègeuses
que nos petits pneus ont bien du mal à parcourir.

A qui la faute?

Au trafic des voitures et des camions?

Sans aucun doute.

A tous ces corps de services publics indélicats qui
interviennent sans vergogne dans les sous-sols?

Certes, aussi!

Mais aussi à ceux de la puissance publique qui ont oublié depuis
longtemps les ingrédients de la qualité: programmation des travaux,
respect des prescriptions et contrôle qualité des revêtements des
prestataires.

Des oublis qui font qu’au fil du temps, nos réseaux ressemblent
parfois à des ruelles du tiers-monde où tout le monde doit se
contenter de travail bâclé.

La palme revenant à  cette desserte « apaisée » qu’est la liaison
Richwiller-Lutterbach.

Qu’est-ce que le concept de route apaisée?

On lira avec humour ce document du CETE (Le Centre d’Études Techniques de
l’Équipement)
dont le préambule ne manque pas de
sel…

« Notre ambition, ce
n’est pas de réduire la vitesse de manière

raisonnée mais de manière
sensitive »
(P.Parisé)

Un préambule que les postérieurs des cyclistes apprécient au
plus haut degré!

Je vous invite néanmoins à lire le document dans son ensemble et
ces quelques exemples qui feraient bondir plus d’un automobiliste
pressé:

Il ne faut pas infliger le
supplice de Tantale aux

automobilistes en mettant à leur
disposition des routes qui

permettent d’aller
largement au-delà des vitesses autorisées

Lorsque la règle est mal
comprise, elle est mal respectée. Elle

fait naître des
incompréhensions, voire des frustrations…

Les routes qui permettent
d’aller vite sont coûteuses

Je vous invite également à la lecture de cet excellent article de Marcel Robert dans
CARFREE intitulé « Théorie de l’emmerdement maximal »
l’auteur décrit comment mettre en oeuvre la décroissance de
l’automobilisation de nos sociétés.

Une décroissance sournoise, par l’offre alternative, par la
contrainte réglementaire et par…l’internalisation des
externalités négatives produites par nos bagnoles, autrement dit
faire payer les dégâts environnements, tous les dégâts à ceux qui
les produisent.

En somme, une sorte de complot diligenté par ceux qui d’un coté
encouragent la bagnole à coups de bonus-malus, plombent nos impôts
à coups de giratoires vertigineux et qui de l’autre coté, sans le
dire, s’ingénient à vous dissuader de prendre le volant.

Faute de preuve, on s’en tiendra à la présomption
d’innocence.

Fête du vélo boudée par le Codep du Haut-Rhin

 La fête du vélo s’annonce fin mai.

Partout en France, les associations s’activent pour faire de
cette fête un grand évènement.

Même la Fédération Française de Cyclotourisme s’y est
mise.

Seulement, dans le Haut-Rhin (68), aucun club 
relevant du Comité Départemental ne s’est inscrit dans la
démarche.

Pourtant les clubs, au nombre
de 35
, ne manquent pas ici que ce soit à Colmar ou à
Mulhouse.

Ce désintérêt traduit en fait un repli sur soi des
organisations.

Un repli sur soi qui n’est pas de bon augure pour l’avenir du
cyclotourisme.

Songeons qu’un petit Comité
comme celui de la Haute-Marne (52) est capable d’organiser 4
rencontres, deux à Chaumont, une Nogent et une à Montier en
Der…avec  seulement 9 clubs!

Heureusement, le Cadres mulhousien s’inscrit dans la
démarche avec une poignée de militants qui ont bien du mérite.

On en reparlera…

 

 

 

Tempête de bière à Hirtzfelden

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Tempête de bière à Hirtzfelden

« Gogos Danseuses et bières à flots ».

L’affiche est aguicheuse, presque licencieuse.

C’est le programme de la troisième mi-temps du foot-ball club de
Hirtzfelden, un village non loin de Mulhouse (affiche
ci-dessus).

On ne voudrait pas faire un procès d’intention aux dirigeants du
foot-ball en général, mais quand même…après l’épisode des quotas
de jeunes noirs plutôt « border line » de la Fédération
Française, voila comment les clubs de village attirent le jeune
public.Et le moins jeune.

Avec « une tempête de bière »!

Et après, on s’étonnera que des jeunes se tuent au volant.

Après la tempête, le naufrage!

Le maire de Hirtzfelden, premier magistrat de sa commmune,
rappelons-le, qui met sa salle des fêtes à disposition, les
dirigeants du club de foot-ball ne sont-ils pas des coupables en
puissance en placardant une telle affiche sur la voie publique?

Richwiller et l’art du bricolage

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Richwiller et l'art du bricolage

On se souvient que le maire de Richwiller, Vincent Hagenbach,
avait déclaré le 17 juillet 2010 (journal
l’Alsace)
« préférer l’action à l’inaction » quand un cycliste
s’étonnait qu’on projette de le faire traverser avant le pont de
fer SNCF pour retraverser ensuite…mettant doublement en danger
les cyclistes qui se dirigent vers Wittelsheim.Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Lutterbach et l'art du bricolage

Pas de problème!

La solution fut toute trouvée: on installera un feu tricolore
pour protéger les cyclistes et piétons invités à traverser.

Ils retraverseront comme ils pourront au giratoire
suivant…

Une solution bricolée après moultes hésitations comme avaient pu
le remarquer les usagers.Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Lutterbach et l'art du bricolage

Oui, mais il ya un hic!…C’est que le bricolage est pire qu’on
l’imaginait…

Le problème m’a été rapporté par un connaisseur des circuits
électriques.

Il n’y a pas de courant pour alimenter les feux!

C’est un gag?

Apparemment, non!

Vu que la seule ligne existante dans cette zone d’écart ne
dessert que les lampes de rue, il n’y a du courant que la nuit…il
faut donc charger des batteries la nuit pour que les feux
fonctionnent le jour…

Songez qu’en marche normale, les feux tricolores sont
éteints.

Lorsqu’un piéton ou un cycliste souhaite traverser, un signal
radio alimenté par une batterie est envoyé de part et d’autre du
passage protégé vers les feux…les feux commencent alors à se
réénitailiser en s’allumant au vert…puis passent à
l’orange…puis passent enfin au rouge.

Autant dire que quand les feux sont devenus rouges, les piétons
et cyclistes ont déjà traversé…et que les automobilistes peuvent
attendre pour rien.

L’autre jour, Maxou a voulu jouer le jeu…devant l’attente
interminable, mes amis ont eu tôt fait de poursuivre leur chemin
comme par le passé.

En conclusion, on a de l’argent pour construire des giratoires
pharaoniques mais on n’en a pas pour construire une ligne
électrique en traversée du pont SNCF.

Tous mes amis cyclos bien intentionnés sont invités à se joindre
à l’inauguration officielle de ce chef d’oeuvre samedi 14 mai à
15h30.

Un piège tendu par l’ONF

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Un piège tendu par l'ONF

Cette fois, c’est l’ONF qui est pris en flagrant délit de pose
de piège…envers les cyclistes.

A deux pas de la maison forestière de la Grunhutte, on n’aura
pas de mal à trouver le fautif lorsqu’un cycliste va se prendre la
ficelle tendue en travers du chemin.

Vous n’êtes pas convaincu?

Voir le gros plan ici

Vous avez dit piste cyclable?…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Vous avez dit piste cyclable?...

vélomaxou

Non, on n’en parlera pas!

On, c’est qui?

C’est nous, les cyclistes du jeudi.

Ces cohortes colorées qui déambulent le long des champs sur
leurs vélos.

Des retraités, pour la plupart.

Alors, pensez donc, ce ne sont pas ces privilègiés qui ne
travaillent plus qui vont oser demander plus à leurs
concitoyens.

Donc, on ne le dira pas…

On ne le dira pas que la piste toute neuve le long du Quatelbach
de Baldersheim à Battenheim est déjà bien vandalisée.

Par des retraités usagers?

Non, par des travailleurs des champs qui travaillent.

Qui n’hésitent pas à grignoter 50 cm de culture le long du
ballast du chemin quitte à faire pousser une ligne de blé dans le
tout-venant et qui stationnent même au milieu de la piste pour la
maintenance de la pompe d’irrigation installée au bord du
Quatelbach.

Plus loin, en direction d’Ensisheim, les
propriétaires fonciers ont largement compris que la route est à eux
et ne se privent pas de couvrir la piste toute neuve de mottes de
terre bien compactées par temps sec en quittant les champs. Juste
de quoi se prendre une belle gamelle à vélo!

Le balayage?

Vous n’y songez pas!

Ce ne sont pas des cyclistes qui vont faire
la loi.

Ici, ils sont juste tolérés.

Dans ce conflit sociétal fait
d’incompréhensions réciproques, le gagnant sera fatalement celui
capable d’influer sur les décisions politiques à venir,
puisqu’aucune instance ne sait régler le différent qui
perdure.

Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Vous avez dit une piste cyclable?...

vélomaxou

 Vandalisée aussi par des voyous patentés et désoeuvrés qui
déracinent les panneaux aussitôt relevés et les barrières d’accès à
la piste cyclable.

A ce petit jeu du chat et de la souris -pas vu, pas
pris-
on comprend que l’autorité publique baisse les bras.

Hier, l’escalade a franchi un cran puisqu’un individu monté sur
un quad, ces motos à quatre roues crantées, a manqué de faucher
tout le groupe avec son engin à la sortie d’un virage.

J’avais déjà évoqué ce sujet des quads en
juillet 2010 et la question reste donc parfaitement
d’actualité
(voir l’article)

Non, on ne le dira pas.

 

 

Poteaux, poteaux,…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Poteaux, poteaux,...

Depuis plusieurs années, la piste de Bitschwiller à Thann
possédait à mi-chemin des moignons de poteaux au ras du sol.

Les responsables de ces installations ont été, parait-il,
poursuivis en justice pour manquement grave à des prescriptions de
sécurité à la suite d’un accident de personne.

On ne peut que souhaiter que ce procès aille à son terme et que
les personnes en cause soient punies comme elles le méritent.

Depuis quelques jours, de nouveaux poteaux flambants neufs sont
venus compléter l’installation défaillante.

De toutes façons, ces nouveaux poteaux mettent toujours en péril
les cyclistes…Il semble que ces installations mortifères ne se
trouvent qu’en France.

Pont de fer SNCF de Richwiller, un feu pour faire traverser les cyclistes

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Pont de fer SNCF de Richwiller, un feu pour faire traverser les cyclistes

Je ne sais pas si ça va être efficace, mais ce feu au pont de
Richwiller ne va pas plaire à tout le monde.

Disons le tout net: c’est du bricolage!

Jamais les cyclo-sportifs ne se plieront à cette gymnastique qui
consiste à les dévier de leur itinéraire pour traverser la chaussée
et la retraverser ensuite au giratoire suivant en perdant toute
priorité.

Cette façon de faire révèle le profond fossé qui existe entre
les concepteurs et les utilisateurs.

Ce que veulent les cyclistes, ce sont des itinéraires directs
non interrompus au profit des voitures. C’est clair et c’est
net.

C’est tellement clair que la plupart des cyclistes se détournent
des pistes cyclables dès lors qu’ils sont contraints à s’arrêter à
leurs extrêmités.

Les concepteurs sont si peu sûrs de leur ouvrage qu’ils ont cru
bon mettre un panneau pour expliquer le pourquoi du comment…ce
qui en dit long sur la confiance en leur projet.

On n’a plus qu’à attendre maintenant l’accident: le piéton ou le
cycliste renversé par un automobiliste qui grille le feu
rouge…

La solution évidente était soit d’élargir le pont de fer SNCF
soit de construire une passerelle piétons et cycles.

Les pompiers, c’est pas automatique

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Les pompiers, c'est pas automatique

Maxou va t-il cracher le morceau?

Il se le demande depuis deux jours…lui qui a la fibre publique
dans les tripes.

Il faut pourtant s’engager à le dire à la lumière d’un
événement: la promptitude de nos secours routiers n’est pas
automatique.

Ainsi donc, samedi 9 avril, deux cyclistes ont chuté sur la
piste cyclable entre Ensisheim et Pulversheim à hauteur du terrain
d’aéromodèlisme. Une piste parfaitement repèrée sur une carte au
1/100.000e de l’IGN que tous les cyclistes de la région connaissent
et même les pratiquants du terrain d’aéromodélisme qui la
jouxte.

Le centre de secours d’Ensisheim est à trois kilomètres de
l’endroit.

Oui, et alors?

Alors, il a fallu, après l’auto-diagnostic du Samu régulateur,
qu’un obscur centre d’appel téléphonique des sapeurs pompiers situé
à 40km de là à Colmar vienne créer un grain de sable dans la
promptitude légendaire des secours.

Un interlocuteur incapable, hélas, de localiser l’emplacement de
l’accident, cherchant des étangs et des lisières de forêt sur une
carte avant de pouvoir dépêcher un véhicule.

Un quart d’heure pour expliquer où nous nous trouvions au point
même que les aéromodèlistes voisins ont pris leur voiture pour
aller au devant des pompiers locaux et les guider!

Cinq minutes après, ils étaient là!

La morale de cette histoire, s’il y en a une, c’est qu’il ne
faut pas compter sur la promptitude des secours en plaine d’Alsace
sur une piste cyclable fréquemment empruntée. Cela n’a pas valeur
statistique, mais valeur d’exemple.

Il faut peut-être même moins y compter, sur cette promptitude,
que si vous êtes coincé dans une faille rocailleuse de l’aiguille
du Midi!

Le comble!

PS: entendons-nous bien: les hommes du feu ne
sont pas en cause; en revanche, le système qui vise à centraliser
les appels de secours est fortement contestable en raison de son
manque de fiabilité.Même si l’on comprend que plus personne parmi
nos gouvernants ne veut payer des « gens du cru » derrière un
téléphone. Idem pour le GDF, l’EDF et le téléphone dont les accents
chantants nous rappellent Ouagadougou.

 

500kg au kilomètre…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, 500kg au kilomètre...

vélomaxou

J’étais plutôt amusé, l’autre jour, de voir la dame de
Staffelfelden jeter son mégot de cigarette dans la rue par dessus
la barrière de son jardin amoureusement entretenu.

Ce geste presque pavlovien démontre que notre éducation vise à
garder propre notre sphère privée sans se soucier de ce qui se
passe au dehors.

Une forme de syndrome Nimby qui vise à se débarrasser sur le
domaine public de tout ce qui vous encombre chez vous.

Il en est ainsi en voiture.

On jette par la fenêtre tout ce qu’il est inconvenant de garder
à bord: canettes de bière, de Coca, emballages de Mc Do, paquets de
cigarettes, couches pour bébé…et même d’autres choses moins
avouables comme ces bouteilles d’urines jetées par les routiers au
long cours.

Bilan: 500 kg au kilomètre et par an!

C’est en tout cas le chiffre auquel parvient la Direction
Interdépartementale des Routes de l’Est (Direst) en Alsace.

Coût de l’opération: 850.000 euros!

(sources :DNA 6 avril)

Que la nature est belle!


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Que la nature est belle!
De
Fichiers transférés

Que la nature est belle!

Oui, je sais, l’avant plan sur la photo est un peu sali; mais
vous ne voyez que le mal; regardez plutôt ces arbres en fleurs
comme ils sont beaux!…

C’est à Mulhouse, carrefour rue de Quimper-rue de Brest.

Les Bretons seront contents que Mulhouse honore ainsi leurs
villes…

Tout se passe comme si…

Oui, tout se passe comme si!

Comme si quoi?

Comme si on ne l’avait pas vu qu’on nous a rabioté ce matin une
heure à notre dimanche.

Dorénavant, l’ordinateur se met à l’heure tout seul sans rien
nous demander. Il vous grignote une heure précieuse au réveil comme
si de rien n’était.

Mais pas seulement.

Les horloges astronomiques aussi nous font le coup, elles
sautent allègrement une heure au calendrier.

Pas grave, direz-vous!

Voir…

Voila que tout notre petit personnel sociétal du dimanche se
lève lui aussi plus tôt et perturbe notre sommeil.

Nos boulangers qui quittent le lit conjugal avant l’heure, nos
infirmières qui vont réveiller les petits vieux dans les maisons de
retraite dès potron-minet au risque de leur faire avaler leur
petit-déjeuner de travers et sans dentier.

C’est pas une vie!

Mais il y a pire, les signaleurs de la dernière randonnée
cycliste de printemps vont aussi faire les frais de cette
transgression horaire en se levant dans la nuit noire.

C’est pas une vie, je vous dis.

Je retourne me coucher.

Sophia Aram s’est trompée

Tempête sur les ondes et sur la toile!

Sophia Aram, l’humoriste de France Inter, est poursuivie par le
Front National pour avoir traité dans sa chronique matinale (23
mars) les électeurs FN de gros cons.

Effectivement, le Front national est tout à fait fondé à se
plaindre.

Il en existe aussi des maigres.

Je fais observer à mes aimables lecteurs que
cette chronique est classée à la rubrique « coups de gueule » et non
pas à « quelques mots d’humour » afin qu’il n’y ait pas
d’ambiguïté
.

Faut-il fermer Fessenheim?

« Faut-il fermer Fessenheim? »

C’est la question du jour en Alsace.

Tout le monde s’y met.

Même vélomaxou!

Pourquoi pas!

Nous qui passons devant presque toutes les semaines en revenant
du Cirque*?

Ne serait-on pas nous aussi qualifiés pour ramener notre grain
de sel?

En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des
idées.

Surtout les écologistes!

Eux, au moins, ont des idées.

Ils ne savent pas bien comment les mettre en pratique, mais ils
en ont.

C’est quoi être écologiste, au fait?

Est-ce brailler à tous les coins de rue des slogans comme
« fermons Fessenheim! » ou est-ce proposer des actions
réfléchies et censées? comme faire du vélo pour aller acheter son
pain plutôt que de prendre sa voiture?

Certains sont tentés de répondre « les deux, mon
capitaine!
« 

Evidemment dans l’échelle de la vertu, on peut toujours trouver
plus fort que soi…jusqu’à priver le pays d’électricité!

Pourquoi pas!

D’ailleurs les japonais vont dans leur malheur expérimenter tout
de suite, et malgré eux, les effets du manque de courant électrique
sur leur économie et sur leur mode de vie.

Il suffit donc que les écologiste s’en inspirent pour voir le
résultat.

L’écologie a certainement conquis ses lettres de noblesse mais
elle peut très bien sombrer dans l’indifférence si elle veut
imposer des actions que la majorité n’est pas prête à adopter.

Comme par exemple cette absurdité qui voudrait remettre en cause
notre modèle de développement et de consommation que très peu sont
prêts à accepter voire même à imaginer.

Les dernières élections locales montrent-elles une forte poussée
du mouvement écologiste?

Avec 7.5% des voix en France (cantonales 1er tour mars
2011)
, il y a encore de la marge!

Poutant, les écologistes sont des gens « terre à terre » qui
devraient réussir d’abord sur le terrain avant d’affronter les
« grands » scrutins ».

Réussissent-ils mieux que d’autres?

Non, hélas!

C’est que de la théorie à la réalité, il y a encore du chemin à
parcourir.

Finalement, avec mon petit vélo qui court dans ma tête, je suis
presque en avance sur mon temps.

Qu’on ne s’y trompe pas: si l’écologie a une image détestable
dans les milieux populaires, c’est aussi parce qu’elle peine à
convaincre et à mobiliser comme d’autres savent si bien (voire
trop bien)
le faire.

* Une fois pour toutes, il faut savoir que le
lieu dénommé par nous « cirque » est un repaire cycliste où nous
avons pris l’habitude de coincer la bulle.Surtout pendant la
période hivernale!

 

Montpellier, hold up sur l’autoroute

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Montpellier, hold up sur l'autoroute

La A9 dénommée « Languedocienne » est bien connue des
vacanciers.

Elle conduit « les teints pâles » venus du nord vers les plages du
Roussillon et vers l’Espagne.

Oui, mais voilà, dans son délire mégalomane, le défunt Georges
Frêche, ex maire de Montpellier puis du Conseil Régional a
tellement attiré les populations que l’autoroute (2x 3 voies) est
devenue une rocade au sud de la ville.

Après avoir construit à outrance vers la mer en direction de
Lattes, arrachant les dernières vignes au Près d’Arènes et vers
Maurin, installant une nouvelle zone commerciale pharaonique au
bord de l’autoroute avec un magasin IKEA, « la Languedocienne » est
paralysée tous les jours par les autochtones qui s’en servent comme
d’un périphérique tant les encombrements rendent la circulation
inextricable en ville.

Qu’à cela ne tienne, tous les corps constitués locaux réclament
le déplacement de l’autoroute vers la mer!

A droite comme à gauche, tout le monde politique fait le forcing
auprès du Gouvernement pour obtenir le feu vert salvateur qui
permettra ce hold up sur l’autoroute tout en imposant à l’Etat d’en
construire une autre ailleurs…

Grenelle de quoi, déjà?

voir l’article dans Midi
Libre

 

Elle aime la piste cyclable…

Cette conductrice est bien embarrassée; elle cherche sa
route…alors normal, elle s’arrête et se gare pour éviter un
accident.

Ben voyons!

Quel intolérant, ce Vélomaxou!

Comme s’il ne pouvait pas faire un petit écart avec son vélo,
sur la route, au lieu de râler!


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Elle aime la piste cyclable...
De
Fichiers transférés

A
propos de respect de la vie privée:

Un lecteur me reproche de ne pas flouter
cette photo d’un véhicule en infraction stationnant sur une piste
cyclable au motif qu’elle contreviendrait au respect de la vie
privée…

Voici ce que dit Maître Eolas, orfèvre en la matière, à propos
du respect de la vie privée diffusée sur internet:
« L’article 9 du code civil pose le principe du droit de
chacun au respect de sa vie privée et donne au juge des référés le
pouvoir de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à une
telle violation. Il en va de même de son droit à l’image, c’est à
dire la diffusion d’un portrait de lui pris sans son consentement.
Il faut bien comprendre ce qu’on entend par vie privée : la
jurisprudence parle même de l’intimité de la vie privée. Il s’agit
donc d’aspects que la personne n’a jamais voulu voir divulgués
portant sur la sphère privée ».

Nulle question ici dans la dénomination « vie
privée » d’une plaque d’immatriculation d’un véhicule photograhié
dans la rue sans son conducteur au volant.

Hormis les services de l’Etat, nul ne peut
donc identifier qui est le propriétaire du véhicule immatriculé
5792 ZF 68 et porter atteinte à sa vie privée à travers ce
blog
.

 

GDF SUEZ et la FFCT, une association contre nature

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, GDF SUEZ et la FFCT, une association contre nature

« GrDF et la FFCT s’engagent pour l’environnement,
la solidarité et la sécurité ».

C’est le titre du communiqué de GrDF, l’ex entreprise Gaz De
France bradée à SUEZ.

Des grands mots qui ne doivent pas faire illusion; en fait quand
on lit l’article, on découvre que GrDF offre 5 vélos à une école
cyclo!

Autrement dit, c’est un non évènement.

La FFCT n’a t-elle rien d’autre à faire que de se laisser
instrumentaliser dans ce genre d’opération marketing? elle qui fait
la morale à ses clubs pour ne pas porter de publicité sur ses
maillots?

Si GrDF, filiale de SUEZ, se préoccupait autant de solidarité,
elle ne s’apprêterait pas à augmenter ses tarifs de 5% le 1er avril
prochain.

source

Nos nouvelles usines à gaz

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Nos nouvelles usines à gaz

Et votre décodeur? il est
bouillant?

-!!!

parce que s’il est bouillant, il faut le
changer, ça ne pardonne pas ces composants là; en bouillonnant, le
silicium pourrait bien fondre. Et votre télé avec!

Ce discours là, combien de fois ne l’a t-on pas entendu sur les
forums d’aide au dépannage de tous les engins électroniques qui
encombrent notre quotidien et nous pourrissent la vie.

Mais aujourd’hui, les procédures de dépannage sont devenues plus
conventionnelles. Tellement les défaillances et les
dysfonctionnements sont parties liées aux outils électroniques et
informatiques.

En clair, s’abonner à l’ADSL, c’est aussi s’abonner en prime à
toutes sortes de déconvenues comme par exemple des déconnections
fréquentes et des images télé saccadées et brouillées.

Sans parler de l’empilement des contrats
entre fournisseurs qui se renvoient chacun la balle: c’est pas ma
faute, c’est l’autre!

La plupart des FAI (les fournisseurs d’accès à
internet
, c’est comme ça qu’on les nomme) ont botté en touche:
ils ne veulent plus dépatouiller leurs clients captifs victimes de
pannes à répétition et leurs « hotlines » débordées par les
rancoeurs et les agressions verbales des plaignants excédés ont
carrément choisi de vous « basculer « vers des
forumeurs bénévoles en charge d’accomplir les dépannages à
distance.

Heureux clients forumeurs, soyez les bienvenus dans
l’antre de la bidouille.Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Nos nouvelles usines à gaz

Témoignage de la complexité du sujet trouvé sur le forum
d’entraide de l’assistance Orange pour dépanner sa télé
ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line):

1/ débrancher, brancher le décodeur (pour
voir si c’est lui qui déconne NDLR)

2/ votre livebox est-elle synchronisée? votre
@ clignote t-il?

3/ et la balise RC? oui, ce petit
condensateur caché derrière votre prise téléphonique? existe -t-il
encore? si oui, retirez-le! surtout s’il a trois pattes, c’est les
plus méchants! pensez aussi à regarder dans vos autres prises
téléphoniques si l’intrus ne s’y trouve pas!…

4/ et vos liveplugs? (quoi les liveplugs?)
sont-ils HD ou pas HD? le soir, votre réseau EDF est parcouru
d’harmoniques méchantes qui pourraient très bien vous empêcher de
regarder « qui veut gagner des millions? », donc éviter les liveplugs
et dérouler à la place 20 mètres de cordon blindé « ethernet » à
travers la cuisine et la salle de bain pour aller jusqu’au
salon

5/ si votre livebox ou votre décodeur sont
bouillants, alors rapportez-les vite à l’agence commerciale pour
les échanger!

6/ en désespoir de cause, si ça ne marche
toujours pas, installer le décodeur et la livebox près de la prise
téléphonique dans le couloir, et installer y aussi votre télé et
votre canapé!

C’est vrai, ça! je n’y avais pas
pensé.

On n’arrête pas le progrès!

Des giratoires bâclés

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Des giratoires bâclés

vélomaxou

Oui, on peut le dire, des giratoires sont bâtis dans la
précipitation sans égards pour les cyclistes.

On peut dire que c’est du travail bâclé.

Comme celui-ci devant le collège Sainte-Ursule à Riedisheim où
les membres du CADR ont du débloquer l’accès à la piste cyclable
obturée par des barrières de chantier.

Il ne fait pas que du vélo…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Il ne fait pas que du vélo...

Nos politiques aiment les avions.

Après Alliot-Marie qui voyage dans un avion privé tunisien pour
ses vacances, Sarko va à Bruxelles avec pas moins de deux avions
longs courriers.

Selon le site du quotidien belge Le Soir, ces deux avions, aux
couleurs nationales étaient parqués vendredi matin près du terminal
d’aviation générale de l’aéroport de Zaventem, a constaté l’agence
BELGA.

Bruxelles étant distant de 300 km de Paris, on se demande bien
pourquoi engager de telles dépenses dans le contexte économique
actuel.

Et après, on viendra nous donner des leçons de « démocratie irréprochable »!

 

A coups de fouet

La liste s’allonge.

Après le Médiator, une dizaine de médicaments vont être retirés du
marché dont certains comme le Di-Antalvic connu pour ses propriétés
anti-douleurs et utilisé depuis 40 ans.

On reste un peu pantois devant cette fuite en avant des
responsables médicaux pris de panique devant les conséquences
provoquées par l’affaire du Médiator.

Il apparait jour après jour que l’ensemble de la chaîne médicale
semble impliquée depuis les fabricants jusqu’aux prescripteurs et
aussi ceux qui étaient chargés de délivrer les autorisations de
mise sur le marché.

Outre les sommes colossales en jeu, on pointe aussi du doigt les
méthodes des laboratoires pour faire vendre leurs produits comme
cette vidéo douteuse imaginée par un employé de Lilly.

De quoi ternir l’image du médicament et inquiéter ceux qui ont
en besoin…

Le Saint-Esprit est rentré de vacances


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Le Saint-Esprit est rentré de vacances
De
Fichiers transférés

image pitagraf

On n’y croyait plus.

Le Saint-Esprit est revenu.

Cette étroite bande cyclable nous a été rendue après plusieurs
semaines de négligence de l’exploitant de la voirie.

En cause les gravillons du sablage repoussés par les voitures
depuis deux mois.

Sausheim-Illzach

C’était le petit coup de gueule du jour.

PS: Ne croyons pas que ces situations soient
voulues. Personne n’ira croire qu’on n’attache pas d’importance aux
citoyens-cyclistes…

On aurait tort, aussi, d’incriminer le
personnel politique qui administre nos Collectivités. Ils ont été
élus et sont pleins de bonnes intentions.

Ce qui est en cause, c’est plutôt
l’incompétence, le laisser-aller, la connivence entre les corps
d’Etat et l’absence de management des équipes
territoriales.

Des dossiers d’ouvrages délibérés ou
programmés (c’est comme cela qu’on les nomme) mal tenus ou
inexistants, des administrateurs qui n’encadrent pas, ne
surveillent pas et ne contrôlent pas la bonne fin des travaux des
prestataires et le tour est joué. Le résultat, on le voit chaque
jour sur le bord de nos routes: des chantiers à l’abandon, des
tranchées mal rebouchées et jointoyées, des accôtements effondrés,
des trous non rebouchés, des signalisations « à la dérive »…tout
cela alors que les finances départementales sont
précontraintes.

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on regrette la
rigueur de l’ex.DDE, mais…

A bas les vieux!

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, A bas les vieux!

adjaya

On ne devrait pas tant s’en réjouir, mais notre XXIème siècle
s’annonce être celui du vieillissement des populations…et pas
seulement de nos vélos!

Après la montée démographique du XXème siècle, on assiste
partout aux conséquences de l’âge avançant des populations.

Des retraites plus tardives, des coûts sociaux qui explosent et
une industrie du grand âge florissante, maisons de retraite,
assurances, industrie du médicament en plein essor, politiques
sécuritaires,…

Pas seulement en Europe où l’Allemagne est en tête, mais aussi
au Japon et…en Chine, notre « réservoir » de population, et où près
du quart des habitants auront plus de 65 ans en 2050 suite à ses
mesures de freinage démographique (source: Atlas
des Futurs du Monde-Virginie Raison- éd. Robert
Laffont)
.

Dès lors, on ne peut qu’être à moitié surpris devant les
soubresauts de la planète dirigée par des vieillards cachexiques et
corrompus qui ne comprennent rien au monde moderne ni aux
revendications des jeunes générations.

Pas seulement dans les dictatures populaires, islamiques ou
oligarchiques mais aussi dans les démocraties molles de la vieille
Europe.

Parmi nos vieux ou « jeunes vieux », tous ne manquent pas
cependant de lucidité; certains appellent même à résister
comme Stéphane Essel et d’autres invitent à ce qu’ils s’en
aillent tous
comme le prophétise Jean-Luc Mélenchon.

Il reste que des esprits maléfiques continuent d’échafauder des
stratégies propres à combattre « le mal intérieur » de ceux qui
manifestent pour du travail, pour du pain et des libertés.


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, A bas les vieux!
De
Récemment mis à jour

On ne s’étonnera donc pas non plus que la France cherche à
mettre tout le poids de sa technologie moderne du maintien de
l’ordre au service des potentats locaux comme l’a fait encore tout
récemment la Ministre Alliot-Marie.

Etre vieux, c’est donc déjà dans la tête. Avant les jambes.

Mes amis cyclistes, prenons donc nos jambes à notre cou et
faisons du vélo avant qu’il ne soit trop tard!